Peut-on grimper les volcans au Costa Rica?

En arrivant au Costa Rica, les touristes sont souvent déçus d’apprendre qu’ils ne pourront pas escalader de volcans. Effectivement, le Costa Rica attire les touristes de partout dans le monde pour plusieurs raisons et l’une d’entre elles est certainement la présence de nombreux volcans. Avec ses 116 volcans, le Costa Rica est sans contredit ce que l’on peut appeler une terre de volcans. Pourtant, ce que les voyageurs semblent souvent ignorer avant d’arriver au pays c’est que l’accès aux volcans du Costa Rica est extrêmement limité et protégé. Alors que dans certains pays vous pourrez surfer sur les volcans, les escalader jusqu’à leur cime pour voir leur lac de lave ou vous baigner dans leur lagune, ou bien encore vous cacher dans leurs fumerolles pour sentir leur chaleur volcanique, le Costa Rica ne vous permet que de les observer d’une certaine distance. Vous pourrez aller vous promener dans les parcs nationaux des volcans, mais ne vous attendez pas à pouvoir les escalader.

Pourquoi les volcans au Costa Rica sont-ils inaccessibles?

Mais pourquoi demanderez-vous. Une des raisons principales est que la législation du Costa Rica est beaucoup plus stricte que bien d’autres pays à ce niveau-là. Le Costa Rica n’est-il pas reconnu pour la protection de ses parcs nationaux et de ses ressources naturelles? Et bien la protection de ses aires protégées implique également la protection de ses volcans et de la faune et la flore qui les entourent. Souvent la flore que l’on retrouve près des volcans est très jeune et très fragile, alors si l’on permettait à quiconque d’aller se promener comme bon lui semble, c’est cette flore qui en souffrirait les conséquences.

Outre une législation qui promeut la protection de l’environnement, il y a aussi le thème de la sécurité. Les volcans, nous le savons, peuvent être extrêmement dangereux voire même dévastateurs. En l’an 2000, une petite américaine de 8 ans ainsi qu’un guide d’excursion du Costa Rica ont perdu la vie suite à une expédition au-delà des limites permises dans le parc du volcan Arenal. Suite à cet évènement tragique, le Costa Rica a du prendre des mesures encore plus drastiques afin d’éviter que se reproduise ce type d’évènement. Un volcan, c’est comme une bombe à retardement, on ne sait jamais à quel moment il explosera. Non seulement y a-t-il les éruptions, mais il y a également toute la question d’émissions de gaz nocifs pour la santé ainsi que le risque d’éboulements. Le Costa Rica a donc décidé de prendre les mesures afin de s’assurer de la sécurité de ses visiteurs et c’est pour cela que vos visites seront guidées, limitées ou même complètement interdites. Si certains pays ne sont pas aussi strictes, dites-vous que c’est souvent une question de législation ou tout simplement dû à des caractéristiques différentes des volcans, qui en font des bêtes moins dangereuses. Je vous conseillerais fortement de bien vous informer avant de vous lancer dans de quelconques expéditions sur un volcan. Le volcan est-il actif, crache-t-il des cendres ou des gaz nocifs, à quand remonte sa dernière activité, est-ce légal ou pas?

Voici mes recommandations

Pour ce qui est de votre prochain séjour au Costa Rica vous saurez à quoi vous attendre. Les trois volcans les plus visités sont les volcans Irazú, Arenal et Poas. Ils ont tous leurs propres caractéristiques et sont tous impressionnants à leur façon. Vous ne pourrez toutefois pas escalader aucun de ces géants à moins que ce soit de manière illégale. Si vous pensez vous lancer dans cette aventure, soyez bien conscients que c’est à vos risques et périls. Si c’est interdit, c’est parce que les dangers sont bel et bien réels. À mon humble avis, si vous devez n’en visiter qu’un seul, je vous recommanderais le majestueux volcan Arenal, vous ne serez pas déçu! Aussi, n’oubliez pas que, même si l’escalade de volcans est interdite aux Costa Rica, il existe de nombreuses autres activités tout aussi excitantes telles que la baignade dans les eaux thermales, les randonnées dans les parcs nationaux, le canopy, le rafting et j’en passe! Ah et puis avant de vous quitter… un petit secret: le petit frère du volcan Arenal se nomme le Cerro Chato. Il est éteint, sans danger et on peut se baigner dans sa lagune!

Article rédigé par Josée Roy

À lire également sur Nomade Magazine :