Conseils pour planifier son voyage en Islande

La réputation de l’Islande n’est plus à faire. En temps normal, je suis à la recherche de destinations me permettant d’échapper au froid de l’hiver. Malgré tout, c’est sans aucun regret qu’on s’est envolées vers cette contrée froide, mais remplie de paysages à couper le souffle. Une voiture de location, une tente dans le « backpack », ainsi qu’un bon sac de couchage ; me voilà sur les routes de l’Islande, et ce, grâce à une machine volante qui a voyagé un petit cinq heures. Voici quelques conseils pour un road trip en Islande afin de vous déplacer en toute sécurité et afin que vous sélectionniez l’hébergement idéal pour vous!

Islande - Reykjavik : the sun voyager

Sculpture à Reykjavik : The sun Voyager

Comment se déplacer en Islande

Lorsque vous arrivez en Islande, vous n’arrivez pas directement à Reykjavik, mais bien à 40 minutes de là, soit à l’aéroport de Keflavík. Prenez donc le temps de faire une recherche pour vous assurer d’avoir un transport pour vous rendre à la ville principale.

De Reyjkavik, plusieurs compagnies touristiques vous permettront de faire des journées d’excursion. Celles-ci se chargeront du déplacement. Pour notre part, nous optons pour la location d’une voiture. C’est le transport idéal pour cette destination si vous voulez profiter pleinement des paysages. En effet, une auto vous permettra une flexibilité d’itinéraire, mais également vous permettra de découvrir le nord du pays. Il faut savoir qu’il y a beaucoup de tourisme en Islande, et que ceux-ci restent davantage dans le sud-ouest du pays. L’auto vous permettra donc de sortir des sentiers battus. Nous avons reçu une recommandation plutôt anodine ;  se stationner loin des chevaux, puisqu’apparemment ils aimeraient mordiller les autos. De plus, la température peut changer rapidement sur la route. En effet, en 30 minutes, vous pouvez avoir droit à différentes conditions routières, soit de la mini-tempête à un ciel bleu ensoleillé. Les routes sont souvent fermées pendant l’hiver.

Voici quelques conseils pour vos déplacements :

  • Il vaut mieux vous équiper de data (Internet) (à ouvrir seulement pour trouver votre chemin – vous êtes en vacances après tout ; n’oubliez pas de décrocher de la technologie) ou d’un bon GPS ;
  • Ne soyez pas stressé, la rue principale, la route 1, est somme toute simple et facile puisqu’elle fait le tour complet du pays ;
  • Consulter tous les matins et parfois à mi-journée ce site internet ; Vegasjá. « The IRCA offers a road MAP » qui vous permet de voir le numéro des routes avec des « updates » des conditions routières, incluant la vitesse du vent (à faire attention quand vous ouvrez les portes de votre voiture – si vous ne voulez pas qu’elles arrachent). Toujours vérifier la carte en hiver ou lorsque vous avez l’intention de sortir du « ring road – route no 1 », pour vous empêcher de faire de la route et vous buter à un panneau de route fermée ;    
  • Faites attention à ne pas dépasser la vitesse permise ; les amendes sont salées.

C’est à bord de notre bolide affectueusement nommé Lucy (sur un coup de tête) que nous naviguons dans la noirceur. Il est cinq heures du matin lorsque nous quittons l’aéroport pour nous rendre à Reykjavik, là où vous pourrez trouver plusieurs compagnies de location d’équipement de camping.

Islande - Road trip

Où dormir en Islande

L’Islande est un pays où il fait bon voyager, mais qui est également une destination coûteuse. Les hébergements sont peu nombreux et dispendieux. Vous avez quelques hôtels, quelques hostels (auberges de jeunesse), des airbnb et bien entendu du camping.

L’option la plus abordable reste le camping (si la saison le permet). Si vous n’avez pas l’équipement ou ne désirez pas l’apporter par avion. Il est possible de louer de l’équipement sur place ; Best Camping and Outdoor Equipment Stores in Reykjavik. Si vous avez l’occasion, je vous recommande fortement d’aller vivre chez l’habitant ; offrez un peu de votre temps et expérimentez quelques heures sur une ferme locale (vous pouvez trouver des fermes sur airbnb). 

Islande - dormir chez l'habitant

Dormir chez l’habitant en Islande

Conseils pour le camping :
  • Si vous louez une tente, inspectez votre équipement avant de prendre la route. En effet, assurez-vous que la tente peut être montée et que tous les morceaux sont présents – autrement, vous pourriez vous retrouver comme nous, et dormir la majorité du temps dans votre auto, confort non garanti, mais fou rire assuré ;
  • Si vous préférez, vous pouvez également apporter dans l’avion votre propre tente – vérifiez simplement les limitations de bagages et de poids avec votre transporteur aérien ;
  • Assurez-vous d’avoir un bon sac de couchage (selon la saison) ;
  • Informez-vous sur la saison de camping et l’endroit pour camper. Les vents violents et la température glaciale ne permettent parfois pas de dormir dehors, cela pourrait endommager votre équipement ;
  • N’oubliez pas de louer des accessoires de cuisine et la cuisinette si vous campez. Cela vous permettra également de voyager à faible budget, en limitant vos dépenses dans les restaurants.

Petite confession, nous avons dormi plusieurs nuits dans notre igloo de Lucy. Je ne dis pas que je le recommande, puisque je ne le referais pas – dû à l’inconfort de dormir en petite boule dans le coffre ou sur le siège arrière avec un simple petit matelas et mon sac de couchage. C’était toute une expérience ! Faites somme toute attention, si vous sélectionnez cette option, puisque selon la loi en Islande, il est interdit à moins de distance raisonnable d’un camping ou d’une ferme de dormir dans son auto. Nous attendions toujours que la nuit soit tombée pour installer notre véhicule et d’être à une bonne distance des villes. On faisait bien attention de ne laisser aucune trace de notre passage et de respecter la nature autour de nous. Quand il fait noir, il fait noir ! Nous cuisinions ensuite notre souper, qui selon le vent et la température pouvait prendre entre 15 ou 50 minutes à cuire. Ce fut somme toute un plaisir de partager ces moments avec mon amie. C’est maintenant avec un grand sourire que nous nous remémorons ces moments anodins où l’on se recroquevillait sur le siège arrière,  avec une simple lampe en guise de lumière, et qu’on se faisait mutuellement la lecture d’un livre nous permettant d’en apprendre davantage sur les coutumes du pays.

Il ne vous reste plus qu’à découvrir les activités incontournables à faire en Islande!

Cet article contient un ou plusieurs lien(s) d’affiliation. En réservant via ce(s) lien(s), l’équipe de Nomade Magazine touche une petite compensation qui n’affecte pas le prix que vous payez et qui nous permet de continuer à vous offrir du contenu gratuitement!

À lire également sur Nomade Magazine :