« Aux îles, on n’a pas l’heure, mais on a le temps. » Un proverbe madelinot qui démontre bien l’atmosphère particulière que l’on ressent lorsqu’on débarque dans cette région insulaire au milieu du golfe du St-Laurent. Les Îles de la Madeleine, c’est un petit paradis caché dans le Québec, un endroit un peu coupé du monde, loin des tracas des grandes villes, où on prend le temps de faire les choses et de profiter de l’instant présent. Si vous cherchez une destination de voyage cet été, je vous conseille fortement de vous évader aux îles. J’ai moi-même eu cette chance lors des étés de 2016 et 2017. Bien qu’il s’agisse d’une destination en territoire québécois, un séjour là-bas saura vous donner l’étrange et belle impression de voyager dans un autre pays, tout en gardant à la fois la familiarité que peut vous procurer votre foyer.

Vue sur la Petite baie et Havre-Aubert

C’est que le voyage pour se rendre au Îles de la Madeleine en lui-même contribue au dépaysement. Si vous en avez les moyens, vous pouvez vous y rendre en croisière en partant de Montréal ou Québec, ou encore par la voie des airs. Sinon, pour faire la route jusque-là, il vous faudra nécessairement faire un trajet de plusieurs centaines de kilomètres en traversant d’un bout à l’autre deux autres provinces canadiennes en voiture (ou à vélo, pourquoi pas?). C’est que le traversier de la CTMA qui fait le relais jusqu’au port de la ville de Cap-aux-Meules prend son départ à la ville de Souris, sur l’Île-du-Prince-Édouard. Je vous conseille donc de faire des escales sur la route. D’ailleurs, on trouve de nombreux sites de camping accueillants sur l’Île-du-Prince-Édouard.

Cette longue route en vaut toutefois la peine. Les Îles de la Madeleine vous accueilleront avec l’hospitalité et la générosité des Madelinots et des paysages comme il n’y a pas ailleurs au Québec. Vous tomberez probablement en amour comme moi avec ses collines vertes, ses petites maisons aux couleurs vives, ses falaises rouges et ses magnifiques couchers de soleil.

Havre-aux-Maisons

Spectacle d’un violoniste au coucher de soleil sur La Grave

Maisons colorées de Havre-Aubert

Que vous souhaitiez des vacances relaxantes près de la mer ou que vous préfériez un horaire de voyage bien chargé, les Îles sauront bien vous accueillir. L’archipel offre un lot impressionnant d’activités de plein air : randonnées, kite-surfing, kayak, excursion en bateau, etc. De plus, la vie culturelle madelinienne diversifiée n’a rien à envier aux scènes culturelles des grandes villes du continent. Déjà, sur le traversier, des chansonniers viendront vous mettre dans l’ambiance festive des cafés et des bars madelinots. Il y a aussi plusieurs spectacles à voir à Cap-aux-Meules ou encore sur le site historique de La Grave à Havre-Aubert.

L’Île d’Entrée

Pour vivre un dépaysement plus profond encore, je vous suggère de visiter l’Île d’Entrée. Alors que toutes les îles sont reliées par la route, celle-ci est coupée du reste de l’archipel, déjà isolée du reste de continent nord-américain. Il n’est possible d’y accéder que par bateau. Un traversier fait l’aller-retour entre l’île et le port de Cap-aux-Meules seulement 4 fois par jour. L’endroit abrite une petite communauté isolée, comptant environ 70 âmes seulement, en plus des animaux du grand pâturage qui recouvre une bonne partie de l’île. C’est un endroit idéal pour faire de la randonnée. Attention, il y a peu d’arbres et le soleil peut frapper fort, surtout s’il n’y a pas de vent comme le jour où mes amis et moi nous y sommes aventurés. Apportez-vous de l’eau!

Vue sur la village de l’Île d’Entrée

Pâturage de l’Île d’Entrée

Les falaises rouges de l’Île d’Entrée

Des plages à volonté

Je vous conseille également un voyage aux Îles de la Madeleine si vous êtes des amateurs de plage. L’archipel contient près de 300 kilomètres de plages. Personnellement, mes plages préférées ont été celle près de Pointe-aux-Loups, dont les falaises changent de forme au fil des années en raison de l’érosion, et celle de la Dune de l’Ouest, idéale pour ramasser des pierres colorées.

Découvrez également les saveurs locales

Les nombreux produits locaux valent vraiment la peine d’être découverts. Si vous voulez tenter l’expérience, vous pouvez même participer à ce que les Madelinots nomment « la pêche aux coques » durant la marée basse. Les gens là-bas se feront un plaisir de vous expliquer les meilleurs emplacements et les astuces pour récolter beaucoup de ces fruits de mer pour votre repas. Vous ne pouvez pas quitter les îles sans avoir goûter un plat cuisiné avec de la viande de loup marin et un bon homard fraîchement pêché, ou encore sans avoir tremper vos lèvres dans le cidre du Verger Poméloi et les délicieuses bières de la microbrasserie À l’abri de la tempête.

À lire également sur Nomade Magazine :