Découvrez les principes du « sans trace » pour des vacances en plein air sans impact sur la nature!

Il est amusant de partir à l’aventure en pleine nature pour décrocher complètement de notre routine « métro-boulot-dodo ». Le camping et les activités de plein air sont idéals pour combler ce besoin chez bien des gens. Cependant, cela fait en sorte qu’une foule de personnes profite des grands espaces et de la nature. Fréquenter les milieux naturels en grand nombre peut occasionner un impact sur la faune et la flore. Ainsi, en tant que visiteurs, il est de notre devoir d’être respectueux de la nature afin de prolonger sa longévité et nous permettre d’en profiter durant encore plusieurs années. Je vous partage donc 7 principes à respecter pour passer des vacances en plein air « sans trace ».

Peu importe l’activité, il est primordial de ne pas laisser de trace de notre passage. Ici, l’objectif est de laisser un endroit tel qui était avant notre arrivée et même encore mieux si vous le pouvez. Pour se conscientiser à prendre soin de l’environnement, voici les sept règles d’éthique à respecter selon le site web Sans trace Canada.

1. Prévoir son séjour et s’informer

Avant d’accéder à un endroit en nature, il est important de prévoir son séjour et de s’informer à propos de l’endroit visité. Partir à l’aveuglette n’est jamais une bonne idée! Informez-vous un minimum sur les règlements en place, le temps passé à cet endroit, le nombre de personnes à y accéder, etc. Prenez l’habitude de prévoir plus que pas assez. La préparation aidera à bien cerner comment appliquer les autres principes du « sans trace ». Par exemple, prévoyez d’apporter des sacs pour les déchets, une carte des sentiers pour bien demeurer sur les surfaces durables, etc. Bref, prévoir à l’avance et s’informer permettra de profiter davantage de vos vacances en plein air « sans trace ».

2. Utiliser des surfaces durables

Le deuxième principe consiste à utiliser des surfaces durables. Que vous soyez en camping, en randonnée ou même en canot, ce principe est pour éviter d’endommager et de dégrader la flore environnante. Il est primordial de respecter les surfaces de sentiers, les emplacements de camping et l’endroit où accoster votre canot lors d’une promenade. De plus, s’il n’y a pas nécessairement d’endroit spécifique pour s’installer, il faut alors prioriser les surfaces rocheuses, en terre ou en gravier. En hiver, la neige et la glace sont aussi une bonne surface, sauf si elle présente des dangers. La végétation est rarement un bon emplacement. Par exemple, n’ installez pas la tente parmi une étendue de fougères. La végétation fragile n’est pas une option à considérer.

Les emplacements de campings aménagés ont toujours une bonne surface durable!

3. Gérer les déchets adéquatement

Tout déchet que vous créez et apportez doivent être gérés adéquatement. Les déchets de nourriture tels que les emballages, les pelures, les noyaux et les pépins doivent être jetés à l’endroit désigné. Même si ces déchets peuvent servir d’un « composte naturel », il faut les emporter avec soi et ne pas les laisser sur place. La raison est simple: ils seront trouvés par les animaux avant même qu’ils aient le temps de se transformer en composte, ce qui n’est pas souhaitable.

Jetez vos déchets au bon endroit à votre retour!

Pour ce qui est des déchets humains, comme l’urine et les selles, voici comment il est possible de les gérer adéquatement. Si vous prévoyez partir en camping sauvage où il n’y aura aucune accommodation, apportez une petite pelle de jardinage. Quand l’envie se ressent, préparez-vous un trou sanitaire d’environ 6-8 pouces de profondeur. Par la suite, enterrez le tout. Cela semble assez rudimentaire, mais c’est le meilleur moyen de s’en débarrasser. De plus, j’ajouterais qu’il est préférable de faire ses besoins le plus loin possible des cours d’eau, des campements et des sentiers, soit environ 70 mètres (équivaut à 70 pas). Pour les endroits plus désertiques ou rocailleux, il faut prévoir un contenant hermétique qui sera utilisé pour contenir ce type de déchet jusqu’au retour. Par la suite, disposez du contenu adéquatement quand vous le pourrez, de préférence dans une toilette au retour.

Ces deux conseils sont pour éviter d’attirer les animaux, de minimiser la dispersion des bactéries et d’empêcher la contamination des eaux. Ce principe éthique fait partie des principaux à respecter pour des vacances en plein air « sans trace ».

