Goûter à la dolce vita grecque, entre copines, le temps d’une escapade sur l’île de Corfou, bordée par l’Adriatique et la mer Ionienne. L’apprécier, une nouvelle fois, en partageant ici quelques-uns de nos moments contemplatifs, surprenants, gourmands qui font la richesse naturelle et culturelle de cette île méditerranéenne.

L’ÎLE EMERAUDE

Scintillant comme la pierre précieuse, l’horizon bleuté qui entoure Corfou et fait la renommée de ses plages est d’une pure beauté. Notre cœur a chaviré pour Kassiopi, au nord-est de l’île. À notre arrivée, nous suivons le panneau en direction de Pipitou, amusées par la sonorité joyeuse de ce nom et bientôt éblouies par cette vue panoramique : la roche écrue plongeant dans le dégradé de bleu, à perte de vue, et la côte albanaise qui s’offre à nous !

Curieuses d’observer ce qui se cache de l’autre côté du versant verdoyant, nous empruntons un petit sentier pour nous retrouver sur une petite crique. La curiosité est donc un merveilleux défaut qui nous aura livré, un après-midi entier, un havre de paix au sable granuleux, à l’eau cristalline et aux pépiements de petits oiseaux à la poitrine jaune vif.

La station balnéaire de Paléokastritsa nous a également ravies par sa beauté, le temps d’une virée en bateau au plus proche de cette immense masse rocailleuse, sculptée par la mer. Elle y plonge, oblique, comme glissant le long de ses stries ; en les comptant, on pourrait estimer l’âge de la montagne. Nous profiterons d’une atmosphère sereine et intimiste dans les allées du monastère de Panagia Théotokos où les chats nous accompagnent et où quelques artisanats du lieu sont présentés à la vente.

ROULEZ BOLIDES !

On peut se laisser bercer par le remous des vagues ou par le défilement des paysages observés depuis la fenêtre de l’autobus.

Petit conseil ici : préférez la location d’un véhicule pour parcourir l’île de Corfou à votre aise ; les lieux de charme sont nombreux et à découvrir le temps, court, d’un cliché photo en bord de route, d’une sieste sur une crique ou d’un casse-croûte dans un village.

L’heure de trajet, en moyenne, passée dans ce transport en commun aura sans doute contribué à l’emploi de deux personnes quand l’efficience est le crédo de nombreux pays. Là où notre chauffeur est seul à vendre/contrôler les titres de transport et à conduire son véhicule, ici deux autochtones assurent ces services ; l’un avec les yeux rivés sur la route, l’autre qui circule dans l’allée avec son boîtier noir et joue aussi le rôle de compagnon de voyage !

Chaque virage serré nous offre, tantôt la beauté d’une nature sauvage, celle du mont Pantokrator au sommet duquel le randonneur peut admirer l’Albanie, tantôt le charme fou des villages corfiotes, fleuris de couleurs, comme Kalami ou Kouloura, ou encore les nombreuses rangées d’oliviers, hauts et feuillus, avec des filets étendus à leurs racines pour récolter le fruit tant apprécié.

CORFOU COSMOPOLITE

La capitale de l’île éponyme, Kerkira en grec, nous aura séduites par ses grandes architectures historiques, ses enfilades de façades décrépies, tons ocre, volets à l’italienne, ses flâneries sous les arcades du Liston éclairées de lumières tamisées et de bougies à la tombée du jour.

Aussi, la pointe de Kanóni qui abrite le monastère des Vlachernes, minuscule et dont le blanc immaculé contraste avec le ciel menaçant du jour. Il s’agissait du lieu de retraite de Sissi l’Impératrice pour échapper à la vie de la cour.

Dans l’assiette, on retrouve les classiques grecs, authentiques, comme le tzatziki, la moussaka, la fêta, les olives et son huile servie dans un petit pot ou sur du pain pita encore chaud ; le tout relevé d’herbes aromatiques et de sel. De petits saucissons de figues accompagnent à merveille les planches de fromages et jambons salés. Les influences orientales sont présentes dans la touche sucrée avec des gâteaux à base de miel, de graines de sésame et de fruits oléagineux. Et pour le produit typique, on goûte un petit agrume jaune-orangé qui pousse en abondance sur l’île : le kumquat – en liqueur, en confiture ou en bonbon (qui nous aura valu une petite grimace d’amertume !).

Le café : plus qu’une boisson, un rituel ! Il y a d’abord le choix du café-expresso bar parmi les nombreuses adresses puis, le choix de la boisson elle-même dans une liste exhaustive. À chaque moment de la journée, sa dégustation : le matin, à emporter dans un gobelet, glacé nature ou au lait ou encore surélevé d’une mousse onctueuse à la faveur des après-midis estivaux, dans une tasse ou verre à la nuit tombée pour un moment de convivialité entre amis. La seule règle commune est qu’il est toujours servi accompagné d’un verre d’eau. À la vôtre !

Et vous, quels souvenirs corfiotes partageriez-vous autour d’un café ?

À lire également sur Nomade Magazine :