Il est grand, il est blond, il a les yeux bleus comme le ciel. Athlétique, il correspond en tout point au stéréotype d’un Norvégien. Elle est grande et jolie; elle est Autrichienne. Ils se sont rencontrés par pur hasard lors d’une visite touristique à Kyoto, et en un instant, ils se sont plus. Ils ont rapidement décidé de changer complètement leurs itinéraires respectifs pour continuer de visiter le Japon ensemble. Quand ils sont arrivés à Hiroshima à l’auberge où je travaillais, ils n’étaient ensemble que depuis une semaine, mais la chimie était palpable entre les deux, et déjà ils étaient inséparables.

Leur histoire émouvante m’a pourtant laissée bien perplexe, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec eux. C’est qu’en fait, je me suis demandé si moi, indépendante et célibataire endurcie, je serais capable de balancer mes plans au grand vent pour suivre quelqu’un que je viens à peine de rencontrer. Si j’aurais osé suivre un destin incertain, sans me laisser refroidir par les contraintes et difficultés qui attendent au retour à la maison. Ce n’est pas que je ne crois pas en l’amour, bien au contraire. Mais avouons-le, les voyages créent des circonstances bien particulières.

Quand nous voyageons, nous ne voyons pas le monde qui nous entoure à travers le même prisme, et nos émotions sont souvent sollicitées de bien des façons. Est-ce qu’un amour né dans un contexte de dépaysement et d’exploration, quand tous nos sens sont à l’éveil, peut survivre, voire continuer à s’épanouir, une fois que nous revenons dans notre train-train quotidien? Quand on entend toutes les histoires tristes de rencontres qui n’ont pas survécu à l’épreuve du temps ou du changement de décor, on peut se demander s’il est possible de trouver l’amour véritable pendant un voyage. Aussi, ce n’est pas parce qu’on a rencontré l’autre pendant un périple à l’étranger que cette autre personne a nécessairement le même niveau de passion pour les voyages ni la même façon de voyager. Dès lors, est-il raisonnable de se lancer dans une telle « aventure »?

Par curiosité, j’ai posé la question sur un forum pour backpackeuses, et quelques-unes des membres ont bien voulu me raconter leur histoire, que voici :

Lors d’un voyage en Amérique latine avec une amie, Mélanie rencontre LE mec sur une piste de danse. Le premier contact est très positif et, malgré qu’elle ne parle pas l’espagnol et qu’il ne parle pas français, ils arrivent à communiquer et la chimie s’installe. Ils se revoient le lendemain, puis, alors que Mélanie et son amie poursuivent leur voyage, elle et lui continuent à communiquer tous les jours. Après son retour en France, même si les obstacles à la relation la font hésiter, elle reste en contact avec lui. Trois mois plus tard, elle décide de retourner au Pérou pour une courte période, histoire de le voir. Puis, à son tour, il fait quelques voyages en Hexagone. Et là, tout devient clair : il est vraiment LE mec pour elle. Mélanie habite maintenant avec lui au Pérou et ils sont sur le point de se marier.

« C’était fou, car ne parlant pas la même langue et ayant tous deux un anglais approximatif, la communication était tellement facile! » ~Mélanie

Partie pour une mission à Andahuaylas (Pérou) en 2013, Élodie quitte cet emploi après quelques mois et part à l’aventure. Lorsqu’elle revient dans la même ville un mois plus tard, elle se trouve un petit boulot et, dès le premier jour de travail, elle rencontre un jeune homme qui lui plaît tout de suite. Il l’invite à manger ce même soir et, après une très longue soirée à se raconter leurs vies, ils décident de vivre ensemble. Quatre ans plus tard, ils sont maintenant mariés, habitent à Lima et sont des plus heureux!

Comment résister à des lieux aussi romantiques?

