Overland trip

Récemment, j’ai eu la chance d’expérimenter un type de voyage qui m’intriguait depuis longtemps : un overland trip. Vous avez peut-être déjà croisé ces énormes camions qui sillonnent les routes touristiques de tous les continents? Étant habituée de voyager seule ou en couple, ce n’est qu’en voulant organiser un voyage solo dans le sud de l’Afrique, plus précisément de Harare au Zimbabwe jusqu’à la Namibie, que j’en suis venue à réellement envisager réserver un voyage de type overland trip. Ce genre de voyage organisé comporte de nombreux avantages. Toutefois, pour la grande indépendante que je suis, cette option n’est pas parfaite et voici, en quelques points, ce que j’en retiens et ce sur quoi vous devriez porter attention avant de réserver un tel périple.

Parc national d’Etosha, Namibie

5 avantages d’un overland trip

  • Aucune logistique à s’occuper: Ceux qui ont l’habitude d’organiser leurs propres voyages savent que la planification requiert énormément de temps. Surtout lorsqu’on sort des sentiers battus et que l’information devient plus difficile à trouver. Le fait de s’occuper d’aucune logistique aide à se sentir réellement en vacances tout en étant en voyage, et permet de concentrer ses lectures sur l’histoire, la culture ou l’actualité du pays.
  • Sécurité: Bien que la planète soit généralement beaucoup plus sécuritaire que ce que les médias veulent bien nous laisser croire, il y a tout de même des endroits peu recommandables, surtout pour une femme seule. Le fait d’être en groupe accroit notre sentiment de sécurité et permet de visiter des endroits très isolés en toute confiance.
  • Transport plus confortable: Utiliser les transports locaux est certes une expérience souvent mémorable, mais cela peut s’avérer épuisant lorsque les distances sont grandes et l’offre de transport limitée. Les camions servant aux overland trips sont généralement spacieux et confortables, ce qui permet de ne pas arriver épuisé à destination et de mieux profiter de chaque instant.

    Dune 45, Namibie. Même en groupe, c’est toujours possible de s’isoler.

  • On voit plus de choses: Lorsqu’on organise soi-même son voyage, on perd souvent du temps dans les transports et on omet d’aller à certains endroits qui sont trop difficiles d’accès. En réservant un voyage organisé overland, on voit un maximum de choses et il est plus facile de s’arrêter en chemin et de découvrir villes et villages hors des sentiers battus. Pour ceux dont le temps est compté, c’est une bonne façon de le rentabiliser.
  • Les rencontres : Partager ce quotidien inusité avec d’autres voyageurs, âgés de 18 à 70 ans et qui proviennent des quatre coins du monde, permet de vite développer une complicité. Puis, cela nous force à développer des liens avec des gens qui ne se seraient peut-être pas dévoilés en une soirée dans une auberge de jeunesse. L’équipe qui accompagne le groupe peut aussi faciliter le contact avec les populations locales en plus de nous partager des aspects du pays qu’il aurait été difficile de découvrir seul.

5 inconvénients d’un overland trip

  • La compagnie de voyageurs avec lesquels on a peu d’affinités: Lorsque je voyage, je suis du genre à vouloir profiter au maximum de chaque endroit et, pour moi, cela n’est pas compatible avec une grande consommation d’alcool, quatre heures de sommeil par nuit ou une journée passée à récupérer au camping plutôt qu’en randonnée. J’avais donc peu d’affinités avec les gens qui correspondaient à cette catégorie de voyageurs. Heureusement, puisque je suis assez autonome et indépendante, j’ai su occuper mes temps libres comme il me plait et sans attendre après qui que ce soit. Il y a de bonnes chances que vous rencontriez des gens fascinants, mais il y en aura aussi qui vous tomberont sur les nerfs!
  • Le coût: Pour certaines destinations, ce type de voyage revient beaucoup plus cher que d’organiser son propre périple puisqu’il y a évidemment des gens qui sont payés pour s’occuper de l’organisation. Selon la région, la formule et la compagnie choisies, la différence n’est pas toujours faramineuse, surtout si vous voyagez seul. Cela vaut la peine de bien comparer.
  • Le rythme: Un overland trip c’est en quelque sorte un road trip et on s’attarde rarement plus de deux jours à un même endroit. Les journées de 8-10 heures sur la route sont nombreuses et il vaut mieux être prêt. Regarder dehors est toujours agréable, mais lorsqu’on traverse une plaine de 1000km, il est judicieux d’avoir avec soi livres, musique, films ou balados pour se divertir.

