Aperçu d'une nature préservée et grandiose au Laos!

Durant les mois d’octobre et novembre 2017, j’ai parcouru une bonne partie du Laos, du nord au sud. Je vous propose dans cet article un petit aperçu des plus beaux paysages que j’ai pu y admirer.

C’est un pays où je me suis sentie tellement bien que j’ai prolongé mon visa initial, y passant deux mois au lieu d’un. J’ai été séduite par des paysages incroyables, fait de belles rencontres avec des locaux comme avec des voyageurs. J’ai aussi apprécié la culture de la détente qui y règne, elle invite à prendre le temps de se reposer et de contempler.

Pour profiter au mieux du voyage, cliquez sur les images pour les agrandir. Et pour découvrir ce que j’ai vécu, notamment lors de missions de volontariat au Laos, je vous laisse consulter mon blogue à ce sujet.

Luang Namtha

rizières au Laos

Luang Namtha est la première ville dans laquelle je me suis arrêtée au Laos, juste après avoir franchi la frontière depuis la Thaïlande. J’aidais une agence locale qui organise des excursions touristiques pour sa communication. En contrepartie, je vivais dans la maison familiale qui fait aussi office de restaurant fréquenté uniquement par les locaux. Lorsque je voulais me rendre à Luang Namtha, située à quelques kilomètres de mon lieu de résidence, je faisais l’aller-retour avec des membres de la famille, à pied ou en stop. J’ai aussi pris le temps de me promener près de la maison. Il y avait le début d’une zone de forêt protégée et des rizières comme sur cette photo. J’ai visité les sites touristiques “officiels” de Luang Namtha, comme la cascade et le temple bouddhiste, mais celui-là, éloigné de la ville, au bord d’une route sinueuse, avec ses rizières encadrées de montagnes, reste mon favori.

Nong Khwai

vue de Nong Khwai au Laos

Je ne me lasserai jamais de cette photo de Nong Khwai. Une vue idyllique de montagnes qui se jettent dans la rivière. Pourtant, j’ai failli ne jamais m’y rendre. Une compagne de stop (je vous conseille de faire du stop au Laos, c’était très amusant) m’a proposé de l’y suivre. C’est un lieu qui semble profiter du tourisme depuis peu. De nombreux habitants se sont lancés dans l’hôtellerie-restauration, mais on croise toujours des pêcheurs sur leur barque. Le mieux pour explorer les environs n’est pas tant d’écouter les agences (qui essaieront de vous vendre les services de guides), mais encore de repérer les chemins sur maps.me.

Cette photo de Nong Khwai évoque un très bon souvenir. J’ai gravi une montagne pour aller la prendre au point de vue de Phadeng Peak une fin d’après-midi. Le chemin de randonnée était boueux à souhait et j’ai fait le trajet retour quasiment dans le noir, accompagnée de quelques bruits d’animaux invisibles qui m’ont motivée à presser le pas. Mais ce point de vue panoramique était hallucinant, difficile de se décider à en repartir.

Muang Ngoi

vue de Muang Ngoi au Laos

Après Nong Khwai, j’ai continué la parenthèse hors du temps en me rendant dans le village situé un peu plus loin, Muang Ngoi. J’ai pris un de ces petits bateaux à moteur qui circulent une fois par jour avec l’intention de faire le trajet retour le lendemain matin. Mon amie a continué son chemin vers une prochaine destination, mais j’ai fait la rencontre d’un groupe de voyageurs sur le bateau et nous avons décidé de chercher un logement ensemble. Une fois arrivés sur place, il s’est mis à pleuvoir des cordes. J’ai alors décidé de rester quelques jours supplémentaires, de prendre le temps de profiter. J’ai pris cette photo depuis le balcon alors que je m’étais installée pour écrire dans mon carnet de voyage. Les jours suivants, j’ai fait de petites balades jusqu’à des villages voisins et profité des environs.

Grotte de Konglor

entrée de la grotte de konglor au Laos

Cette impressionnante grotte fait partie de la boucle de Thakhek dont je parlerai plus tard. J’ai été à Konglor en bus et tuktuk (et en suis repartie avec un autre enchaînement de tuktuk et bus nettement plus inconfortable, l’un des trajets les plus éprouvants jusqu’à ce jour). La grotte de Konglor se parcourt en barque, sur la rivière qui traverse les 7 km qui relient les deux entrées. Après avoir fait ce petit tour en bateau et visité le village à l’arrivée avec les autres touristes, j’ai eu envie de calme. Une fois les excursions terminées pour la journée, je suis restée quelque temps devant l’entrée de la grotte au bord de l’eau à profiter du paysage, des clapotis de la rivière Hin Boun et du chant des oiseaux. Sur cette photo, on voit l’entrée de la grotte à la tombée de la nuit.

Thakhek

chutes de Tad Fan au Laos

La ville de Thakhek est réputée pour le « loop », sa boucle de 500 km, qui se fait généralement en scooter et qui passe par plusieurs sites remarquables au Laos. Mais je me suis rendue à Thakhek sans intention de conduire un deux-roues. Le premier matin, lors du petit-déjeuner dans mon auberge de jeunesse, je discutais avec le patron et prenais conscience que faire des portions de la boucle en mini-van allait me coûter une fortune. J’ai alors rencontré un voyageur qui venait de louer un scooter et qui m’a proposé de l’accompagner. On a donc passé la journée sur les routes poussiéreuses de la région. On a pu voir plusieurs jolies cascades, mais ces deux-là, les Tas Fane, restent les plus impressionnantes avec leurs 120 mètres de hauteur.

Don Det

barques et rivières à Don Det au Laos

On termine par Don Det, une île de l’archipel de Si Phan Don sur le Mékong, au sud du Laos. Cette zone proche de la frontière cambodgienne est aussi nommée 4000 îles. Don Det est une charmante petite île dont j’ai fait le tour à pied et à vélo en empruntant les sentiers qui passent à travers champs et forêts. Parmi les lieux particuliers à visiter, il y a les Li Phi Waterfalls (qui sont en réalité des rapides) et une piscine (très agréable avec la chaleur). Mais ce qui m’a plu le plus, c’était d’observer les îles aux alentours depuis les berges. J’ai aussi adoré les maisons en bois surélevées et ces petits bateaux tous très colorés qu’on voit sur cette photo. Chaque point de vue sur le Mékong, tantôt calme tantôt agité, était unique.

L’étape suivante a été le Cambodge, avec les fameux temple d’Angkor Wat, ses îles paradisiaques et des échanges plus faciles avec les locaux qui parlent davantage anglais qu’au Laos. Je vous raconterai mes aventures sur place une prochaine fois. En attendant, vous pouvez lire ou relire ce bel article qui nous fait découvrir quelques pépites naturelles du Cambodge.

Et vous lecteurs nomades, où avez-vous pris vos photos préférées ? Faites-nous le savoir en commentaire !

À lire également sur Nomade Magazine :