Lise, une Française, est partie en Australie avec un visa vacances-travail. Comme elle n’aime pas la collocation où elle habite à Melbourne, elle se cherche un autre appartement, mais ne trouvant rien, elle décide de se poser à l’auberge de jeunesse, le temps de trouver quelque chose, et c’est là qu’elle rencontre Matthieu, un Français lui aussi. Ils se mettent rapidement en couple et décident de partir en road trip. Lorsqu’ils rentrent en France, ils retournent chacun dans leur région natale et poursuivent la relation à distance. Ils décident de partir pour la Nouvelle-Zélande, mais Lise souhaite partir plus tôt pour démarrer le voyage en solo. Malgré une plus grande distance et le décalage horaire, leur couple tient le coup. Matthieu la rejoint 3 mois plus tard. Avant ce voyage en Nouvelle-Zélande, ils avaient tous deux décidé de tenter leur chance pour obtenir le visa canadien et le destin a fait qu’ils l’ont tous deux obtenu à une semaine d’intervalle, sans pourtant avoir indiqué aux autorités canadiennes qu’ils étaient en couple. Ils habitent maintenant Montréal et filent le grand amour.

« Si j’avais une objection, ce serait de ne pas trop réfléchir à ce qui nous arrive. Tout arrive pour une raison, et il faut parfois laisser faire les choses. Si j’avais trop réfléchi, je ne serais jamais partie avec une personne que je connaissais depuis deux mois à peine. » ~Lise

En février, Ange part avec une co-voyageuse pour le Cambodge. Elle vient de sortir d’une relation et a besoin de dépaysement. Après 15 jours de voyage, elle fait la rencontre de Ach dans une auberge. Il lui plaît immédiatement. Lors d’une escapade d’une journée à Koh Tonsey (île aux lapins), Ange et Ach ont la chance de faire davantage connaissance et la complicité s’installe très rapidement. Mais voilà, Ach a une copine. Peu de temps après leur retour en France, ils se revoient pendant 3 jours. Leur connexion est claire! Deux semaines plus tard, Ach rompt avec sa copine et depuis ils « vivent un amour magique et intense! ».

« Ce que j’ai appris, c’est [qu’il faut] vraiment lâcher prise. Rester ouverte aux rencontres et faire confiance à la vie! » ~Ange

Les voyages mettent tous nos sens en éveil

Trouver un amour durable pendant un voyage, c’est possible? Absolument! Bien sûr, il y a aussi des histoires qui n’ont abouti à rien ou qui ont tourné en queue de poisson. Quand on ouvre son cœur, on s’expose aussi tout naturellement à des déceptions. Comment faire alors pour déterminer si on doit aller de l’avant? D’abord, je pense qu’il faut écouter sa petite voix intérieure. Si vous voyez des signes que quelque chose cloche, il vaut peut-être mieux ne pas donner suite. Et ne pas hésiter à mettre fin à quelque chose qui est sérieux pour vous et ne semble pas l’être pour l’autre.

Il faut aussi écouter son cœur et s’assurer de pouvoir bien communiquer ses sentiments et ses attentes à l’être cher. Comme l’explique Lise : « Il est important d’instaurer une bonne communication de base. Je sais que ça peut sembler classique dit comme ça, mais lorsqu’on voyage et que l’on est loin de ses repères habituels, il est d’autant plus important d’exprimer son ressenti, ses craintes et plaisirs ». Et les regrets? Vaut-il mieux regretter de passer à côté de quelque chose plutôt que de regretter d’avoir tenté sa chance?

« Je pense qu’il vaut mieux tenter l’aventure quitte à se planter que garder le doute toute sa vie ». ~Élodie

Ce couple formé à Kyoto et que j’ai rencontré à Hiroshima est-il encore uni? File-t-il le parfait bonheur? Ont-ils trouvé une façon de fonctionner à distance, ou l’un des deux a-t-il déménagé pour aller rejoindre l’autre? Je ne le saurai jamais. Près de huit mois se sont écoulés depuis qu’ils sont passés dans ma vie, et j’espère qu’ils sont toujours aussi heureux ensemble.

Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je dois préparer mon retour imminent au Japon, où j’irai trouver réponse à mes propres questions. *clin d’œil*

À lire également sur Nomade Magazine :