C’est tellement agréable de passer la nuit en pleine nature. S’endormir sous les étoiles au beau milieu des arbres et se réveiller le matin avec cette même odeur boisée et sucrée. Vous l’aurez compris, je suis une grande fan de camping.

Et pourquoi ne pas faire durer le plaisir même en hiver? 

L’hiver, c’est encore plus spécial de passer la nuit dehors. On est isolé plus que jamais, c’est calme, c’est doux. Le matin, on se sent comme un ours qui sort de sa taverne, on s’émerveille tellement par cette lumière puissante que la neige réfléchit. Et oh qu’on l’apprécie ce petit rayon de soleil au réveil.

Bon, ça a l’air bien beau tout ça, mais vous me direz « hey mais y fait frette l’hiver icitte ! ». Oui, en effet, et c’est pourquoi il est ultra important d’être bien préparé pour profiter de l’expérience au maximum.

Voici donc quelques conseils pour vous initier au camping d’hiver (ou de mi-saison). Je vous dresse ici une liste d’équipement à ne pas oublier pour ce genre d’expédition. Ensuite, je vous donne des petits trucs pour vous nourrir en camping d’hiver et je termine en vous listant quelques endroits où c’est possible d’en faire.

Avant de commencer, je tiens à mentionner que même si vous n’êtes pas équipés, vous pouvez facilement louer presque tout le matériel nécessaire chez MEC. En plus, les prix de location pourraient vous étonner! Ah ah, maintenant vous n’avez plus d’excuses! 😉

Quoi emporter ?

  • Tente (il existe des tentes 4 saisons, mais je tiens à dire que ce n’est pas nécessaire)
  • Sac de couchage d’hiver (de type momie préférablement) *
  • Matelas gonflable
  • Matelas isolant pour mettre sous votre matelas gonflable la nuit et pour vous éviter de vous asseoir dans la neige en tout temps (à ne pas sous-estimer… un tapis de yoga peut faire l’affaire)
  • Oreiller de camping (certains préfèrent ne pas s’encombrer et dorment sur leur sac à dos ou manteau)
  • Bas chauds de rechange (je dors souvent avec 2 paires de bas, et c’est important d’avoir des bas de rechange, car si vous avez eu chaud dans vos bottes durant la soirée, vos orteils vont geler)
  • Vêtements en couches pour en ajouter ou en enlever durant la soirée et la nuit
  • Vêtements de rechange pour la nuit (surtout ne pas aller dormir avec des vêtements humides)
  • Tuque (vous allez vouloir dormir avec)
  • Bouchons pour les oreilles (pour ne pas paniquer au moindre bruit)
  • Lampe frontale
  • Gants, en plus de vos mitaines de jour (très pratiques pour monter la tente et pour cuisiner)
  • Pantoufles d’hiver (optionnel, mais oh que c’est plaisant d’enlever ses bottes humides pendant la soirée et, sincèrement, j’étais sceptique, mais ça garde vraiment la chaleur! Aussi, très pratique si vous avez envie de pipi durant la nuit)
  • Réchaud pour l’hiver et allumettes **
  • Casserole et ustensiles de cuisson (pour cuisiner et faire fondre de la neige)
  • Ustensiles réutilisables
  • Plat réutilisable (un Tupperware vous servira d’assiette ou de bol pour manger)
  • Bouteille d’eau réutilisable (ça peut être pratique que cette bouteille résiste à l’eau chaude, comme les bouteilles Nalgène)
  • Petite serviette qui sèche vite (toujours pratique pour essuyer des trucs. En plus, ce n’est pas encombrant)
  • Nourriture et eau

* Petit truc no 1 : prévoyez un sac de couchage de 10 degrés celsius plus chaud que la température qu’il annonce. S’il annonce -10, il vous faut au minimum un sac de couchage -20. En fait, choisissez celui qui est le plus chaud possible. Allez-y pour un -30 si vous le pouvez. Si vous n’avez pas de contrainte d’espace, vous pouvez aussi combiner plusieurs sacs de couchage, par exemple deux -10.

** Petit truc no 2 : il existe des réchauds conçus pour résister aux basses températures. Assurez-vous de comprendre comment votre réchaud fonctionne et de le tester avant votre expédition. J’ai déjà utilisé un réchaud 3 saisons en camping d’hiver en le gardant au chaud avec des hot pads, et même si ça a fonctionné, je recommande nullement cette technique qui n’assure aucune fiabilité ;).

Petit truc no 3 : avant de monter votre tente, vous pouvez tapper la neige au sol (avec vos raquettes par exemple) pour vous créer une surface rigide pour la nuit.

Quoi manger en camping d’hiver?

L’idéal est d’avoir un brûleur pour cuisiner ses repas sur place (plats déshydratés, side kicks, soupe, gruau avec lait en poudre au besoin). En plus, ces repas sont plutôt simples à faire ; on ajoute de l’eau chaude et le tour est joué! Vous pouvez également préparer des sandwichs à l’avance, mais n’oubliez pas qu’il se peut que votre nourriture gèle, surtout pendant la nuit. Il est préférable de manger ses légumes et fruits la première journée et garder les noix pour le lendemain. D’ailleurs, votre eau aussi gèlera sous 0 degré, mais vous pourrez faire bouillir de la neige pour vous hydrater!

Où passer la nuit en camping d’hiver?

À mon grand désespoir, il y a peu d’endroits où c’est légal de faire du camping d’hiver sauvage au Québec… Bon, si vous vous sentez wild, vous pouvez aller planter votre tente un peu n’importe où… mais à vos risques. Soyez prudents par contre! Ce n’est peut-être pas la meilleure idée d’aller vous perdre dans le fin fond de la forêt à plus d’une heure de raquette des routes pour votre première expérience à -40.

Parc régional de la Forêt Ouareau

En plus de pouvoir y faire de la raquette et du ski de fond, ce parc offre des espaces de camping en forêt. Il faut payer environ 35$ par nuit pour 1 tente à mon souvenir. Il y a aussi des refuges à proximité accessibles à tous durant la journée.

Sépaq

Quelques parcs de la Sépaq proposent du camping d’hiver payant, notamment les parcs nationaux d’Oka, de la Jacques-Cartier et du Bic.

Adirondacks

Ça a bien beau être dans l’état de New York, les Adirondacks sont à environ 2h de route de Montréal! Et en plus, le camping sauvage est légal et GRATUIT !!! Il faut simplement s’installer à plus de 45 mètres d’un cours d’eau, d’un sentier ou d’une route et respecter les principes leave no trace. Aussi, à plus de 1067 mètres d’altitude, il faut camper dans les endroits désignés par des balises jaunes et il est interdit de camper à plus de 1219 mètres d’altitude.

Bien que je n’ai pas testé ces endroits, il semblerait que le camping d’hiver est aussi disponible au Parc régional du Mont-Ham, Centre d’Aventure Mattawin, Centre Plein Air de Saint-Adolphe-d’Howard et Parc régional du Massif du Sud.

Voilà, vous êtes maintenant outillés pour vous initier au camping d’hiver! Je le jure, c’est vraiment une belle expérience à vivre et c’est une superbe façon de profiter de la saison froide!

Bonne découverte! 🙂

À lire également sur Nomade Magazine :