Le Japon est une destination prisée chez les voyageurs. Et Hiroshima figure souvent parmi les villes à visiter dans ce beau pays. Or, la majorité des touristes qui se rendent à Hiroshima n’ont habituellement que deux endroits sur leur liste : le parc de la Paix et le sanctuaire d’Itsukushima, sites figurant sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ayant passé un mois et demi à Hiroshima en 2018, j’ai pu découvrir qu’il y a beaucoup plus à voir et à faire dans cette ville dynamique à l’atmosphère très spéciale et dans les environs. Voici quelques suggestions.

Château d’Hiroshima

Le château d’Hiroshima n’a certainement pas la même taille ni la même importance historique que le château de Himeji ou celui d’Osaka, mais de par son rôle dans l’histoire du sud du Japon, il vaut tout de même le détour. Le château a été détruit par la bombe atomique en 1945, mais reconstruit fidèlement à l’original par après (construction achevée en 1958). Le grand parc qui l’entoure est aussi un bon endroit pour une promenade par beau temps et le petit temple bouddhiste qui se trouve aussi sur les terres du château est un bel ajout à la visite. Un parcours pour joggeurs/coureurs de 1,5 km fait le tour de l’ensemble de l’emplacement.

Château d’Hiroshima

Parc de Shukkeien

Loin d’être l’un des plus grands parcs du Japon, le parc de Shukkeien est tout de même d’une grande beauté et une magnifique oasis tout près du centre-ville. Les dimanches, les amoureux de culture japonaise peuvent participer à une cérémonie de thé traditionnelle dans l’un des pavillons du parc.

Parc Shukkeien

Orizuru Tower

À deux minutes du parc de la Paix, la tour Orizuru offre une grande plateforme d’observation à son dernier étage qui permet une vue splendide (360O) de l’ensemble de la ville. Le billet d’entrée pour monter à l’étage d’observation donne droit à la participation à une activité liée à l’un des symboles de Hiroshima : on vous remet une feuille de papier d’origami et des instructions pour faire une petite grue (oiseau) que vous pouvez ensuite laisser tomber dans la section vitrée située à l’avant de la tour et regarder « voler » par le plancher de verre (s’abstenir si les hauteurs vous donnent le vertige!). Les soirs de fin de semaine, vous pouvez monter prendre un cocktail sur la plateforme d’observation et admirer les lumières de la ville dans une agréable atmosphère de lounge. Le prix d’entrée pour cette activité est un peu élevé (environ 20 $, cocktail non compris), mais vous y passerez un excellent moment.

Le Dôme de la bombe atomique et, à droite, la tour Orizuru et sa plateforme d’observation illuminée

Spectacles de kagura

Tous ceux qui connaissent le Japon auront déjà entendu parler du théâtre kabuki et du théâtre de marionnettes bunraku. Le kagura est une danse théâtrale shinto qui remonterait à plus longtemps que le théâtre kabuki et qui est demeurée très vivante dans la région d’Hiroshima. À environ 1 heure d’Hiroshima, vous pouvez assister à des spectacles de kagura dans le village Kagura Monzen Tojimura, dans la ville d’Akitakata. Si vous n’avez pas le temps de vous déplacer, vous pouvez assister tous les mercredis soirs pour la modique somme de 1000 yens (environ 12 $) à deux spectacles de 45 minutes (avec pause de 15 minutes entre les deux) au centre culturel de la préfecture (à deux minutes à pied derrière la tour Orizuru). À voir pour les costumes flamboyants, dont certains pèsent plus de 10 kg, et pour la musique traditionnelle.

Partie de baseball

Si vous visitez la ville pendant la saison du baseball et que vous avez un peu plus de moyens, n’hésitez pas à aller assister à une partie de l’équipe locale, les Carp, au stade Mazda. Les habitants d’Hiroshima sont de fiers partisans et ont un amour inconditionnel pour leur équipe et ses vedettes. Juste pour l’atmosphère, et pour voir la marée rouge (couleur de l’équipe) dans la foule, ça vaut vraiment le coup. Si vous vous laissez prendre par la fièvre (l’équipe d’Hiroshima est excellente, ayant remporté le championnat de l’ouest du Japon pour la troisième année consécutive en 2018), vous en ressortirez peut-être vous aussi avec votre casquette ou votre chandail à l’effigie de l’équipe.

Cuisine typique de la région

Si vous avez déjà goûté au fameux okonomiyaki d’Osaka, sachez que la version d’Hiroshima (qui est aussi la version originale de ce plat) est très différente. Parmi les meilleurs endroits pour goûter à ce mets qu’on appelle parfois « pizza japonaise » (mais il s’agit plutôt d’une omelette étagée), notons le restaurant Nagata-ya (près du parc de la Paix). Il faudra vous armer de patience : la file à l’extérieur du restaurant est souvent très longue. Il y a aussi l’Okonomiyaki-Mura (littéralement « village de l’okonomiyaki ») près du centre commercial Parco. L’excellent restaurant Tekka dans le quartier Honkawa-cho (à 5 minutes du parc de la Paix, de l’autre côté de la rivière) offre aussi un mini-okonomiyaki si vous n’avez pas assez d’appétit pour en manger un en entier. Dans la plupart de ces restaurants, vous pouvez vous asseoir près de la plaque de cuisine et voir le chef préparer votre plat.

