Avant de partir en voyage en Croatie, j’avais beaucoup entendu parler des îles croates Hvar et Pag, petits oasis au milieu de la mer Adriatique qui ont la réputation d’être très prisées des backpackers amateurs de party. Plusieurs amis voyageurs avaient aussi émis des réserves : en plein été, c’est très touristique, les prix gonflent et on se retrouve entouré de fêtards, loin de l’authenticité si caractéristique de la Croatie. C’est en poussant mes recherches, plus ou moins certaine de vouloir y faire escale, que je suis tombée sur une autre île : Vis.

Île la plus reculée du littoral et ne faisant que 90m2, Vis est une île préservée du tourisme de masse. On y retrouve deux villages distincts : Vis ville, où sont installés le port et une grande promenade en bord de mer, et Komiza, un petit village de pêcheurs. Ici, pas de « party boats », ni des dizaines d’auberges de jeunesse bondées. On dort chez l’habitant, on se gave de fruits de mer frais et on flâne, tout simplement. La plupart des touristes qui visitent Vis le font en fait sous une formule de tour à la journée : ils y passent en bateau, visitent ses principaux attraits, puis retournent dormir sur les îles plus achalandées. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre d’arrêter mon choix sur cette île si différente des autres.

J’ai été charmée par Vis dès que j’y ai posé les pieds. Pendant quatre jours, j’ai pu prendre le pouls de cet endroit figé dans le temps en plongeant dans la mer, en m’attablant jusqu’au crépuscule à l’un des restaurants de la promenade et en me perdant (au sens propre comme au sens figuré) dans les rues piétonnes et escarpées de Vis ville. Plusieurs tours en bateau sont aussi organisés pour visiter les endroits de l’île moins accessibles comme les grottes bleues et vertes naturellement illuminées et des criques paradisiaques où se trouvent certaines des plus belles plages de la Croatie. Depuis Vis ville, il est aussi possible de prendre un bus pour se rendre en plus ou moins trente minutes à Komiza. Ce petit village médiéval où l’on vit de l’agriculture et de la pêche offre un panorama exceptionnel en bord de mer et une nourriture locale savoureuse.

Mon coup de cœur de Vis ? Le cinéma en plein air situé sur la promenade du port au bord de la mer. On y présente des films plusieurs soirs par semaine dès le coucher du soleil. Chance inestimable : lorsque j’y suis allée, le film Mamma Mia 2, qui a été tournée en partie sur l’île de Vis, venait tout juste de prendre l’affiche. J’ai donc pu admirer la beauté de Vis sur grand écran en étant moi-même sur l’île. Un de ces moments magiques qu’on ne vit qu’en voyage !

Aujourd’hui, dès que j’entends des gens parler des îles croates, je ne peux m’empêcher de leur parler de Vis, de son train de vie si doux et calme et de sa beauté à couper le souffle.

À lire également sur Nomade Magazine :