J’ai longtemps entendu parler de ce mot, le « dépaysement », sans jamais l’avoir vraiment vécu. J’avais visité les Caraïbes et certains pays européens. Excitée de découvrir ces nouveaux endroits, jamais je n’avais ressenti ce sentiment de dépaysement. Et puis un jour, cela arriva sous la forme d’un voyage imprévu d’une semaine de backpacking au Japon.

img_7621

Le départ

Tout d’abord, le Japon ne m’a jamais vraiment attirée. C’est une amie qui partait pour plusieurs mois en Asie qui a réussi (sans trop de mal!) à me convaincre de partir avec elle. Je n’avais qu’une semaine de libre. Est-ce qu’une seule semaine pour un décalage horaire de 13 heures est trop court? Tout à fait! Mais pourquoi attendre d’avoir plus de temps quand tu peux y aller immédiatement. C’est donc comme cela que, à deux semaines du départ, je me suis retrouvée avec un billet pour le pays du soleil levant.

Je ne sais pas trop à quoi m’attendre et je commence à lire le guide du pays durant mon premier long trajet d’avion.img_7632

Après la folie de Tokyo, la pacifique Hiroshima et la sérénité de Kyoto, nous voilà en route pour Koyasan afin d’y séjourner dans un Shukubo (temple bouddhiste). Pour la première fois de ma vie, je me trouve dans des lieux où ni mon français, ni mon anglais ne me permettent de me faire comprendre. Je me retrouve dans des endroits complètement différents de ce que je connais où je ne peux rien lire des insignes non plus. Pour la première fois, je me sens complètement étrangère à mon environnement. J’adore!!

koyasan-3

L’arrivée à Koyasan

En arrivant à Koyasan, on ne peut que ressentir une ambiance des plus mystérieuses. Il est impossible de ne pas ressentir la forte spiritualité qui enveloppe cette ville au sommet de la montagne. Il y existe une telle sérénité que l’on peut ressentir une paix intérieure qui nous envahit. Jamais un endroit ne m’avait encore fait ressentir cela auparavant. Bien qu’il y ait quand même un côté touristique à la ville, un calme et une paix se dégagent de chaque endroit où mes yeux se posent.

Arrivées à notre temple, un jeune moine nous reçoit et nous présente les lieux. Je me souviens du froid des lieux et de la sobriété de l’endroit. Tout autour nous appelle au calme et au recueillement. Une chambre typiquement japonaise dont les portes s’ouvrent sur un jardin zen. Une fois nos sacs déposés, nous partons explorer les environs.

Le cimetière Okunoin

Aucun mot ne pourrait être suffisamment puissant pour exprimer la sensation ressentie lorsque l’on pénètre dans le cimetière millénaire d’Okunoin. Avec plus de 200 000 tombes, lorsque la brume se lève, l’atmosphère indescriptible vous donne des frissons garantis. Il s’agit du plus grand cimetière du Japon, c’est extrêmement impressionnant. Tant d’histoire repose dans ce lieu de 1200 ans! C’est donc dans un état d’éblouissement que nous nous y promenons.koyasan-2

Expérience au temple

Nous revenons à temps pour une séance de méditation. N’ayant jamais pratiqué cet exercice, je me suis retrouvée dans un temple pour une heure de méditation avec un moine qui nous guide. Plus difficile à faire que ce que l’on peut penser, mais c’est avec l’esprit ouvert que je tente du mieux possible de suivre les indications de notre guide. Calmes et remplies d’une énergie nouvelle, nous retournons à notre chambre où le souper nous attend. Un repas végétarien traditionnel bouddhiste assis sur le sol. Le repas est délicieux et étonnamment rassasiant pour le peu qu’il contient. Épuisées, c’est l’heure de dormir sur nos petits matelas déposés sur le sol.

koyasan-1

Le lendemain, au petit matin, nous participons au service commémoratif quotidien, une cérémonie qui se déroule tous les matins incluant un service commémoratif pour leurs ancêtres qui reposent en paix. Après le service, nous changeons d’endroit afin de participer au rituel du feu Goma. Selon leur croyance, le feu sacré est censé avoir un effet nettoyant puissant spirituellement et psychologiquement. Ces expériences très rituelles sont une excellente façon de bien commencer notre journée.

koyasan-5

Notre séjour à Koyasan se terminant, nous marchons vers la station de train. Il y a très peu de gens dans les rues, mais quelle chance nous avons! Nous croisons un groupe de jeunes moines qui marchent en rang deux par deux. Très sérieux, aucun d’eux ne nous regarde. Silencieusement, ils gardent leurs regards droit devant eux et tentent de se réchauffer dans leurs habits traditionnels. Quelle merveilleuse image pour conclure cette partie du voyage !koyasan-4

Ilne fait aucun doute que cet endroit s’est adapté au tourisme. Néanmoins, cela n’empêche pas l’expérience spirituelle très forte. L’authenticité de l’endroit y est respectée. Ce havre de paix m’a marquée à jamais et m’a fortement influencée pour le choix de mes autres voyages. Est-ce parce que je n’avais pas d’attente? Est-ce parce que je n’ai pas eu le temps de m’y préparer et d’anticiper une telle expérience que j’ai été si troublée? Où est-ce ces 1200 ans d’histoire sacrée et cette aura mystique qui entourent la ville? Qui sait… Mais depuis, je n’ai qu’une seule envie; sortir des sentiers battus afin de revivre encore et toujours ce si beau sentiment de dépaysement.