Tout ce que tu dois savoir sur la Te Araroa trail

La Te Araroa trail – ou TA – est une randonnée longue-distance qui traverse les deux îles principales de la Nouvelle-Zélande. Chaque année, quelque mille personnes se lancent sur ce sentier. Long de 3000 km, vous pouvez choisir de marcher du nord au sud (sobo) ou du sud au nord (nobo). Te Araroa signifie « le long chemin » en maori.

Quand marcher la Te Araroa trail ?

La majorité des marcheurs commence la Te Araroa trail à Cape Reinga, à la pointe nord de l’île du Nord et la termine à Bluff, tout au sud de l’île du Sud (sobo). Si vous souhaitez emprunter cette direction, la meilleure période pour débuter la trail se situe entre mi et fin octobre. L’été sera déjà gentiment installé à cette période de l’année et vous serez ainsi assuré de finir votre périple avant le mois d’avril. En Nouvelle-Zélande, les saisons sont inversées. Il est donc recommandé de clôturer la marche avant l’hiver, qui prend place de mai à octobre.

Cape Reinga

Pour les nobos, il est conseillé de commencer la trail entre le mois de novembre et celui de décembre. Les journées seront longues et normalement ensoleillées à cette période-là. Vous terminerez votre marche avant le mois de mai, évitant ainsi les nuits fraîches et les journées pluvieuses de l’hiver.

Combien de temps cela prend-il de marcher la Te Araroa en entier ?

Il faut compter entre 4 et 5 mois pour parcourir les 3000 km.

Combien cela coûte-t-il ?

En moyenne, cela coûte entre 6000 et 7000 USD pour 4 ou 5 mois de marche (avec le matériel et les billets d’avion inclus).

Comment s’équiper pour la Te Araroa trail ?

L’équipement est un vaste sujet autour duquel on pourrait longuement s’attarder. S’équiper pour une randonnée longue-distance demande de faire quelques recherches au préalable. La majorité des marcheurs s’orientent vers du matériel ultra-léger et solide. Il n’est cependant pas nécessaire de mettre toutes ses économies dans du matériel ultra-technique. Certaines marques, moins chères, remplissent tout aussi bien le même rôle en termes de performance et de solidité.

Liste typique du matériel d’un « TA hiker » :

POUR DORMIR                                                                   

  • 1 toile de tente
  • 1 matelas de sol 
  • 1 sac de couchage
  • 1 sac en soie (sac à viande)
  • 1 couverture de survie

VÊTEMENTS

  • 1 sous-pull
  • 2 t-shirts
  • 1 short
  • 1 legging
  • 1 doudoune/veste
  • 1 imperméable
  • 2 paires de chaussettes 
  • 3 culottes/slips
  • 1 paire de gants
  • 1 tour de cou ou écharpe
  • 1 casquette ou chapeau
  • 1 paire de lunettes de soleil

TECHNIQUE

  • 1 sac à dos
  • 2 bâtons de marche
  • 1 paire de baskets de course de trail ou de chaussures de marche

CUISINE

  • 1 popote en inox 
  • 1 réchaud à gaz
  • 1 cuillère et/ou 1 fourchette
  • 1 couteau suisse
  • 1 poche d’eau de 2L
  • Un filtre à eau

TROUSSE DE TOILETTE

  • Brosse à dent et dentifrice
  • Une coupe menstruelle (pour les femmes)
  • 1 crème solaire fps 50
  • Une petite pharmacie de secours
  • Une serviette microfibre

ÉLÉCTRONIQUE

  • Téléphone portable + chargeur + écouteurs
  • 1 liseuse 
  • 1 power bank + chargeur
  • 1 lampe frontale

AUTRE

  • Passeport
  • 1 carnet de route + 1 stylo
  • Argent et cartes de crédit

Quelles sont les différences entre l’île du Nord et l’île du Sud ?

L’île du Nord est plus plate que l’île du Sud. Il y a énormément de routes, sur lesquelles vous choisirez de marcher ou non, car l’auto-stop est toujours une option. L’île du Nord est moins sauvage et la trail passe par plus de villes. L’étape de la Whanganui river peut être effectuée en kayak ou à pied, selon votre moyen de transport préféré !

Île du Sud

Son point fort ? Les rencontres avec les trail angels. Ces anges de parcours vous accueilleront à bras ouverts chez eux lorsque vous aurez besoin d’un endroit « safe » pour planter votre tente ou prendre une douche. Ils vous inviteront à partager leur repas et leur vie le temps d’une nuit ou de plusieurs jours, si le feeling passe et que vous souhaitez vous reposer plus longuement. Le fameux Tongariro Crossing est, selon moi, l’étape la plus incroyable de cette île.

Tongariro Crossing

L’île du Sud est montagneuse. Les dénivelés sont intenses et le kilométrage quotidien est moindre que sur l’île du Nord. Ici, place à la nature et à une expérience plus pure et sauvage. Vous découvrirez les joies de dormir dans un grand nombre de huts (cabanes de montagnes) perchées en plein cœur d’une nature authentique et préservée.

Hut – Tongariro Crossing
Hut – Tongariro Crossing

Comment s’orienter sur le parcours ?

La Te Araroa trail est extrêmement bien balisée. Que ce soit en montagne, en forêt ou au croisement d’une rue en ville, vous ne manquerez pas de remarquer les triangles orange, symboles officiels de la trail. Des applications cartographiques très fiables existent aussi. Il est donc facile de se repérer avec celles-ci en cas de besoin, car elles sont toutes dotées d’excellents GPS.

Voici la liste des meilleures applications cartographiques et GPS pour smartphone :

  • maps me
  • te araroa trail app
  • guthooks
  • nz topo map

Comment s’approvisionner sur la Te Araroa trail ?

Il est relativement facile de s’approvisionner en nourriture tout le long du parcours. Sur l’île du Sud, les marcheurs sont généralement amenés à porter plus de nourriture, car les étapes sont quasiment tout le temps éloignées des villes ou des villages. Il suffit simplement d’emporter suffisamment de nourriture jusqu’à la fin d’une étape avant de se rendre en ville pour se réapprovisionner pour l’étape suivante. Le stop fonctionne très bien dans tout le pays, il est donc aisé de se déplacer ainsi. Les marcheurs profitent généralement d’être en ville pour manger un vrai repas, se doucher et laver leurs vêtements, voire même pour prendre un jour de repos. Toutes les villes que la TA croise sont habitées par des hôtels, des auberges ou des trail angels chez qui vous pourrez dormir.

En ce qui concerne l’eau, les deux îles regorgent de rivières et de ruisseaux dans lesquels vous pouvez puiser le précieux liquide. Il est tout de même recommandé de filtrer l’eau avant de la boire. Les huts sont, pour la grande majorité, dotées de cuves de récupération d’eau de pluie (également à filtrer ou à bouillir). Et pour celles qui n’en ont pas, elles sont toujours situées à proximité d’un cours d’eau. Normalement, vous n’avez pas à porter plus de 2L d’eau sur vous.

Voilà, c’est ce qui fait le tour des infos à savoir avant de vous lancer! Bonne randonnée!

Article rédigé par Lise Blanc

À lire également sur Nomade Magazine :