Septembre est bel et bien installé. Pourtant, sur la Côte d’Azur, l’été ne semble jamais vraiment fini. Ici, on se réjouit toujours de cette époque de l’année, considérée comme étant la plus belle. Et pour cause : ce mois-ci rime avec été indien, couchers de soleil roses-orangés et baignade sans touristes. Pour profiter pleinement de ce moment de l’année, voici une liste des endroits où la mer, translucide se marie à merveille avec la tranquillité et l’oisiveté de la Provence.

Anthéor, randonnée maritime autour de l’île des Vieilles

Une vue imprenable sur une mer bleu marin conjuguée aux rochers rouges du massif de l’Esterel, bienvenue à Anthéor. Petite commune du Var, les plages y sont souvent désertes car l’accès y est relativement difficile. Située après Le Trayas, en direction de Saint-Raphaël, la possession d’un véhicule pour s’y rendre est un préalable indispensable. Une fois arrivé, vous ne serez pas déçu. La mer part en direction de l’infini. Ou presque. À quelques centaines de mètres de la petite plage ornée de galets poncés par les eaux méditerranéennes, se trouve l’île aux Vieilles. Une randonnée palmée pour y faire le tour est une option tout à fait envisageable. Les fonds valent le détour : caveaux, grottes sous-marines sur fond bleu marin virant au bleu ciel. Une faune et une flore abondantes occupent les lieux avec notamment la présence de murènes, daurades, poulpes ou encore oursins tapissant les rochers. Un petit paradis pour les amateurs de plongée en apnée.

Antheor et son lever de soleil

Paloma Beach et plage des Fosses, Saint-Jean-Cap-Ferrat

Saint-Jean-Cap-Ferrat est un petit village de pêcheurs avec ses ruelles étroites. Pittoresque, au cœur de la Provence et à deux pas de l’Italie, cet endroit dégage une ambiance unique. Ses plages sentent le « luxe, calme et volupté » à l’italienne. Comme l’incontournable plage de la Paloma. À deux pas des pinèdes, perdue dans Saint-Jean-Cap-Ferrat, le cadre de cette petite plage offre la possibilité d’admirer les montagnes en ayant les pieds dans l’eau. Très fréquentée par les Italiens de par sa proximité avec la frontière, le fait d’entendre parler une autre langue vous dépayse tout autant que le panorama hors du commun. Pour le contempler, une marche sur un sentier au bord du littoral permet de profiter de la vue sur la mer Méditerranée bordée par les Alpes. Outre le panorama d’exception qu’offre cette plage, l’eau pour se baigner est translucide. Tantôt d’un bleu sombre en raison des algues qui s’entremêlent, tantôt bleu piscine, s’y baigner est un régal pour les yeux. Amateur de tranquillité et de bon vivre ? Rendez-vous à la plage aux Fosses, de l’autre côté de la Paloma. Les rochers y sont nombreux, mais la couleur de l’eau, bleue verdoyante, a de quoi faire perdre la tête.

paloma

La plage de Paloma, hors du temps.

fosses

Plages aux Fosses

Îles de Lérins, Cannes

Envie d’une aventure à la Robinson Crusoé, version provençale ? Les îles de Lérins sont l’endroit où il faut aller. Archipel composé de l’île Saint-Honorat et de l’île Sainte-Marguerite, des départs tous les jours sont possibles depuis le port de Cannes. Les plus chanceux peuvent relaxer avec leur bateau à proximité, respectivement entre les deux îles. Une fois présent sur les lieux, il ne faut pas hésiter à profiter des senteurs de pins et d’eucalyptus qui viennent embaumer les lieux. Les cigales chantent à s’égosiller, au rythme de la chaleur de la saison estivale. Quelques endroits entre les îles sont agréables pour s’y baigner. En cherchant bien, il est même possible de trouver des endroits perdus pour se laisser porter au gré des flots. Cet espace marin, pourvu de mille espèces poissonneuses, possède une eau d’une clarté saisissante. Un masque et un tuba sont de mise. Pour les férus d’histoire, un détour par Sainte-Marguerite saura vous ravir avec la possibilité de visiter le Fort Royal, ancienne prison qui a eu pour pensionnaire célèbre nul autre que le masque de fer.

Coco Beach, Nice

À Nice, c’est incontestablement LA plage fréquentée par les locaux durant la période estivale. Désireux d’éviter la horde de touristes présente sur la légendaire Promenade des Anglais, seuls quelques voyageurs en quête de tranquillité, ayant eu connaissance de cet endroit par le bouche à oreille, viennent s’y perdre. Entourée d’une crique aux rochers arides, la petite plage étriquée a un charme redoutable. On y trouve diverses configurations côtières avec des galets donnant différents accès à la mer, des petites grottes sombres et des balades à faire en bordure du littoral. Curieusement, à certains endroits, Coco Beach donne l’impression d’être sur une petite île. Ce lieu hors pair offre également plusieurs possibilités d’activités. Outre la plongée en apnée, certains téméraires s’adonnent à la waterline, à l’escalade (type deep water solo : c’est-à-dire escalade non encordée pour se laisser tomber à l’eau) ou sautent tout simplement entre les rochers. Une véritable terre d’aventure, un tantinet sauvage, située à deux pas de la ville. Un bon compromis.

Plage de la Mala, Cap d’Ail

Dans l’imaginaire collectif azuréen, La Mala est considérée comme l’une des plus belles plages de la Côte d’Azur. À éviter durant l’été, elle regagne pourtant toute sa splendeur à l’aube de l’automne. Bordée par une falaise immense à l’apparence d’une calanque, La Mala séduit aussi et surtout pour ses eaux translucides d’une saisissante beauté. La couleur de la mer est un dégradé de mille bleus, allant du turquoise au bleu foncé. Le sable faisant office de fond marin est d’une blancheur exceptionnelle et vient refléter le ciel azur dans les eaux bleutées. Calme et reposante, l’atmosphère qui y règne est emprunte de tranquillité et de mélodie. Avec la possibilité de boire un cocktail ou un rosé frais à La Réserve de La Mala ou à L’Éden, on se laisse volontiers bercer par l’air du temps.


À lire également sur Nomade Magazine :