Qu'est-ce que le tourisme vertical et pourquoi le pratiquer?

On dit souvent que voyager élargit nos horizons, ce qui est juste. Mais comment élargir nos horizons quand la pandémie nous empêche de nous déplacer dans l’espace, hors du pays, en Europe, en Amérique latine, en Asie ou en Afrique, comme on le souhaiterait ? La réponse est simple : il faut pratiquer le tourisme « vertical ».

En effet, nous devons voyager moins loin de la maison, mais aller plus en profondeur dans la découverte. Comme touristes, nous avons tendance à négliger les territoires et les communautés situés à proximité de notre résidence, car nous sommes à la recherche d’exotisme, convaincus que ce qui se trouvent plus loin est forcément plus intéressant, plus dépaysant. Alors à tort, on oublie et délaisse les beautés et les richesses inconnues ou très peu publicisées que l’on trouve dans toutes les régions du Québec, car on pense que l’herbe est toujours plus verte ailleurs.

La clé pour découvrir l’inconnu près de chez nous et plonger dans la richesse de nos régions : aller à la rencontre des habitants de nos villes et villages, leur demander ce qu’il y a de beau ou d’original à voir, à faire ou à manger chez eux et oser cette petite aventure hors des sentiers battus des guides touristiques !

Nos roulottes
Nos artisans
Nos traditions

S’ouvrir à la géographie et à l’histoire de chacune de nos régions

Prenons l’exemple de la Mauricie. Non seulement toute la région s’est-elle développée grâce à la magnifique rivière Saint-Maurice qui fut un puissant facteur de prospérité avec l’industrie forestière, mais elle demeure aujourd’hui une richesse indéniable pour la villégiature et la pêche sportive. En explorant la région, nous avons appris que cette rivière fut à l’origine du développement hydro-électrique du Québec, la fameuse «Shawinigan Water and Power» ayant fait partie des premières entreprises acquises par Hydro-Québec. Encore aujourd’hui, ces installations et barrages de Manic 5 peuvent être visités.

Manic 5
Manic 5

Parfois, il faut passer aussi par-dessus nos préjugés… Par exemple, lors de notre passage à Shawinigan, nous avons été séduits par l’aménagement urbain de la ville qui mérite la visite et même le détour. Vous apprendrez ainsi que les concepteurs de la ville se sont inspirés de New York, rien de moins, et vous comprendrez pourquoi vous circulerez au centre de Shawi sur un « Broadway » québécois… 

Shawinigan

Découvrir les Premières nations du Québec : s’ouvrir à la différence culturelle des communautés des diverses régions du Québec

Bien sûr, les multiples communautés ethniques et culturelles de Montréal nous offrent toute une gamme de cuisines nationales qu’il faut découvrir ! La richesse gastronomique de la métropole mérite plusieurs arrêts ! Les quartiers et les rues les plus vivants de Montréal regorgent de surprises et de découvertes, du Plateau au quartier Saint-Michel, de Chinatown au Mile End… 

Mais on oublie trop souvent que toutes les régions du Québec ont leur cachet, leur spécialité, leur art, leurs traditions. Elles comptent également sur leur territoire plusieurs communautés des Premières nations et l’offre touristique qui s’y développe rapidement nous donne désormais la possibilité d’aller à leur découverte, ce qui ne peut que renforcer les ponts et la compréhension entre ces communautés et le reste du Québec. Que ce soit la visite d’Essipit sur la Côte-Nord, la découverte des Ilnus de Mashteuiatsh au Lac Saint-Jean, des Attikameks du nord de la Mauricie, toutes ces nations et communautés ont beaucoup à dire et à nous apprendre. 

Vivre les quatre saisons

Tourisme rime habituellement avec beaux jours et belle saison. Toutefois, une bonne manière d’approfondir notre connaissance d’une région est de la visiter en été, en automne et… en hiver, bien sûr! On y pratiquera ainsi des activités différentes, que ce soit le « fat bike » sur la neige ou la pêche blanche en janvier, bien différente de la pêche à la mouche!

Et si vous croyez qu’une région connue comme celle de Portneuf par exemple n’a rien d’extraordinaire à vous offrir en automne sinon que les paysages que vous connaissez déjà, détrompez-vous car un survol en hélicoptère, ne serait-ce que d’une trentaine de minutes, par une belle journée ensoleillée d’automne, constituera une expérience inoubliable grâce à la majesté des montagnes, des rivières pleines de méandres et des vallées qu’elles ont formées depuis des milliers d’années!

Portneuf
L’automne
Vol au-dessus de Portneuf
Attitude hélicoptère

Poussez l’audace jusqu’à vous rendre sur une île en plein hiver. Vous découvrirez toute la beauté de l’hiver, entendrez le chant des glaces et pourrez savourer le calme qui y règne. L’Isle-aux-Coudres est un exemple parfait d’un havre de paix durant la saison blanche. Loin sont les heures d’attente au traversier et l’île vous appartient presque à vous tout seul !

Paysage d’hiver
Grange d’antan

Ralentir le rythme

Si la nostalgie du lointain et le manque d’exotisme linguistique et culturel vous hantent, il y a mille et une façon de voyager virtuellement.

Nous vous suggérons toutefois d’aller puiser dans votre coffre aux trésors, celui de vos souvenirs. Nous avons appris à ralentir, à cheminer vers nos pensées, à prendre le temps de rêver aux prochains voyages chez nous ou au bout du monde. Ne rien faire, c’est laisser vagabonder son esprit, le laisser explorer sa mémoire. À vouloir toujours aller vite et de l’avant, on a développé le réflexe de chasser rapidement nos souvenirs les rangeant dans le tiroir des oubliettes pour penser à la prochaine étape, destination, découverte… 

Ces derniers mois, nous avons justement pris le temps de repenser, de nous remémorer, de regarder à nouveau nos photos, nos vidéos pour revivre ces merveilleux moments de voyage, se rappeler de fabuleuses rencontres. Retour vers le passé, c’est aussi un voyage.

Staycation : regarder sa propre ville d’un œil nouveau

Le plus beau défi de l’adepte du tourisme vertical est toutefois le « Staycation », c’est-à-dire le tourisme chez soi, dans sa propre ville ou sa propre région. Eh oui, vous croyez tout connaître de votre ville que vous avez mille fois parcourue dans tous les sens depuis votre adolescence ?  Cependant, combien de fois vous êtes-vous promis de faire ceci ou cela dans votre propre ville sans jamais le réaliser? Combien de fois avez-vous reporter en vous disant j’aurai le temps. Il est maintenant, là à votre disposition. Alors, à vous de trouver les endroits que vous n’avez pas encore découverts, de visiter les musées inconnus, de savourer la cuisine de ce resto devant lequel vous êtes passé de trop nombreuses fois sans jamais entrer, et même pourquoi pas d’aller dormir dans cet hôtel dont les étoiles vous font briller les yeux. Découvrez votre région avec l’œil d’un touriste qui y vient pour la première fois !  

Voilà donc ce que la pandémie nous a appris : qu’il n’arrive rien pour rien ! Alors toi aussi, ose plonger à la verticale !

À lire également sur Nomade Magazine :