Retour d'expérience et infos utiles!

Avec la pandémie qui nous empêche de voyager librement vers d’autres destinations, beaucoup de Québécois ont vu une occasion en or de redécouvrir la Belle Province. Et pour certains, cela s’est même étendu à la découverte des autres provinces dont les frontières sont ouvertes. Si vous êtes de ceux qui aimeraient bientôt faire un saut dans les Rocheuses canadiennes, voici à quoi vous attendre et comment vous préparer à un voyage en Alberta en ce temps de pandémie.

Comment se rendre dans les Rocheuses?

Pour se rendre dans les Rocheuses, plusieurs options s’offrent à vous. La traversée en train n’étant pas possible pour le moment, il vous faudra faire le voyage en avion ou en voiture. Quelle est la meilleure option? C’est selon votre situation. Voici donc quelques points qui pourraient vous aider à prendre cette décision!

Avion

Cette option est certainement la plus rapide. Un vol de 4h vous mènera à Calgary depuis Montréal. À Calgary, vous pourrez aisément prendre possession d’un véhicule de location et faire la courte route en direction de Banff, au cœur des Rocheuses canadiennes. De plus, le tourisme étant actuellement à la baisse, les prix sont plus avantageux qu’à la normal, avec la possibilité de trouver un vol YUL-YYC pour aussi peu que 400$ CAD. Personnellement, j’ai payé le mien 437$ au mois de juillet dernier pour un vol direct aller-retour en août. Une vraie aubaine! Je vous encourage vivement à comparer les offres des différents compagnies aériennes sur Skyscanner. C’est ainsi que j’ai pu trouver le meilleur vol pour les dates souhaitées.

Quant aux mesures sanitaires, il est important de noter que c’est différent pour chaque compagnie. Il vaut donc mieux vous renseigner en visitant leur site web. La plupart des compagnies offriront un petit kit sanitaire au début du vol contenant entre autres un masque, du désinfectant pour les mains et des lingettes désinfectantes pour nettoyer votre espace dans l’avion. Également, le port du masque est obligatoire du moment que vous entrez dans l’aéroport de départ jusqu’au moment où vous quittez l’aéroport de destination. Attendez-vous donc à porter votre masque pendant de longues heures. Je recommande d’ailleurs d’en amener un deuxième pour vous permettre de le changer en cours de route si le premier devient souillé, humide ou inconfortable. Sur certains vols, il n’est pas permis de le retirer du tout, sur d’autres, vous pourrez l’enlever pour manger et boire. Encore une fois, il est important de s’informer auprès de la compagnie aérienne choisie pour connaître leur fonctionnement. Finalement, sachez que certaines remplissent déjà leurs vols à pleine capacité, alors que d’autres limitent le nombre de passagers à bord. Cela évolue très vite, mais par expérience, je peux vous dire que, avec Air Transat, on ne pouvait pas réserver le siège du milieu dans chaque rangée, ce qui assurait une distanciation entre les voyageurs à bord de l’avion. Le siège du centre étant libre, je n’avais personne immédiatement à côté de moi sur mes deux vols. Des amis ayant eux voyagé avec Air Canada m’ont confirmé que ce n’était pas le cas sur leurs vols. Ainsi, si vous n’êtes pas à l’aise d’être assis à côté d’un inconnu qui retirera son masque pour boire et manger pendant plusieurs heures, choisissez bien la compagnie aérienne ou optez plutôt pour le road trip!

Road trip

Le voyage en voiture se fait généralement en 5-6 jours si vous roulez en moyenne 6 à 8 heures par jour. C’est tout un périple! Bien que je ne l’aie jamais fait moi-même, on m’a dit que c’est plutôt long et plate. La route à travers les prairies étant particulièrement sans intérêt. D’autant plus que cela ajoute un bon 10 jours à votre voyage.

Il s’agit cependant d’un road trip à faire une fois dans notre vie ne serait-ce que pour comprendre l’étendue du Canada et possiblement mettre les pieds dans chacune des provinces. Actuellement cela n’est malheureusement ni encouragé, ni possible. À noter que le Manitoba exige une quarantaine aux voyageurs provenant du Québec. Il faut donc rouler sans s’y arrêter pour éviter cette mesure.

