C’est en prenant le temps de parcourir un pays qu’on peut découvrir ce qu’il a de meilleur à offrir. L’Argentine possède mille visages, riche de paysages naturels préservés et de cultures entremêlées. J’ai eu la chance de visiter une grande partie de ce pays, alors j’ai envie de partager avec vous les plus belles choses que j’y ai vécues. Je vous emmène dans cinq villes qui représentent ses différentes facettes, du village hippie à la troisième plus grande ville du pays.

  • El Chaltén (Santa Cruz) – Au cœur de la cordillère

On démarre notre périple au sud-ouest du pays, près des glaciers. À quelques heures de bus d’El Calafate qui a vu le tourisme exploser ces 10 dernières années, El Chaltén est un excellent point de départ pour les passionnés de randonnée, les marcheurs débutants ou les amateurs de beaux paysages.

Un parc national bien balisé

Un parc national bien balisé

Laissez le plus gros de vos affaires à la consigne d’une auberge de jeunesse et partez sur le sentier de la Loma del Pliegue Tumbado. Un parcours de 10km avec 1000m de dénivelé. Si le point de vue à l’arrivée est magnifique avec sa vue sur les imposants monts Torre et Fitz Roy, j’ai particulièrement apprécié le trajet. On y passe par tous les types de paysage, montagne verdoyante, forêts, pentes glissantes couvertes de cailloux, plaines aux allures de savanes, de tout. S’il vous reste un peu de temps en fin de journée, marchez le long de la route principale jusqu’à la cascade El Chorillo. Un joli coin qui risque d’être pris d’assaut par les vacanciers le week-end, car facile d’accès. Une jolie balade de deux heures mène à la Laguna Capri, lieu reposant duquel on peut admirer le fameux mont Fitz Roy.

Si vous êtes bien équipés, vous pourrez aussi partir plusieurs jours et bivouaquer en route. Les chemins sont particulièrement bien balisés, difficile de se perdre.

Vue depuis la rive de la Laguna Capri

Vue depuis la rive de la Laguna Capri

Même s’il est tourné vers le tourisme, El Chalten reste un village de montagne très convivial. J’y étais en mars et ça ne manquait pas d’animations, dont une fête locale avec asados (barbecues) à profusion et groupes de musique.

  • El Bolsón (Rio Negro) – Avec des amoureux de la nature

Une vingtaine d’heures de bus plus haut sur la cordillère des Andes, faites une halte à El Bolsón, village qui tiendrait son originalité des hippies venus s’y installer dans les années 70. L’ambiance y est très agréable. Après avoir passé une petite semaine sur place, on salue déjà les habitants dans la rue, et on sait où aller pour profiter d’un concert d’artistes locaux. Son marché artisanal est particulièrement réputé, on y trouve toutes sortes de produits faits à la main, d’étranges figurines de lutins, objets ésotériques, de très beaux sacs à main en cuir, des pipes pour fumer ce qu’on veut. On y trouve aussi des empanadas bien sûr – parce qu’on est en Argentine – et des fruits et légumes bios de production locale. Les fermes bios et autres projets de vie éco-responsables sont nombreux à El Bolsón. C’est ce qui rend le lieu intéressant pour les amateurs de volontariat friands d’expériences au contact de la nature. Allez faire un tour sur helpx.net ou workaway.info pour trouver la mission de volontariat de vos rêves.

El Bosque Tallado

El Bosque Tallado

Installé dans une vallée profonde, le village est bordé de montagnes qui offrent plein de possibilités de balades et randonnées. Partez en direction du Cerro Piltriquitrón. Passez par le Bosque Tallado, lieu aux allures enchantées parsemé de sculptures sur bois. J’y suis allée en avril et, plus je montais, plus la forêt était enneigée. Passée quelques batailles de boules de neige avec les autres randonneurs, je suis arrivée au refuge. À partir de là, la dernière étape est l’ascension de la montagne enneigée. La vue est époustouflante, des sommets enneigés à perte de vue, insoupçonnables depuis le village. Et entre deux nuages, on aperçoit la ville en contrebas qui semble être restée au printemps.

Vue depuis le refuge, sur la route du Cerro Piltriquitrón

Vue depuis le refuge, sur la route du Cerro Piltriquitrón

  • Tilcara (Jujuy) – Un retour aux origines

Continuez à remonter la cordillère des Andes, profitez-en pour goûter le vin de Mendoza à mi-chemin et arrêtez-vous à Tilcara, à quelques pas de la Bolivie. Un paysage formé par les volcans et des villes qui paraissent figées dans le temps. Le village est situé au cœur de la Quebrada de Humahuaca, un canyon bordé de montagnes aux roches formant des strates multicolores. Un spectacle époustouflant.
Visitez les vestiges du Pucará, forteresse érigée par les Indiens Omaguacas il y a près de 1000 ans. Il s’agissait d’un lieu de défense stratégique, car situé en hauteur, aussi centre politique et administratif. C’était également un lieu de vie dont on distingue encore des maisons, des tombes et des enclos pour les bêtes. Difficile d’imaginer comment ces murs, simplement formés de pierres empilées, ont pu survivre si longtemps.

