Arrêts incontournables sur la route entre Los Angeles et San Diego

Si comme moi, vous vous lassez vite des grandes villes, sachez que de splendides coins de nature vous attendent sur la route de Los Angeles à San Diego. Les plus belles plages du pays mais aussi, en allant un peu plus dans les terres, de canyonesques surprises (ça se dit ?).

Le comté d’Orange tient historiquement son nom du fruit qui y était cultivé… mais cela pourrait être aussi bien pour les teintes orangées et la lumière magique de ses couchers de soleil. Loin des projecteurs artificiels d’Hollywood, un havre de paix où le soleil brille toute l’année et où l’automne est doux avec des allures d’été. J’ai eu la chance d’y passer une semaine chez une adorable famille. Dire que je n’aurais sans doute pas eu l’idée de visiter cette région sans y avoir un ami local, et c’est devenu un vrai coup de cœur !

J’ai ensuite eu l’occasion d’explorer la côte jusqu’à San Diego grâce à une autre amie de longue date habitant près de là. Un petit road trip de plage en plage, de merveille en merveille.

Où s’arrêter sur la route et quoi ne pas manquer? Voici mes suggestions!

Laguna Beach

Sa ville et ses plages, les deux valent le détour. Laguna regorge de galeries d’art pour tous les goûts, mais aussi de petits cafés et boutiques de souvenirs et d’artisanat où flâner entre deux baignades. Le sentier du littoral, avec ses nombreux points de vue et bancs en chemin, permet de découvrir de superbes paysages tout le long de la côte et une nature luxuriante. En marchant un peu, on y trouve des plages moins fréquentées et, si vous avez de la chance, vous pourrez même apercevoir un phoque !

Treasure Island (Laguna Beach)

Non, ce n’est pas une peinture…

En remontant sur quelques kilomètres depuis la plage principale de Laguna, on n’est pas au bout de ses surprises en arrivant à ce petit coin de paradis terrestre. Oui, cette plage qui porte bien son nom de Treasure Island.

Rochers à explorer, eau claire pour se baigner, sable chaud, variétés de fleurs sauvages et de paysages… Il y a de quoi y passer la journée. Le coucher de soleil y est tout simplement sublime. Un de ces moments qu’on aimerait faire durer indéfiniment.

Red Rock Canyon (Whiting Ranch Wilderness Park)

C’est probablement l’endroit que j’ai préféré dans mes aventures californiennes.

Qui aurait cru que de telles formations naturelles existaient à moins de deux heures de Los Angeles ? Le genre de canyon comme il en existe communément en Arizona, mais unique au comté d’Orange et en Californie. Accessible grâce à une randonnée facile, en un peu moins d’une heure, le sentier attire beaucoup les familles. Mais pour grimper au sommet du canyon, mieux vaut avoir de bonnes chaussures, ou un ami qui a l’habitude !

À prévoir : plusieurs litres d’eau pour rester hydraté et de la crème solaire… le soleil est fort (et j’y étais fin octobre).

San Clemente

Retour sur la côte pour un arrêt à San Clemente, la ville la plus au sud du comté d’Orange, avant de rejoindre le comté de San Diego. Étape brève mais incontournable, que ce soit pour son style architectural d’ancienne colonie espagnole, sa jetée ou ses kilomètres de plages avec vue sur les collines…

Encinitas

D’autres arrêts sont possibles en route, comme Oceanside ou encore Carlsbad, pour encore plus de plages de sable blanc et de palmiers, selon la durée du road trip. Mon coup de cœur est la petite ville d’Encinitas, et le jardin public du Self-Realization Fellowship Temple avec ses plantes exotiques et vues sur l’océan.

La Jolla

Dernière étape sur la route de San Diego, mais pas la moindre. La Jolla est une station balnéaire réputée, mais on y trouve aussi des « tide pools », les cuvettes de marée où s’abritent les petits animaux aquatiques par marée basse. En regardant bien, vous pourrez peut-être y observer différentes sortes d’algues, octopus ou étoiles de mer…

Et enfin… qui dit road trip dit photo de la route obligée. Les palmiers sont partout, on l’aura compris, mais comment s’en lasser ?

Bonne route!

Article rédigé par Elodie C.

À lire également sur Nomade Magazine :