Pendant 5 ans, tous les matins à mon réveil, mon coeur me criait de tout balancer, de tout quitter, de partir vivre mon aventure, de vivre la vie dont je rêvais moi de vivre. Le combat entre mon côté rationnel et mon coeur a été intense mais déterminant. J’ai tenté pendant longtemps de juste écouter ma tête, de me dire que ce désir allait passer, que j’allais trouver ma voie ici quelque part, que j’allais finir par m’adapter, apprécier cette vie de 9 à 5 que je m’étais toujours promis de fuir.

Ayant toujours mis un frein sur l’aspect matériel afin de demeurer la plus légère possible, afin de pouvoir prendre mon envol rapidement si l’occasion se présentait. J’ai décidé au cours de la dernière année d’essayer de changer mes priorités et de commencer à acquérir ce que les autres avaient, peut-être trouverais-je satisfaction et bonheur? Un condo et une voiture neuve plus tard, mon désir d’aventure était de plus en plus grand, je devais repartir, mais comment… surtout à 34 ans? Comment  avoir le courage de mettre de côté un job payant, prendre le risque financier de partir, s’éloigner de sa famille et de ses amis pour fuir la routine qu’on a mise en place.

Sincèrement, dans la vie, quand le temps est venu de faire un saut quantique vers de nouvelles aventures, vers de grands changements, tout se met en place rapidement.

Un lundi matin, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai cliqué sur le bouton qui allait enfin changer ma vie. Mes deux premières destinations seraient l’Espagne et l’Afrique du Sud. Ayant toujours eu le désir de travailler dans le domaine touristique, je partirais découvrir le monde par le biais d’un travail dans les auberges de jeunesse gérées par des amis rencontrés lors de mes voyages précédents. J’ai donc évité de passer par les nombreux sites comme Workaway, Helpx ou Helpstay.

Je n’avais aucune attente précise en lien avec le travail dans une auberge de jeunesse. Au moment d’écrire ces lignes, j’en suis rendue à mon 2e mois de travail en Andalousie sur la Costa del Sol. Ce fut la meilleure décision que j’ai prise de toute ma vie. Pour ceux qui, comme moi, s’accomplissent à travers leur travail, combiner job et voyage devient alors une formule gagnante à tous les niveaux. Les tâches reliées au travail deviennent amusantes et légères. Les rencontres faites à tous les jours avec des voyageurs de partout à travers le monde sont en soi une manière de voyager. Pouvoir se poser un moment à un endroit et réellement découvrir les traditions, la culture et la vie au quotidien est une experience unique et enrichissante.

Sur le plan financier, c’est la solution idéale, être loger et nourri en échange d’une prestation de travail, c’est tout simplement génial! Il faut du coup être prêt à mettre la main à la pâte, à partager sa chambre et son intimité. Les moments de solitude se font plutôt rares! L’ouverture sur les autres, mais surtout sur soi-même est totale et complète! Tout ça fait grandir!

Les tâches varient assurément d’un endroit à un autre. Pour ma part, je touche à tout! De l’accueil des voyageurs au nettoyage des salles de bain! Je suis donc très loin de mon ordinateur et de mes 4 murs de bureau, mais changer sa recette et provoquer le changement permet une ouverture sur soi extraordinaire!

Ce statut social auquel on s’attache tombe complètement, car partir à 34 ans à la quête de la liberté, c’est excitant mais aussi effrayant, c’est changer les normes, accepter de se déprogrammer de ce que la société et notre entourage nous ont longtemps enseigné. C’est se créer ses propres règles, ses propres limites, ses propres besoins. Étais-je trop vieille pour ce genre d’aventure? J’ai pris rapidement conscience que l’âge du coeur est vraiment ce qui compte, le chiffre n’a plus aucune signification. Suivre son coeur, sa voie, réaliser ses rêves les plus fous, respirer le bonheur, c’est uniquement ce qui compte réellement.

« Si vos rêves ne vous font pas peur, c’est qu’ils ne sont pas assez grands » -Science of Waves 

À lire également sur Nomade Magazine :