L’Indonésie est surtout connue pour Bali, cette île emblématique qui accueille près de 5 millions de touristes par année. Bali, que l’on prend souvent pour un pays, bien qu’elle vaille le détour, ne représente qu’une des multiples facettes de l’Indonésie. En effet, l’Indonésie, archipel composé de plus de dix-sept mille îles, est un de ces pays qui offre une telle diversité que je trouve toujours cela dommage lorsque je croise des voyageurs qui se limitent à une seule île, étant donné que chacune d’elle a tant à offrir. La beauté de l’Indonésie résidant dans le fait qu’on n’en vient jamais à bout tant les découvertes peuvent être riches et variées d’une île à l’autre. Au fil de mes nombreux voyages dans l’archipel, deux endroits m’ont particulièrement marquée et ce sont les îles de Flores et Sumba. Je commencerai ici par vous parler de Flores, et ne manquerai pas de vous faire découvrir Sumba dans un prochain article.

Automne 2010 1010

S’organiser à Flores

Je me suis rendue à Flores pour la première fois en 2010. Pour y aller, j’avais pris un vol de Denpasar à Maumere, vers l’est de Flores. Les vols sont abordables et peuvent être réservés en ligne ou via une agence locale. Si vous réservez du Canada, certaines compagnies aériennes comme Wings Air n’acceptent pas les paiements en ligne avec des cartes de crédit étrangères. Il faut alors passer par un site tiers. Pour ma part, j’ai souvent utilisé le site ticketindonesia.info et n’ai jamais rencontré de problème. Une fois arrivé à Maumere, il y aura certainement quelques guides et chauffeurs à l’aéroport qui vous proposeront leurs services. L’île de Flores fait environ 350km de longueur, mais la route qui la traverse contourne de nombreux volcans et serpente continuellement si bien qu’elle est longue de 700km. Cœurs sensibles, munissez-vous de pilules anti-nausées! Cela dit, vous pouvez parcourir l’île en transport en commun, c’est-à-dire en bus rempli qui s’arrête à chaque kilomètre pour embarquer ou débarquer quelqu’un. C’est une belle aventure dont vous vous rappellerez toute votre vie. Vous pouvez aussi opter, comme je l’ai fait, pour la location d’un véhicule avec chauffeur, ce qui vous reviendra à environ 75 dollars américains par jour, incluant l’essence. Cette option vous donnera beaucoup plus de flexibilité et vous permettra de découvrir des endroits complètement vierges de touristes. Si vous voulez le planifier à l’avance, Top Komodo Tour est une agence fiable. Sinon, il vous sera sans doute possible de le faire directement à l’aéroport.

Automne 2010 1008Automne 2010 1029

Pour bien découvrir Flores, on doit compter un minimum de 7 nuits pour couvrir de Maumere à Labuan Bajo, voire plus si vous voulez faire de la randonnée ou profiter des immenses plages désertes. Si vous avez un peu moins de temps, il est aussi possible d’atterrir à Ende ou Bajawa d’où vous gagnerez respectivement une et deux journées. Sachez toutefois que la beauté de Flores est indescriptible et l’île mérite amplement qu’on s’y attarde. On y retrouve près d’une vingtaine de volcans, des rizières en terrasse qui donnent le vertige et des forêts tropicales denses où poussent fruits de la passion, clou de girofle et noix de macadam. Sans parler des villages qui vivent au rythme d’antan et où on est accueilli chaleureusement. C’est un endroit où le tourisme, hormis à Labuan Bajo, en est à ses balbutiements, c’est-à-dire juste assez développé pour trouver aisément des endroits où se loger et quelques personnes parlant anglais, mais pas suffisamment pour devoir se faufiler entre les zooms de caméra afin de prendre une photo du Kelimutu au lever du soleil. Le stade de développement parfait à mon avis!

Automne 2010 938

Près de Maumere, il y a de belles possibilités de plongée et le village de Wuring, où résident des gitans de la mer, mérite une petite balade. Les gens sont gentils et il semble que ce soit le seul village sur pilotis de Flores. De Maumere, le classique est ensuite de se rendre au volcan Kelimutu, au sommet duquel trônent trois lacs de couleurs différentes. La lumière y est particulièrement jolie le matin, quoiqu’y aller un peu plus tard vous permettra peut-être de vous retrouver seul sur le site. De là, la Transflores passe par Ende, une petite ville musulmane dans un bastion catholique. C’est au coucher de soleil que la ville dévoile ses plus beaux atouts, au milieu de la baie délimitée par des volcans à chaque extrémité. La vue y est parfaite pour déguster une Bintang (bière locale) qui sera sans doute servie température pièce! Parce que Flores c’est aussi ça : peu de restaurants dignes de ce nom, de nombreuses pannes d’électricité et des hôtels souvent médiocres. Mais tout cela reflète une authenticité comme on en retrouve de plus en plus difficilement dans un monde où le tourisme se développe à une vitesse fulgurante.

