Lorsqu’une amie d’enfance me propose un week-end aux couleurs castillanes, comment dire non ?! Il faut avouer qu’il m’est bien difficile de résister à la vie espagnole. Comment ne pas succomber à la siesta, à la fiesta, à la sangria et à toutes ces choses finissant en « a » ? (Joder, que de clichés…)

C’est donc après 15 heures de bus assise à coté d’un veille homme bien en chair et qui manifestement n’a jamais appris à se moucher correctement que je me suis retrouvée à Madrid.

Madrid pour moi se résumait à un amer souvenir de voyage scolaire où il faisait trop chaud, où l’on avait marché beaucoup et pour voir des choses auxquelles nous, élèves naïfs de 14 ans, n’avions pas eu l’intelligence de nous intéresser. Curieuse expérience que d’y retourner non pas accompagnée de professeurs, mais d’expatriés français vivant à Madrid.

Bon, touristes de base ou non, on ne passe pas à Madrid en esquivant ces classiques :

  • Une balade au Parque del Retiro et au Templo de Debod
  • Un coup d’oeil sur le Palacio Real et la Cathedral de la Almudena
  • Un passage à la Plaza Mayor et à la Puerta del Sol
  • Les plus fashions passeront un moment sur Gran Via avec son grand choix de boutiques
Parque del Retiro

Parque del Retiro

Templo de Debod

Templo de Debod

Palacio de Cristal - Parque del Retiro

Palacio de Cristal – Parque del Retiro

Le centre-ville se découvre très bien à pied, mais notez quand même que Madrid est construite sur des collines (pratique quand on a pas le temps de faire de squats en voyage!). Les moins endurants préféreront le métro qui dessert très bien la ville (une carte de 10 voyages coûte environ 12 euros).

Les quelques adresses que l’on a aimées

La Plaza de la Cebada.
Square associatif. On y trouve différentes installations : une scène, un terrain de basket, de quoi s’asseoir tranquillement et discuter… L’asso’ a même fait son propre potager ! Ce lieu, en plein centre-ville, est libre d’accès (attention il y a tout de même des horaires). On y va pour la bonne humeur et l’énergie qu’il dégage, pour faire un foot entre amis, jouer ou écouter de la musique. Lieu propice aux rencontres. Le tout entouré par des graffs faits par les locaux.

Vie Castillane - Square de la Cebada

Vie Castillane – Square de la Cebada

Vie Castillane - Square de la Cebada

Vie Castillane – Square de la Cebada

Un view point sur la ville.
En haut del Circulo de bellas artes se trouve une incroyable terrasse. L’entrée coûte 4 euros. La vue imprenable sur toute la ville vaut le déplacement, mais la terrasse en elle-même aussi. Vous pouvez y prendre un verre ou des tapas, assis ou allongé (si si) le tout avec un fond de musique.

Vue de la terrasse del Circulo de bellas artes

Vue de la terrasse del Circulo de bellas artes

Un voyage n’est pas un voyage si on ne parle pas un peu gastronomie hein!

El Tigre
On aime le concept : on paye 5 euros son verre et on vous apporte une assiette d’assortiment de tapas par personne. Celles-ci ne sont peut être pas les meilleures de la ville, mais on y va pour l’ambiance cent pour cent madrilène et le prix accessible. On partage les croquetas et la tortilla accoudés à de grosses tables en bois. Les plus chanceux auront une place assise dans le fond. Autour, ça parle fort, ça rigole, bref nous on valide.

La Luz de Luna
Un autre restau’ sympa en plein centre. Les pinchos sont excellentes (tapas servies sur du pain) et coûtent entre 2 et 3 euros.

La Luz de Luna, soir de match

La Luz de Luna, soir de match

El Ricon de Mica
Une dernière adresse dans la Latina cette fois. Tapas abordables et originales que l’on choisit en vitrine. Au top !

Un debrief sur les marchés

Le marché alimentaire de la Latina
C’est toujours sympa d’y faire un tour. Les produits sont surement un peu plus chers que la normale, mais de qualité. Je mets un point d’honneur à souligner la bonne humeur et la coopération des commerçants face à mon appareil photo ! Je suis toujours très reconnaissante de cet accueil que je ne retrouve malheureusement pas dans tous les pays.

El Rastro

Énorme marché qui a lieu tous les dimanches matin. On y trouve de tout (sauf à manger), des étales touristiques, au stand de surplus militaires, jusqu’à l’outillage. La fin du marché ressemble plus à un vide grenier qu’à un marché à proprement parler. Les collectionneurs y trouveront sûrement leur bonheur. On y trouve aussi des stands de friperie (vêtements de seconde main, vestes et shorts en jeans…).

Stand de surplus militaire, au Rastro

Stand de surplus militaire au Rastro

Un point logement

Avis subjectif car je n’ai testé qu’une auberge :
L’hostel Era (calle San Mateo). Idéalement située. Un lit en dortoir mixte allant de 10 à 100 euros selon les périodes. Propre, sympa, de l’eau chaude, cuisine à dispo, petit-déjeuner pas extravagant, mais personnellement bien suffisant et accueil au top ! Je conseille donc.