4. Laisser intact ce que l’on trouve

La nature offre de magnifiques ressources. Il est important de laisser en place ce que l’on trouve. Par exemple, une jolie végétation ne doit par être retirée de son milieu pour être utilisée comme bouture à la maison! Sinon, il n’est aucunement conseillé de modifier un site en y construisant un abri, en déracinant de la végétation, en déplaçant des roches ou en retirant des racines qui vous gênent. Aussi, il faut se rappeler que les arbres ne sont pas une corde à linge géante, une source de ravitaillement pour un feu ou l’endroit pour graver des initiales. Il faut laisser la nature comme elle l’était à notre arrivée. Il s’agit d’un principe clé à respecter si vous souhaitez effectuer des vacances en plein air sans laisser de trace!

5. Minimiser l’impact des feux

Pour minimiser l’impact des feux, il faut d’abord être conscient de l’endroit où l’on décide de faire le feu. D’abord, s’il y a un endroit prévu à cet effet, utilisez-le sans le modifier. Les emplacements existants sont toujours plus sécuritaires. S’il n’y a pas d’emplacement, il est préférable de se placer à une bonne distance de la végétation et d’utiliser du sable ou du gravier comme base. Si vous voyez les traces d’un ancien feu, préconisez cet endroit. Par la suite, il faut utiliser les brindilles déjà au sol. Il est déconseillé de couper des branches ou les feuilles à même un arbre. Pour terminer, s’assurer de bien éteindre le feu et d’en disperser les cendres aide à minimiser son impact sur la nature.

Préférablement, je vous suggère d’effectuer un feu de camp seulement si vous en avez absolument besoin. L’utilisation d’un brûleur est beaucoup plus simple et sécuritaire.

6. Respecter la vie sauvage

Lors de vacances en nature, il est toujours impressionnant de voir la faune. Afin de bien respecter la vie sauvage, il faut profiter de sa présence sans la perturber. Pour y arriver, je vous conseille de garder votre nourriture dans un endroit sûr, sans laisser traîner de déchets. Ensuite, il ne faut pas tenter de suivre les animaux. Cela pourrait les effrayer ou même les rendre agressifs. Quand on voit des animaux, il faut se contenter de les observer de loin, sans faire de bruit ou de mouvements brusques. Pour terminer, le plus important conseil pour respecter la vie sauvage est de ne pas nourrir les animaux. Cela ne leur rendra pas service en aucun cas. Il faut les laisser trouver leur propre nourriture. Si nous les habituons à notre présence, cela nuira à leur instinct de survie.

7. Respecter les autres usagers

Pour terminer, le dernier principe « sans trace » est de respecter les autres visiteurs en nature. Vous pouvez y arriver en faisant preuve de courtoisie et de civisme. Une des principales raisons pourquoi les gens veulent profiter de la nature est pour le calme. Entendre de la musique trop forte ou des gens crier empêchent la détente. Il faut apprendre à partager l’environnement. De plus, il est aussi facile de céder le passage aux gens sur un sentier. Sinon, tous les autres principes « sans trace » permettent de respecter les usagers qui nous succèdent. Enfin, le respect des règles établies et des employés qui y travaillent permettent de séjourner dans un environnement beaucoup plus sain et paisible.

Finalement, la nature se dégrade très rapidement suite au passage de l’humain. La flore et la faune sont rapidement atteintes. Pour diminuer la dégradation de nos lieux naturels, il est de notre devoir de respecter ces sept principes « sans trace ». La nature offre tellement de beauté qu’il serait dommage d’accélérer sa dégradation parce que nous avons voulu en profiter. Conservons nos grands espaces pour qu’ils perdurent dans le temps le plus longtemps possible.

Voilà! C’était un petit résumé des 7 principes « sans trace » que vous devez considérer lors de vos prochaines vacances. Mon objectif dans cet article était de vous sensibiliser et vous conseiller et non de vous réprimander. En toute honnêteté, j’ai dû enfreindre quelques principes à un moment ou un autre depuis que je fais du camping. Cependant, en faisant de petits changements tout simples, nous arriverons à conserver Dame Nature. L’important est d’apprendre et s’améliorer!

Pour continuer d’aider l’environnement, vous pouvez aussi découvrir d’autres conseils en consultant les articles Être un voyageur écoresponsable et Des vêtements écoresponsables pour une planète verte par Jessica Gallant.

J’espère que cet article vous encouragera à faire des choix plus consciencieux. Je vous souhaite de magnifiques vacances en plein air « sans trace »!