Pendant ma grossesse, j’appréhendais beaucoup l’arrivée de notre petite fille. Étant une passionnée de voyages, ma plus grande crainte était de ne plus être en mesure de voyager. Je ne compte plus les fois où je me suis fait dire: « C’est fini pour un bout les voyages! ». Pourtant, j’avais une petite voix à l’intérieur de moi qui me disait que ce n’était pas terminé pour nous. La vie n’arrête pas avec l’arrivée d’un bébé, elle commence !

Toutefois, toutes mes convictions ont été ébranlées lors de l’accouchement.

L’idée de devoir aller à l’épicerie avec bébé me terrifiait. J’avais de la difficulté à m’imaginer reprendre un rythme normal et vouloir sortir un jour de la maison. J’étais bien dans mon petit cocon doux. Quelle idée absurde de juste penser partir en voyage!

Quand mon conjoint ma parlé de partir en Californie avec notre bébé d’à peine deux mois, je ne savais pas si je devais être contente ou pleurer. L’idée de partir avec elle éveillait en moi une myriade d’émotions. D’une part, j’étais excitée à l’idée de pouvoir faire découvrir le monde à notre fille, aussi jeune soit-elle. De l’autre côté, j’avais peur de trop lui en demander, qu’elle ne soit pas bien, qu’elle ne boive pas suffisamment, qu’elle ait froid, qu’elle pleure dans l’avion, etc. Bref, mille et une inquiétudes de maman. 

C’est donc avec le coeur rempli de questionnements et d’inquiétude que nous avons fait l’achat de nos billets d’avion pour la Californie. Comme on dit, la vie commence à la fin de notre zone de confort et c’est ce qu’on a fait. On a décidé de plonger. Après quelques ajustements et une bonne préparation, notre voyage s’est finalement très bien passé.

J’ai réalisé qu’avec un bébé de deux mois, c’est un excellent moment pour partir en voyage. Celui-ci a encore peu de besoin et ne court pas encore partout! Tant qu’il a de bonnes siestes, de l’amour et de la nourriture, tout est dans le sac. Dans notre cas, notre bébé dormait encore mieux en voyage qu’à la maison. Le grand air et les moyens de transports la berçaient. Pour les boires, j’allaitais mon bébé. Lorsqu’elle avait faim, il était facile de la nourrir en tout temps. Pour l’avoir fait avec des biberons plus tard, cela se fait aussi, mais demande une plus grande préparation.

Ce n’est pas toujours de tout repos, mais ça en vaut la peine!

 

 

 

 

Voici les quelques trucs que j’ai appliqués (ou que j’aurais dû!) qui j’espère vous serons utiles si vous désirez tenter l’expérience.

Écoutez-vous et votre bébé! Première règle à suivre et la plus importante. Allez à votre rythme, respectez vos forces et prenez le temps de faire tout en douceur. Il n’y a pas de stress, vous êtes en voyage. 

Prenez le temps de bien planifier votre itinéraire. Bébé et vous serez moins stressés et cela rend la planification quotidienne plus facile.

Apportez la moitié de ce que vous pensez mettre dans vos valises. On en apporte toujours trop, surtout avec un enfant. Épurez au maximum. Il y a toujours moyen de trouver ce qui manque sur place de toute façon.

Si vous prenez l’avion, il est conseillé de nourrir bébé au décollage et à l’atterrissage. Cela aide avec la pression dans leurs petites oreilles. 

Profitez de cette pause du quotidien pour apprendre à vous connaître sous un autre jour. Une famille au quotidien et une famille en voyage c’est bien différent. C’est vraiment un moment fantastique pour se retrouver tous ensemble.

Choisissez une destination qui vous rend à l’aise. Allez où le coeur vous dit! Ce n’est pas obligé d’être loin ou compliqué.

Voyez-vous, nous avons tellement apprécié l’expérience que nous avons recommencé. Je vous écrit ses lignes de la Nouvelle-Zélande avec ma fille qui a maintenant 7 mois.

Bien entendu, chaque bébé est différent et il est difficile d’appliquer un mode d’emploi à tous. Cependant, j’espère que ces quelques trucs pourront vous aider si, vous aussi, avez le goût d’explorer le monde avec votre poupon.

Bon voyage!

À lire également sur Nomade Magazine :