On serait portés à croire que cette option est plus économique que de prendre l’avion, mais comme la route est très longue, l’essence et les dépenses telles que la nourriture et l’hébergement durant ces journées de voyagement reviennent aussi cher, sinon plus, que le coût du billet d’avion et d’une location de voiture à destination qui sont présentement plus accessibles. Le choix dépend donc du temps dont vous disposez et de l’envie de voyager avec votre propre véhicule ou de vivre cette aventure qu’est le road trip d’un bout à l’autre du pays!

Où séjourner dans les Rocheuses?

Je n’ai connu aucune complication au niveau de l’hébergement lors de mon voyage dans les Rocheuses. Les hôtels, auberges de jeunesse et campings sont bien ouverts avec des mesures sanitaires en place pour la sécurité de tous. Personnellement, j’ai séjourné en auberge de jeunesse dans des dortoirs ainsi que dans des chambres privées, dans un hôtel ainsi que plusieurs campings. Voici donc mes remarques.

Auberges de jeunesse

Avec leur collaboration, j’ai eu la chance d’être hébergée dans plusieurs auberges de jeunesse du réseau HI Canada lors de mon voyage et j’ai été bien satisfaite des mesures en place. Le nombre de personnes est limité dans les aires communes telles que la cuisine. Il faut donc réserver une plage horaire à l’avance afin de pouvoir y cuisiner nos repas. J’ai trouvé ce système (commun à toutes les auberges HI ou presque) très efficace. D’autant plus que les auberges du réseau HI sont reconnues pour offrir de très beaux et grands espaces accessibles à tous. Le port du masque dans les aires communes est bien entendu obligatoire, les salles de bain sont désinfectées plus rigoureusement et la vaisselle de la cuisine commune est aseptisée à l’aide de produits désinfectants en plus d’être nettoyée.

Il est recommandé de réserver à l’avance dans les dortoirs comme le nombre d’occupants est limité pour assurer la distanciation sociale. Par exemple, sur un dortoir de 4 lits, seulement 2 pouvaient être utilisés lors de notre séjour en août dernier. La bonne nouvelle est que cela a permis à mon amie et moi d’avoir un dortoir à nous seules.

Ainsi, s’il peut paraître moins sécuritaire de séjourner en auberge de jeunesse actuellement étant donné le nombre de voyageurs qui les fréquentent, je vous assure que toutes les mesures sont en place afin de minimiser les risques de contagion du coronavirus. Le réseau HI Canada ne déçoit jamais avec des installations modernes et propres. On s’y sent comme à l’hotel, mais avec le côté dynamique et invitant d’un hostel.

Voilà le lien pour réserver un séjour dans les 4 auberges où j’ai moi-même été hébergée et que je recommande sans hésiter :

Camping

Si vous préférez le camping aux auberges de jeunesse, vous serez servis! Il y a tout plein de campings dans les Rocheuses et ils étaient ouverts, du moins pour la saison estivale. Par contre, les blocs sanitaires étaient fermés. Il ne faut donc pas s’attendre à avoir les mêmes services qu’en temps normal. De notre côté, on a opté pour les campings « overflow » qui sont très abordables. On y trouve seulement des toilettes sèches et des poubelles, parfois quelques tables à pique-nique. C’est plus rudimentaire, mais si ça vous satisfait, le prix est des plus avantageux! C’est ainsi que l’on a pu dormir dans la voiture (ou en tente si vous en avez une) plusieurs nuits en toute légalité, sans le risque d’avoir une amende ou de se faire réveiller par les rangers, pour une bien modique somme. Il est strictement interdit de camper ailleurs que dans les lieux ou cela est officiellement permis dans les parcs nationaux.

Hôtels

J’ai séjourné dans un seul hôtel durant mon séjour en Alberta, le Sandman Signature Calgary Downtown Hotel et j’ai bien aimé! Le prix est raisonnable, l’emplacement génial et on s’y sent bien comme le contact avec les autres visiteurs est moindre. Si vous préférez réserver un hôtel, je vous le recommande donc sans hésiter. On y retrouve les mêmes mesures sanitaires standards que dans tout bon hôtel.

Activités

Comme la majorité des activités dans les Rocheuses canadiennes sont en plein air, j’ai pu faire tout ce qui était sur ma liste, à l’exception d’une visite ; le Royal Tyrell Museum situé à Drumheller. Le nombre de visiteurs par jour étant limité en raison de la Covid-19, il faut réserver à l’avance pour s’assurer une place, ce que je n’avais pas fait! Autrement, tout était ouvert: sentiers de randonnée, lacs magnifiques, chutes, plages, rafting, via ferrata, embarcations nautiques, tours d’hélicoptère et bien plus!

