Quelques trucs pour voyager responsablement en temps de Covid-19

Dans les dernières semaines, on a beaucoup entendu parler des touristes peu respectueux qui envahissent la Gaspésie, campant n’importe où et abîmant l’environnement, notamment en laissant traîner leurs déchets. Inutile de dire que tous ceux qui ont prévu un périple dans cette région d’ici la fin de l’été ou l’automne ne savent plus tellement sur quel pied danser…

Qu’on se le dise : vouloir profiter de la situation actuelle pour redécouvrir le Québec et encourager le tourisme local, c’est compréhensible et louable. D’ailleurs, la plupart de ceux qui travaillent dans l’industrie du tourisme ont eu très peur de voir leur saison tomber complètement à l’eau à cause de la Covid-19. Alors, ils sont heureux de voir les touristes, aussi nombreux soient-ils… pourvu que ceux-ci fassent preuve de bon sens et de respect.

Vous planifiez un road trip en Gaspésie dans les mois à venir ? Voici quelques astuces pour un voyage consciencieux qui ne causera aucun tord à la région, ni aux gens qui l’habitent. 

Planifier son hébergement

Même si les plages sont sublimes, mieux vaut ne pas y camper!

Partir en voyage sans avoir la moindre idée d’où on dort, c’est excitant et tout à fait faisable à Bangkok, où les auberges de jeunesse sont légion… mais pas tellement au Québec, et surtout pas cette année alors que les campings et les hôtels sont pleins à craquer. C’est d’ailleurs ce que les maires et mairesses de plusieurs villes gaspésiennes et du Bas-Saint-Laurent reprochent aux touristes, qui sont nombreux à camper sur les plages ou les terrains inoccupés, faute d’avoir réservé en bonne et due forme un terrain de camping. Ce qui est problématique surtout, c’est qu’en campant n’importe où, on n’a pas accès à des installations sanitaires adéquates, des poubelles ou des bacs de recyclage. Et Dieu sait que retrouver des canettes vides, des déchets et des excréments sur une plage sauvage et intacte, c’est triste et vraiment dommage. Mieux vaut prendre le temps de réserver ses terrains de campings à l’avance; c’est rapide et ça sauvera beaucoup de tracas à tout le monde. 

Respecter les mesures sanitaires en place

C’est une évidence, et la moindre des choses dans les circonstances: il faut respecter les mesures sanitaires dans les endroits que l’on visite. Ça implique tout simplement de porter son masque dans les commerces et lorsqu’on circule dans les restaurants, de se laver les mains souvent et de respecter la distanciation sociale, et ce, même si on est persuadé qu’on n’est pas malade. C’est une simple question de respect et, pour l’avoir vécu, je vous promets qu’on vous accueillera à bras ouverts, peu importe d’où vous venez, si vous montrez que vous prenez la situation au sérieux et que vous désirez limiter les risques de contagion. Ce n’est pas vrai que les locaux ne veulent pas nous voir… mais ils veulent nous voir désinfectés et masqués!

Se renseigner sur ce qui peut être dommageable pour l’environnement

Le parc national de Forillon

Même en voulant bien faire, comme touriste, il est possible de commettre des faux pas susceptibles d’endommager la faune et la flore. Lors de mon propre voyage en Gaspésie, par exemple, j’ai fait sans y penser un feu sur une plage devant l’appartement que je louais, puisque j’avais vu d’autres personnes faire pareil. Après coup, j’ai lu que c’était une très mauvaise idée, les plages étant des lieux où l’écosystème est déjà fragile. C’est encore pire pour les feux improvisés dans les bois qui, s’ils ne sont pas correctement éteints, peuvent déclencher des feux de forêt. Bref, l’erreur est humaine: l’important est de se renseigner sur ce qui est dommageable… et de ne pas recommencer une fois qu’on est informé!

Apporter une trousse écologique et covid-proof

Ce point devrait s’appliquer pour l’ensemble de nos voyages, Covid-19 ou non. Personnellement, j’ai toujours une petite trousse d’objets réutilisables (plus ou moins grosse selon la destination et le type de voyage) contenant des pailles, des sacs en tissu, des ustensiles de camping, un récipient pour mes déchets et autres babioles du genre. En temps de pandémie, les masques, le purrell, les produits nettoyants et les débarbouillettes ou linges réutilisables sont aussi de mise. D’ailleurs, pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups en encourageant des entreprises québécoises pour monter sa petite trousse Covid-19? Par exemple, la compagnie Attitude vend des produits nettoyants véganes et sans danger pour l’environnement, tandis que Pure propose à la fois des désinfectants et des produits nettoyants biologiques. Pony et Selv sont quant à elles quelques unes des nombreuses entreprises qui vendent des masques en tissus beaux, bons et abordables!

Encourager les endroits locaux

Plus que jamais, l’heure est à l’achat local. Si vous visitez la Gaspésie (ou tout autre région d’ailleurs), accordez une attention particulière aux compagnies et institutions que vous encouragez et délaissez autant que possible les chaînes et les multinationales au profit des entrepreneurs et des restaurateurs d’ici. Et entre vous et moi, visiter une auberge locale comme l’auberge Griffon Aventure, s’enfiler une poutine aux crevettes du Brise-Bise de Gaspé ou des bières fraîches de La Fabrique de Matane, ce n’est vraiment pas une punition!

Bon voyage et amusez-vous! La Covid-19 rend les voyages assurément différents… mais elle ne viendra jamais à bout de la beauté des endroits que l’on découvre, et certainement pas du plaisir de voyager!

À lire également sur Nomade Magazine :