Quelles activités choisir pour en apprendre davantage sur la culture sud-africaine? Voici 4 suggestions!

De Cape Town à Johannesburg, l’Afrique du Sud est un pays qui a beaucoup à offrir, autant en ce qui concerne les paysages que les différentes cultures qui habitent le territoire. Avec ses onze langues officielles, le pays marque par sa diversité… et sa complexité. Une visite sud-africaine comporte une incontournable immersion dans son histoire et sa culture pour tenter de comprendre l’apartheid. Voici donc 4 expériences culturelles pour en apprendre davantage sur ce pays.

Un samedi matin au marché Old Biscuit Mill

Cape Town est une ville plus que séduisante qui attire des gens de partout depuis des siècles. L’un des endroits qui permet de constater le caractère multiculturel du Cap est le marché du samedi, le Neighbourgoods Market, qui se tient à l’ancienne usine rénovée du Old Biscuit Mill.

Ici, vous pouvez vous régaler des spécialités éthiopiennes (ce que je préfère), espagnoles, indiennes, et, bien sûr, goûter aux fameux Braai (barbecue) sud-africains. Les nombreux kiosques d’artisanat et la musique Jazz live constituent du bon matériel pour s’y perdre au moins durant deux heures.

Neighbourgoods market

Se rendre au marché est également une bonne occasion pour visiter le quartier Woodstock. Avec ses nombreuses brasseries (Drifter Brewing Company, The Brewers Co-op) et ses murales, l’endroit vaut le détour. En y déambulant, on comprend l’engouement que suscite son ambiance artistique. L’un des plus vieux quartiers de Cape Town, Woodstock a réussi  à demeurer multiculturel durant l’apartheid, un véritable exploit ! Toutefois, comme une panoplie de quartiers des centres urbains, Woodstock attire aujourd’hui de nombreux promoteurs et sa gentrification pousse ses plus vieux habitants à devoir quitter. Sans boycotter le marché du Old Biscuit Mill pour autant, je crois que c’est essentiel à avoir en tête lors d’une visite.

Culture et vins sud-africains : la visite du vignoble Klein Constantia

À une vingtaine de minutes du centre-ville, le vignoble Klein Constantia est le lieu parfait pour prendre congé du rythme effréné de Cape Town. Si le domaine est sublime, les nectars qui y sont produits le sont aussi, croyez-moi ! Établi depuis 1685, le vignoble a gagné ses lettres de noblesse grâce à son fameux vin dessert appelé vin de constance. D’excellents vins de type Sauvignon blanc, Chardonnay et Cabernet Merlot y sont produits. Si vous êtes passionnés par le vin, vous ne vous ennuierez pas avec les employés qui font les dégustations… et leurs verres sont généreux!

Dégustation de vins

Le fameux Vin de Constance

Séjourner au township de Soweto

Le quartier Soweto, plus gros township d’Afrique du Sud, a une réputation qui le précède. Notamment à cause du massacre d’étudiants lors d’une protestation contre l’apartheid en 1976, son nom ne laisse personne indifférent au pays. Sur la rue Vilakazi, ce n’est pas un mais bien deux lauréats du prix Nobel qui y ont habité. En plus d’avoir vu grandir des activistes de renom, Soweto a aussi vu naître des musiciens. C’est d’ailleurs ici que Solomon Linda a composé la chanson « Mbube », mieux connu sous le titre « The lion sleeps tonight ».

En constatant l’intérêt de plusieurs voyageurs à séjourner à Soweto, Lebo qui était jadis vendeur d’artisanat a eu l’idée d’ouvrir sa maison et la transformer en auberge. Si Johannesburg est reconnue pour être risquée, l’ouest d’Orlando à Soweto où se situe le Lebo’s Soweto Backpackers est surprenamment paisible. Que ce soit pour visiter le jardin communautaire, le terrain de camping ou le sympathique restaurant en plein air, les employés encouragent les visiteurs à se promener aux alentours. Lebo’s Soweto Backpackers offre des tours du quartier à vélo, en tuk-tuk ou à pied. Vous pourrez entre autres visiter la rue où ont vécu deux personnages-clés de la lutte contre l’apartheid, Nelson Mandela et Desmond Tutu. En apprendre davantage sur la culture Zulu, notamment en goûtant à la bière artisanale, s’ajoute aux raisons d’explorer Soweto.

Tour à vélo de Soweto

Si le temps vous le permet, profitez d’un repas sud-africain pour ensuite prendre un verre autour du feu. Pas surprenant que Lebo’s Backpackers soit l’un des incontournables de plusieurs voyageurs en Afrique du Sud ! Yebo !

Une journée au musée de l’Apartheid

Je pèse ici mes mots : le musée de l’Apartheid mérite qu’on y consacre au moins une journée entière. J’ai visité d’excellents musées lors de mes voyages précédents et celui-ci les détrône tous. En quatre heures, je n’ai pu faire qu’une seule section. Je n’ai donc malheureusement pas pu assister à la vie de Mandela racontée en réalité virtuelle.

À l’accueil, on remet aléatoirement aux visiteurs des billets. Certains comportent l’inscription « Blancs » et les autres « Non-Blancs ». Selon le ticket qui vous aura été remis, vous effectuerez le trajet correspondant à la catégorie. Cette entrée en matière frappe les esprits et fait ressortir le caractère incongru de l’apartheid : des divisions arbitraires qui ont causé énormément de tort.

Billet pour musée de l'apartheid

Au fil de la visite, le musée nous fait passer par toute une gamme d’émotions. Du dégoût des politiques raciales à l’espoir de la résistance, il faut maintes fois reprendre son souffle. J’ai d’ailleurs eu la chair de poule et les larmes aux yeux devant les images de foules dans les années 80 qui couraient et chantaient des slogans pour mettre fin à l’apartheid. Les voir courir ensemble pour leur liberté est tellement puissant… ça vaut vraiment la peine d’y assister. Et en plus, le musée de l’apartheid se situe tout près de Soweto. Une autre bonne raison de visiter le quartier !

Donner une chance à Johannesburg

Si les qualités de Cape Town sont maintes fois vantées parmi les cercles de voyageurs (notamment ICI), Johannesburg inspire plutôt la crainte. Ainsi, les activités offertes au Lebo’s Backpackers et le musée de l’apartheid sont de bonnes façons d’explorer la ville sans se faire vider les poches. Que ce soit autour du feu en écoutant les contes Zulu ou en vous imprégnant des gestes et paroles de grands hommes comme Mandela et Tutu, vous ne regretterez pas d’avoir fait un crochet à Joburg.

Bonne visite !

Cet article contient un ou plusieurs lien(s) affilié(s). Nous touchons à une petite commission pour chaque réservation faite à partir de ce(s) lien(s) qui n’affecte pas le prix que vous payez et qui nous permet de continuer à vous offrir du contenu gratuitement!

À lire également sur Nomade Magazine :