Une escapade plein air tout près de la ville

Jacques Cartier. Que l’on connaisse ou non les exploits de ce navigateur qui aborda le golfe du Saint-Laurent et explora le territoire qu’il nomma Canada en 1534, ce nom évoque l’aventure depuis des siècles.

Pas étonnant qu’un des plus beaux parcs naturels du Québec porte son nom : le parc national de la Jacques-Cartier. Pas étonnant non plus qu’il soit un lieu privilégié pour tous les micro-aventuriers du Québec et d’ailleurs.

Située à 2h de Montréal et å 45 minutes de Québec, cette vallée impressionnante offre à tous ceux qu’elle accueille un moment hors du temps au milieu d’une nature à couper le souffle. 

Quel meilleur endroit pour revenir à l’essentiel ? Sans électricité, ni internet ou eau courante. Juste quelques provisions, la nature silencieuse et quelques âmes venues elles aussi se réfugier loin du bruit des villes.

Les camps rustiques de la vallée de la Jacques-Cartier

La nuit est tombée lorsque nous arrivons à destination. Une petite cabane en bois aux abords de la rivière. Å l’intérieur, un joli poêle à bois, une petite table et des bancs pour accueillir quatre personnes tout pile, des chandelles en guise de luminaires, un réchaud et deux lits superposés.

Dehors, un foyer pour les explorateurs aux penchants pyromanes, un abri à bois et des toilettes à compost. La nuit est noire et nous peinons à distinguer le paysage qui nous entoure. Nous en aurons la surprise le lendemain au réveil. Ainsi, nous découvrions notre lieu de vie, charmant et minimaliste, pour les deux prochains jours.

Quand le jour se lève, le ciel est gris et brumeux, mais laisse la place aux hautes collines de la vallée. Des silhouettes mystérieuses et majestueuses tout autour de nous, au pied de la rivière.

Des moments de vie simples et magiques à la Jacques-Cartier

Aller à la rivière de bon matin et tremper ses mains dans l’eau fraîche devient un moment précieux.

Se retrouver sans voix face à un paysage à couper le souffle en sortant de la cabane.

Lire un bon livre au coin du poêle à bois en regardant les flammes danser.

Préparer un repas en plein air sur la table de pique-nique. Le déguster entre amis à la lueur des bougies et enchaîner les parties de cartes pendant des heures.

Randonner pendant de longues heures pour arriver aux plus beaux points de vue de la vallée.

Allumer un feu de camp et se laisser hypnotiser. L’éteindre pour mieux admirer les étoiles avant de partir se coucher.

La randonnée au parc national de la Jacques-Cartier

Voici trois idées de sentiers que nous avons explorés pendant notre séjour : 

  • Les Loups : une boucle de 11 km pour admirer les impressionnantes fractures du massif et les rivières Sautauriski et Jacques-Cartier.
  • Le Scotora : une randonnée de 16 km qui vous permettra de rejoindre le mont Andante à 809 mètres d’altitude et, à l’issue de ses 8 kilomètres, vous offrir une vue à couper le souffle sur la vallée.
  • Les Cascades : un sentier de 4 km qui passe devant les camps rustiques et longe la rivière pour une randonnée apaisante et un joli point de vue en guise de récompense.

Les hébergements au parc national de la Jacques-Cartier

Le parc abrite une variété de logements afin que chacun trouve celui qui lui convient le mieux.

  • Les chalets : ces charmants hébergements peuvent vous offrir un confort proche de celui que vous offre votre maison, incluant des douches et toilettes. Idéal pour un séjour en famille ou en amoureux (chalets, chalets EXP et Echo). 
  • Le camping : pour les afficionados, on peut réserver un emplacement et apporter tout son matériel. Si on choisit l’option canot-camping, on peut même se rendre à son emplacement par la rivière. On peut aussi préférer la facilité du matériel et réserver un prêt-à-camper.
  • Le camp rustique : l’hébergement que nous avons choisi. Une cabane en bois minimaliste. Idéale pour les apprentis trappeurs.
  • Les yourtes : un moyen de voyager dans les contrées lointaines de la Mongolie sans quitter le Quėbec.
  • Les refuges : un relais pour mordus de sports qui donne la possibilité de faire un stop pour dormir et reprendre ses activités sportives au petit matin. 

Les activités plein air du parc national de la Jacques-Cartier

La randonnée est l’activité la plus facile à pratiquer. Cependant, le parc offre des équipements pour varier les plaisirs en fonction des goūts et des saisons.

Ainsi, en hiver, on peut partir en expédition en raquettes, en ski nordique, en fatbike ou encore en patins et trottinettes des neiges. 

En été, on privilégiera le canot, le kayak, le surf à pagaie ou la pêche. Pour ceux qui préfèrent garder les pieds sur terre, la randonnée et le vélo pour explorer l’arrière-pays.

Que l’on soit accro ou non aux activités de plein air, ce sont surtout ces moments, partagés ou solitaires, que l’on retient d’une fin de semaine au parc national de la Jacques-Cartier.

Cette vallée, finalement, c’est un joli endroit pour se rafraīchir les idées et la mémoire. Comme un rappel amical et silencieux que les meilleures choses dans la vie sont souvent les plus simples et à deux pas de chez nous.

Å lire ėgalement sur Nomade Magazine :