Sarajevo, capitale de la Bosnie Herzégovine, n’a a priori pas trop la cote et se retrouve rarement sur les fameuses bucket list des destinations de rêve. Elle ferait presque peur à certains. « Mais n’est-ce pas dangereux ? », ai-je entendu lors de l’annonce de cette destination à certains de mes amis. Si j’avais évité toutes les villes qualifiées de « dangereuses » au cours de mes voyages, je ne serais pas allé bien loin… Il est certain que, dans les mémoires, ce pays est encore associé à une période sombre, celle de la guerre, des blessures et de nombreux massacres. Pour comprendre l’âme de la ville, un mini cours 101 s’impose. Voici un petit rappel historique : de 1992 à 1995, Sarajevo fut une ville assiégée, agressée, presque détruite ! Encerclée par l’armée serbe, sa population bosniaque musulmane fut prise en otage. Le sifflement des balles était devenu plus fréquent que le chant des oiseaux. Le temps passe et, par bonheur, aujourd’hui, Sarajevo, a tout pour plaire, si on ose les destinations hors catalogue. La capitale est surprenante et saura à coup sûr balayer tous les clichés démodés. Sarajevo est tournée vers l’avenir, on y sent un vent de renouveau, bien que les stigmates de cette triste période soient toujours visibles. La ville fait toutefois peau neuve et les gratte-ciel poussent comme des champignons.

Sarajevo est une ville à majorité musulmane. Les mosquées y sont nombreuses, on en compte pas moins de 210 dans la ville et les minarets ornent le paysage. Vous dire que durant les cinq périodes de prière par jour, les chants des muezzins se répondent et se font écho… Fascinant et envoûtant.

Voici mes coups de coeur, mes incontournables lors de votre prochaine visite dans la capitale.

Le quartier turc de Sarajevo (Baščaršija)

L’entrée dans le quartier turc est spectaculaire. On est soudainement transporté au Moyen-Orient, de petites ruelles pavées vous dirigent vers les échoppes où se vendent aussi bien des tapis, des bijoux, des lampes d’Aladin et des bibelots made in China pour touristes. C’est ici que l’on trouve les plus belles mosquées, ainsi que la place Sebilj avec ses pigeons et sa fontaine en bois, l’un des symboles de Sarajevo.

Aux bords de la rivière Miljacka

Sarajevo est construite le long d’une petite rivière peu profonde.  Le  « pont latin » demeure le plus connu et fréquenté par les touristes, plus pour son aspect historique que pour son architecture. À cet endroit eut lieu l’événement déclencheur de la Première Guerre mondiale, l’assassinat de l’Archiduc François Ferdinand d’Autriche. Quelques pas plus loin se dresse Vijećnica, la bibliothèque nationale magnifiquement rénovée. À visiter absolument ! Autrefois mairie de Sarajevo, elle fut la proie des flammes pendant la guerre de Bosnie et deux millions de livres s’envolèrent en fumée. Certains la surnomment maintenant « le phénix de Sarajevo », car elle est à nouveau née de ses cendres.

Tunnel de l’espoir

Pour apprendre et mieux comprendre les blessures du passé,  je vous recommande grandement la visite du musée du Tunnel de l’espoir. Creusé sous l’aéroport de Sarajevo durant le conflit armé de part et d’autre des lignes bosniaques et serbes afin d’approvisionner la population prise au piège et acculée à la famine, ce tunnel est emblématique de la résistance contre la barbarie. 

Pour comprendre, découvrir avec un guide local et voir un peu plus loin

Bien évidement, on ne peut pas venir à Sarajevo sans aller jeter un petit coup d’oeil sur les beautés naturelles de la Bosnie Herzégovine. Nous avons donc planifié une visite guidée d’une journée, via une agence : Sarajevo Funky Tours un jeune guide bosniaque, très sympathique qui, par son propre témoignage et celui de sa famille, ainsi que par certaines des anecdotes, nous a présenté avec fierté son pays, du moins sa partie sud. Le circuit débute par la visite des vestiges des infrastructures des Jeux Olympiques d’hiver de 1984. Aujourd’hui, le site est le terrain de jeu des graffiteurs et des artistes de street art. Moi, qui en suis fan, je n’ai pu que me réjouir de ce début de journée.

Ensuite, une destination obligée : la ville de Mostar, deuxième ville du pays, LA grande destination touristique du pays. Nichée au cœur de la vallée de Neretva, la ville charme par ses maisons anciennes et son célèbre pont, Stari Most, classé au patrimoine de l’UNESCO. Plus au sud, à seulement douze kilomètres de Mostar, se trouve un autre bijou, Blagaj. Cette petite ville, également inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, est sublime. La couleur émeraude de la rivière Buna subjugue. Directement adjacent, le monastère mystique des Derviches confère au lieu un esprit sacré.

Pour finir en beauté la visite guidée, mes yeux furent émerveillés par le parc de Kravice et ses chutes impressionnantes. Le parc offre une ambiance magique, la limpidité de l’eau, sa couleur émeraude et turquoise se mêle au vert des feuilles et aux pierres beiges dorées. Les capteurs d’images comme moi y sont au paradis. Le cadre est idyllique pour se rafraîchir ou se détendre… avant de reprendre la route vers la capitale.

Je ne peux finir sans souligner l’hospitalité et la gentillesse des Bosniaques. Le sourire est là, la chaleur est sincère et ils ne tarissent jamais d’anecdotes ni d’histoires autour d’un bon café turc à savourer avec un borek salé ou sucré. Alors, sortez des sentiers battus et envolez-vous vers Sarajevo, le diamant brut des Balkans!

Infos pratiques :

Sarajevo Funky Tours : Besarina čikma 5, Sarajevo 71000 – info@sarajevofunkytours.com Téléphone : +387 62 612 612 – http://www.sarajevofunkytours.com

Tunnel de Sarajevo : BA, 1, Tuneli, Sarajevo 71000 – info@tunelspasa.ba – Téléphone: +387 33 778 672 – https://tunelspasa.ba/#Dobrodošli

Bibliothèque nationale et universitaire de Bosnie-Herzégovine : Zmaja od Bosne 8b, Sarajevo 71000 – ured.direktora@nub.ba – Téléphone : +387 33 275-301 – http://www.nub.ba/xnj/

À lire également sur Nomade Magazine :