Okonomiyaki, dans le style d’Hiroshima

Si vous n’êtes pas amateur d’omelettes, mais aimez le curry rice à la japonaise, ne manquez surtout pas le restaurant Suzume-bachi sur Namiki-dori (environ 10 minutes au sud du centre commercial Parco). L’endroit est tout petit, mais très chaleureux. Le propriétaire, très sympathique, n’a pas son pareil pour vous faire sentir bien accueilli et adore discuter avec les clients, peu importe d’où ils viennent. Et son curry rice est vraiment le meilleur en ville!

Musée d’art contemporain et musée préfectoral d’art

Hiroshima compte trois musées d’art : le Musée d’art d’Hiroshima, le Musée préfectoral d’art et le Musée d’art contemporain. Comme on ne va pas au Japon pour aller voir des œuvres de peintres européens (Monet, Renoir, etc.), le premier aura probablement peu d’intérêt pour les touristes, mais les deux autres musées valent le détour pour les expositions axées sur des thèmes historiques ou culturels japonais, et pour leur admirable architecture, en particulier le Musée d’art contemporain. Ce dernier est situé dans un immense parc qui vaut aussi le détour.

Hondori

Vous êtes sur le point de quitter Hiroshima, mais souhaitez faire un peu de magasinage avant de partir? Rendez-vous à l’arcade de magasinage Hondori. L’arcade étant surmontée d’un toit, vous pourrez magasiner tout votre soûl, beau temps mauvais temps, et vous y trouverez de tout pour tous les goûts et à différents prix. Vous trouverez aussi cafés et petits restaurants pour prendre une pause.

Don Quijote

Une fois arrivé au bout de Hondori, tournez à droite après le centre commercial Parco et marchez environ 5 minutes pour atteindre le fameux magasin Don Quijote (« DonQui » pour les habitués) pour vivre une expérience particulière de magasinage japonais. Vous trouverez de tout, absolument tout, et à très bas prix sur les différents étages de ce magasin, de la nourriture à l’alcool en passant par des jeux et des articles électroniques de tous genres. Amateurs de mangas et d’animés japonais, ne manquez surtout pas de faire un tour au sous-sol pour trouver une grande variété de marchandises (figurines, cartes, affiches, etc.) liées à vos personnages préférés.

Iwakuni

Située à environ une heure au sud de Hiroshima, la ville d’Iwakuni offre quelques trésors, notamment le fameux pont Kintai, construit à l’origine pour l’usage exclusif des samouraïs. Ce superbe pont à cinq arches a ceci d’unique que dans sa version originale, sa structure ne comportait aucun clou. Détruit par une inondation en 1950, il a été reconstruit fidèlement… mis à part l’ajout stratégique de clous pour le solidifier. Le château d’Iwakuni, bien que plutôt petit, vaut quand même le détour, si ce n’est que pour la vue superbe sur la ville et sur les îles de la mer de Seto par temps clair. Situé au sommet du mont Shiroyama, on peut s’y rendre par téléphérique.

Festival du saké de Saijō

Si vous visitez le sud du Japon en octobre et que vous êtes amateur de saké, ne manquez surtout pas ce festival qui se tient le premier samedi d’octobre chaque année dans cette petite ville située à environ 30 minutes d’Hiroshima. Le billet vous donne droit à un petit verre souvenir que vous utiliserez pour essayer autant d’échantillons de saké que vous voudrez (à environ 1 $ par échantillon, le billet d’entrée vous donnant droit à sept premiers échantillons sans frais) parmi les quelque 900 variétés offertes. Vous pourrez goûter à bon nombre de mets et aliments sur le site du festival et dans les rues avoisinantes. L’ambiance est très joyeuse et, alcool aidant, les Japonais perdent quelque peu de leur réserve habituelle. Occasion rêvée de faire des rencontres! Il est recommandé d’arriver tôt et de partir avant la fin de la journée si vous n’avez pas envie d’être tassés comme des sardines dans le train.

Billets et coupe souvenir du Festival du saké de Saijo

Et pour terminer, si vous avez un petit budget et cherchez une auberge à prix modique et à l’atmosphère très chaleureuse, réservez à l’Evergreen Hostel, dans le quartier Honkawa-Cho (à 5 minutes du parc de la Paix). Auberge tranquille, vous y dormirez très bien. De plus, les soirées dans la salle commune, lorsque les voyageurs reviennent de leur journée de visites pour souper et échanger, sont toujours très agréables. Belles rencontres et belles découvertes garanties!

À lire également sur Nomade Magazine :