Qui ne connait pas le salar d’Uyuni en Bolivie ? Qui ne s’est jamais dit qu’il voulait voir la blancheur du désert de sel à perte de vue ? Cependant, vous n’avez pas le budget pour un tour, pas le temps, vous voulez sortir des sentiers battus ?

Quelle que soit la raison, voici une façon de faire qui permet de vivre l’expérience du salar à votre sauce, et à moindres frais.

Prêt pour une journée longue mais riche en émotions ?

Matinalement, rendez-vous sur l’Avenida Arce où se trouvent les compagnies et renseignez-vous pour un bus local en direction de Colchani. Ils pratiquent sensiblement les mêmes prix, donc à moins d’être très pointilleux, ne vous tracassez pas. Par contre, faites attention aux horaires qui varient assez fort. Votre transport vous arrêtera sur la route menant au village pour la modique somme de… 10 pesos pour 2, à savoir plus ou moins 1,30 euro ou 1,90 CAD. Sinon vous pouvez sortir d’Uyuni et faire du stop.

road

On se retrouve rapidement hors de la ville, le trajet dure entre 20 et 30 minutes et vers la moitié du chemin commence à apparaître le salar. Laissé sur le bord de la route, il vous faudra marcher vers Colchani et le traverser. Le lieu à l’air à la limite de l’abandon, quelques maisons ont dans leur cour de gros tas de sel, pas d’âmes qui vivent, juste quelques animaux.

Il y a entre 4 et 5 km depuis les dernières habitations à l’entrée du salar, un chemin un peu long sous le soleil et rébarbatif, mais le jeu en vaut la chandelle.

Ici nous avons avancé tout en faisant du stop car quelques voitures traversent le désert pour aller travailler au-delà. Une fois pris, nous avons demandé à être déposés après avoir roulé 5 km comme ça nous avons le temps de faire des photos et de rentrer à pied au village puis à Uyuni avant qu’il ne fasse noir.

sol

Évidemment tout dépend de la chance, nous avons pu encore trouver une voiture qui nous a déposés en ville. Si vous avez un doute, renseignez-vous sur le passage des bus en sens inverse et prenez en compte le temps de marche jusqu’à la route principale.

Certes, vous n’aurez pas vu le monument du Dakar, l’hôtel de sel, l’Isla del Pescado, les « lagunas » et autres « volcanes », mais vous aurez pu vous retrouver seul face au plus grand désert de sel du monde, marcher, courir, crier, voir au loin les jeeps comme des mirages disparaissant dans l’immensité immaculée.

view

Des souvenirs plein la tête et un soupçon d’aventure pour un prix mini !

À lire aussi :