Sur la route de Maumere à Labuan Bajo

Puis, 125km, soit quatre ou cinq heures de route, séparent Ende de Bajawa. Cet endroit est une bonne base afin d’aller explorer les villages traditionnels de Bena, Tololela et Guru Sina. Si vous le désirez, un guide local pourra également vous concocter une randonnée dans la région. Les villages sont très impressionnants et entourés de paysages à couper le souffle. Comme dans plusieurs villages en Indonésie, on doit faire un don au chef du village à notre arrivée qui sera utilisé pour améliorer les infrastructures de l’endroit ou acheter des animaux qui seront sacrifiés dans le cadre d’une des nombreuses cérémonies traditionnelles. Cette façon de faire contribuer les voyageurs et de répartir l’argent a l’avantage que personne ne quémande lorsqu’on se promène dans le village ce qui rend les visites fort agréables. Puis, après une bonne balade, un arrêt aux sources chaudes de Malanage vaut le détour. Ce sont littéralement deux rivières, une chaude et une froide, qui se rencontrent. C’est un site naturel où les infrastructures sont rudimentaires et on s’y sent un véritable pionnier du tourisme à Flores!

Automne 2010 991En continuant votre route, vous aurez le choix de vous rendre directement à Labuan Bajo, ou de faire un détour via Denge, petit village au milieu de nulle part. Il peut s’avérer judicieux de couper la route en passant une nuit à Ruteng avant de poursuivre vers Denge ou Labuanbajo. Ruteng n’a rien d’extraordinaire, mais on peut y loger dans un couvent accueillant et très propre où on a l’occasion d’entendre les chants des sœurs qui se réunissent dans la chapelle à l’aube. Le marché de Ruteng est aussi particulièrement animé et rien de mieux que de commencer la journée avec un bon café local au Kopi Manet en n’oubliant pas de se faire préparer un lunch si on quitte Ruteng pour Denge après le milieu de la matinée, comme je l’ai fait. Il n’y a pas de restaurant en chemin. La route pour se rendre à Denge est étroite et sinueuse, et on est toujours entre la mer, les volcans et les rizières. Dans ce bout du monde, on est accueilli par des dizaines d’enfants qui adorent voir arriver des touristes. De là, il faut absolument faire la randonnée d’environ six heures aller-retour afin d’aller admirer le spectaculaire village de Wae Rebo qui semble tout droit sorti d’une page couverture du National Geographic. Lorsque j’y suis allée pour la première fois en 2010, moins de 200 visiteurs par année visitaient le village. Aujourd’hui, on parle de quelques milliers, mais vous serez loin de vous sentir entouré d’une foule. Il est possible de dormir à Wae Rebo, mais le village étant minuscule, à mon avis il vaut mieux seulement y dîner et redescendre à Denge la journée-même.

Automne 2010 957

Labuan Bajo : pour finir en douceur

Suite à cette randonnée, il fait presque bon de s’asseoir pour poursuivre le périple vers l’ouest. Une fois Flores traversée et après avoir ingéré de multiples mi ou nasi goreng (riz ou nouilles frites), vous serez heureux de retrouver la route des orang bule (c’est comme ça que les Indonésiens appellent les étrangers) à Labuan Bajo. Cette bourgade portuaire, qui ne comptait qu’une poignée de restaurants en 2010, en compte aujourd’hui une bonne trentaine et, au restaurant Made in Italy, on peut même déguster une pizza digne des meilleures pizzas napolitaines. Personnellement, quand je suis en Asie, je mange toujours asiatique, mais ce restaurant s’avère être mon exception qui confirme la règle!

Automne 2010 039

Automne 2010 054

Avec la construction d’un nouvel aéroport et le parc de Komodo faisant maintenant partie des sept nouvelles merveilles naturelles du monde, le tourisme explose dans ce coin du pays. Cela a entraîné la construction de nombreux hôtels et restaurants qui dénaturent parfois le paysage, mais on y a aussi investi dans l’amélioration des infrastructures portuaires et la construction d’une agréable promenade en bord de mer, où il fait bon déambuler au crépuscule, lorsqu’on entend le chant des muezzins comme trame sonore. Labuan Bajo est le point de départ d’une multitude d’excursions vers le parc national de Komodo et aussi vers des sites de plongée parmi les plus réputés au monde. Si vous ne faites pas de plongée, louez simplement masques et tubas et vous serez étonnés de la variété de poissons et de coraux qui se retrouvent dans ces eaux chaudes et calmes. Des excursions combinant visite des dragons de Komodo et plongée en apnée sont offertes depuis Labuan Bajo et il est même possible d’embarquer sur une croisière qui se rend jusqu’à Lombok en quelques jours. Si le temps manque, une journée suffit pour profiter un peu de la mer et se rendre à Rinca où les dragons sont aussi présents qu’à Komodo.

Automne 2010 070

L’Indonésie est un pays que j’affectionne particulièrement, surtout parce que c’est un endroit où l’on peut retourner des dizaines de fois et avoir un perpétuel sentiment de nouveauté. Si vous y êtes déjà allé, n’hésitez donc pas à y retourner et vous y découvrirez assurément une facette insoupçonnée. Quant à Flores, assurément, elle comblera autant les voyageurs novices que les voyageurs les plus aguerris.

Indonésie 595

À lire également sur Nomade Magazine :