Pucará de Tilcara

Pucará de Tilcara

Qui dit proximité de la Bolivie dit lamas. En vous rendant à la Caravana de llamas dans le centre de Tilcara, vous donnez un coup de peigne à votre compagnon de route – un lama donc – avant de commencer une belle promenade. Et pas de sac à porter, les lamas s’en occupent. Santos, le guide, décrit le caractère des lamas comme un mélange entre le chien et l’âne. Et en effet, ils peuvent passer en quelques secondes de l’enthousiasme de la marche à la pause imprévue en plein milieu du chemin. Et bon courage pour les faire redémarrer. En parvenant au sommet d’une montagne offrant une vue spectaculaire sur les alentours, vous profitez d’un repas local préparé par votre guide. Un beau moment d’échange.

Fiers lamas argentins sur fond de montagnes colorées

Fiers lamas argentins sur fond de montagnes colorées

Je passerai rapidement sur le charmant marché local, les bars et restaurants où l’on est très bien reçu. Selon plusieurs sources locales, on trouverait dans cette ville les meilleures et plus authentiques empanadas d’Argentine ! Information à vérifier, puisqu’entendue dans la plupart des régions du pays.

  • Posadas (Misiones) – Abondance et métissage

Cap à l’est jusqu’à la province de Misiones, coincée entre le Paraguay et le Brésil. Posadas est le chef-lieu de cette province métissée à la végétation abondante où l’on dit que tout pousse. Allez cueillir des papayes en pleine rue dans le centre-ville et des mandarines en forêt. Vous verrez dans la campagne environnante d’immenses champs d’herbe à Mate, boisson indissociable de la culture Argentine. On croise aussi toutes sortes d’animaux : singes, lézards géants ou colibris pour ne citer que ceux que j’ai pu apercevoir et identifier.

À Posadas, baladez-vous le long du Rio Paraná, la promenade offre une belle vue sur le fleuve et le pont qui mène directement à Encarnación au Paraguay. Profitez de ses plages bien sûr.

Coucher de soleil vu depuis la plage du centre-ville

Coucher de soleil vu depuis la plage du centre-ville

Mais ce qui est le plus appréciable dans ce coin du pays, c’est l’ambiance. Des habitants chaleureux, des concerts, des bars animés, pas de quoi s’ennuyer le soir. Une ville parfaite pour faire du couchsurfing et ainsi découvrir des lieux cachés.

L’importante gare de bus de la ville vous permet d’aller où vous voulez, comme à San Ignacio, en seulement une petite heure. Car une heure de bus c’est extrêmement court pour un pays de la surface de l’Argentine. Les ruines de San Ignacio Miní vous font voyager aux XVIIe siècle, époque où les missions jésuites poussaient dans cette région de l’Amérique latine dans le but d’évangéliser les Indiens Guaranis et de tirer profit d’une main d’œuvre bon marché, pour ne pas dire gratuite. Les ruines des bâtiments rouges, couleur de la terre locale, sont en partie recouvertes de végétation, donnant au lieu une aura surnaturelle.

Ruines de San Ignacio Miní

Ruines de San Ignacio Miní

Il y a beaucoup à voir dans cette province qui semble être principalement prisée par des voyageurs argentins ; à l’exception d’Iguazú et ses fameuses chutes tout au nord qui attire des milliers de touristes internationaux chaque jour. Alors prenez le temps de bien visiter cette province avant de courir à Iguazú.

Affluence dans le Parc National d’Iguazu

Affluence dans le Parc National d’Iguazu

  •  Rosario (Santa Fe) – Une richesse culturelle

Longez le Rio Paraná qui continue vers l’ouest avant de redescendre, il vous fera passer par de jolies plages et de petits villages authentiques avant de vous mener à Rosario. Rosario est une grande ville organisée aux monuments imposants et aux jardins bien entretenus. À l’instar de Posadas, vous n’y croiserez pas beaucoup de touristes étrangers.

Sa particularité, c’est son dynamisme culturel. Elle compte une quinzaine de musées et centres culturels. Passez par son musée d’art contemporain installé dans un silo à grains réaménagé. Un autre lieu à ne pas rater : le centre culturel Plataforma Lavardén. On y découvre un univers psychédélique où Alice aux pays des merveilles rencontre le monde de Narnia.

Escalier du centre culturel Plataforma Lavardén

Escalier du centre culturel Plataforma Lavardén

Ouvrez la porte d’une toute petite armoire, poussez un rideau et faufilez-vous dans une nouvelle pièce mystérieuse et délirante où s’entassent livres, puzzles géants et même un manège en bois. Des spectacles y ont lieu régulièrement, pensez à regarder le programme si vous rester quelque temps.

Dans le centre culturel Plataforma Lavardén

Dans le centre culturel Plataforma Lavardén

C’est aussi une ville qui compte une importante population étudiante, vous trouverez donc toutes sortes de bars et discothèques où aller faire la fête une fois la nuit tombée.

Je vous laisse poursuivre le voyage. Si vous continuez à descendre le Rio Paraná, arrêtez-vous pour visiter la ville de El Tigre, verdoyante et parsemée de canaux et petites îles.

Bonne route !

À lire également sur Nomade Magazine :