Cela peut bien évidemment changer d’une semaine à l’autre en fonction de l’évolution des vagues de la pandémie. Il vaut donc toujours mieux s’assurer que c’est bel et bien ouvert avant de se rendre sur place.

Une chose est certaine, les montagnes et la nature seront toujours accessibles et permettent une agréable distanciation! Pour les activités nécessitant une proximité avec d’autres voyageurs, comme l’hélicoptère et le rafting par exemple, il nous fallait porter un masque tout simplement et se laver les mains régulièrement.

Je me suis sentie en sécurité lors de toutes les activités auxquelles j’ai participé et les mesures étaient toujours bien mises en place. Je n’ai qu’une seule remarque. Pour ceux qui sont particulièrement nerveux à l’idée d’être en contact avec d’autres personnes et d’être exposé au virus, je souhaite mentionner que, lors d’activités comme le rafting, le masque n’est pas porté même si le 2m n’est pas toujours respecté. Pour des raisons évidentes, le masque serait inutile comme il serait bien vite mouillé. Il se peut donc que vous soyez à proximité d’inconnus ne portant pas le masque par moments. Ceci dit, d’autres mesures de prévention sont appliquées et le masque est porté à tout moment hors de l’eau. L’équipement est désinfecté également. C’est donc à chaque personne de juger le risque d’exposition avec lequel elle se sent confortable.

À ce niveau, la pandémie n’a pas du tout affecté mon voyage et ce fut d’autant plus plaisant comme il y avait moins de touristes aux points d’intérêt!

Affluence

En effet, comme les frontières du Canada demeurent à ce jour fermées aux touristes étrangers, il y a cette année bien moins de visiteurs aux populaires attraits touristiques dans les Rocheuses canadiennes. J’ai été très étonnée de constater le peu de personnes présentes au lac Louise par exemple qui est normalement bondé de touristes. Cela rend la visite vraiment plus agréable! On a pu profiter d’endroits spectaculaires en étant pratiquement seules. Pour cette raison, c’est à mon avis cette année un excellent moment pour visiter cette région du Canada, une occasion en or qui ne se représentera probablement jamais. La pandémie est une bonne excuse pour visiter davantage notre pays sans l’affluence habituelle et du même coup encourager notre économie. Je vous encourage vivement à visiter les Rocheuses canadiennes au courant des prochains mois si ce n’est déjà fait.

Mesures

Comme partout ici au Québec, des mesures telles que le port du masque dans tous les lieux intérieurs publics sont en place en Alberta. Dans les restaurants, dans les épiceries, dans les musées, dans les boutiques, dans les transports… etc! Partout où la distanciation n’est pas possible.

De plus, le port du masque est obligatoire sur la grande rue piétonnière au coeur du centre de Banff comme elle est très achalandée, et ce, même lorsque vous marchez à l’extérieur!

Ce sont donc les mêmes mesures auxquelles on est déjà habitués ici au Québec, à quelques exceptions près.

Pour conclure, j’ai adoré l’expérience de visiter les Rocheuses canadiennes cet été malgré la pandémie. Si toutes les précautions sont prises et les mesures respectées, il est possible de vivre un super beau voyage tout en minimisant le risque d’exposition et de contagion. J’ai pu complètement décrocher et oublier un instant que la Covid-19 existe en allant m’évader au coeur des montagnes. Après tout, il n’y a pas meilleure distanciation sociale que celle que nous offre la nature!

Bon voyage!

**N.B. Il est important de mentionner que nous n’encourageons pas les déplacements entre les régions et provinces à l’heure actuelle comme la deuxième vague de la pandémie bat son plein. Nous invitons tous et chacun à suivre les mesures mises en place par le gouvernement et à vérifier l’évolution de la situation en consultant le site web officiel du gouvernement avant de prévoir un voyage. De plus, cet article est basé sur un voyage effectué en août et les mesures et restrictions peuvent avoir changé depuis.

Cet article contient un ou plusieurs lien(s) d’affiliation. En réservant via ce(s) lien(s), l’équipe de Nomade Magazine touche une petite compensation qui n’affecte pas le prix que vous payez et qui nous permet de continuer à vous offrir du contenu gratuitement!

À lire également sur Nomade Magazine :