    Petit arrêt pour admirer le paysage

  • Peu de flexibilité: Tout dépendamment de la compagnie choisie, les itinéraires offrent souvent très peu de flexibilité. Si vous êtes plutôt indépendant, pensez à opter pour une compagnie qui offre très peu d’inclusions, ce qui vous permettra au moins de faire ce que vous voulez pendant les journées libres. Et ne soyez pas amer de ne pas pouvoir vous attarder là où vous le voudriez. Après tout, vous êtes tout de même chanceux de vivre l’expérience. Demeurer optimiste et reconnaissant est la clé pour apprécier toute aventure, même si celle-ci ne correspond pas toujours à nos désirs.
  • Le manque d’exercice: Je suis une personne assez active, mais comme les overland trips s’adressent à une clientèle diversifiée, peu de temps est réservé à la randonnée ou autres activités sportives. Pour y trouver mon compte, il n’était pas rare que je me lève à l’aube afin d’aller marcher et profiter au maximum de la nature avant de reprendre la route.

    On aime ou on n’aime pas le camping sauvage. Moi, j’adore, surtout quand je peux en profiter pour me balader dans de tels décors!

5 éléments à vérifier avant de réserver votre overland trip

  • Les activités incluses: Certaines compagnies incluent à peu près toutes les activités alors que d’autres en incluent très peu, ce qui explique souvent la différence de prix d’une compagnie à l’autre. Personnellement, j’aime avoir le choix alors j’ai préféré opter pour une compagnie avec peu d’inclusions. Sachez qu’il faut alors être prêt à sortir plusieurs centaines de dollars de sa poche pour les activités.
  • Le nombre de guides: Parfois, seul un chauffeur-guide occidental accompagne le groupe, alors que d’autres compagnies préfèrent embaucher guide et chauffeur, voire également un cuisinier. Plus l’équipe est grande, moins vous aurez de responsabilités, mais plus le prix augmentera en conséquence. Pour ma part, j’aime bien être accompagnée de quelqu’un de la place qui facilite souvent le contact avec les peuples visités alors j’étais contente d’avoir choisi une compagnie avec guide (occidental) et chauffeur (local).
  • Disposition et taille du camion: Il y a des compagnies qui organisent les overland trips dans de simples bus, comme c’est le cas pour G Adventure. D’autres compagnies sont équipées d’énormes camions autonomes, comme Dragoman, Intrepid, Odyssey Overland, Nomads ou Absolute Africa. Puis, Oasis Overland est quant à elle équipée de gros camions, mais dont les bancs sont disposés face à face, ce qui veut dire que tout le monde bénéficie d’un siège côté fenêtre.

    L’intérieur d’un camion de Oasis Overland

  • Type d’hébergement: Alors que certains opérateurs font plutôt affaire avec des auberges de jeunesse ou de petits hôtels rustiques, d’autres vous déposeront dans des 3 étoiles ou lodges confortables tandis que plusieurs se limiteront au camping. L’option camping est évidemment la moins chère, mais sachez qu’on vous demandera normalement de partager votre tente. Si vous êtes comme moi et n’avez pas envie de dormir à côté d’un ronfleur ou de quelqu’un avec qui vous auriez peu d’affinités, demandez à pouvoir apporter votre tente avant de réserver. C’est ce que j’ai fait et je dois avouer que j’ai rendu jaloux de nombreux voyageurs!

    Apporter ma propre tente fut ma meilleure idée 2018!

  • L’implication du voyageur: Lorsqu’il n’y a pas de cuisinier, tout le monde doit participer aux repas. De façon générale, on vous mettra en équipe et vous aurez à cuisiner une ou deux fois par semaine. Cela peut être ennuyeux lorsqu’on arrive dans un bel endroit dont on veut profiter alors ne soyez pas déçu si cela se produit. Finalement, chaque voyageur a normalement une responsabilité qui lui est assignée tout au long du périple et cela peut être : remplir les bidons d’eau potable, nettoyer le camion, ranger les bancs et les tables ou encore faire la vaisselle. Évidemment, plus vous paierez, plus il y aura une grande équipe qui s’occupera de toutes ces choses et plus vous vous sentirez en vacances.

    C’est toujours moins frustrant de mettre la main à la pâte une fois la nuit tombée.

En résumé, un voyage de type overland n’est définitivement pas fait pour tout le monde. Il faut être ouvert d’esprit, flexible, prêt à s’impliquer et à côtoyer d’autres voyageurs presque 24 heures sur 24. Toutefois, pour certaines destinations et surtout lorsqu’on voyage seul ou qu’on a peu d’expérience, cette formule comporte de nombreux avantages et devrait à tout le moins être considérée. Je ne pense pas revivre l’expérience puisqu’il y a peu de pays que je n’oserais visiter seule. En revanche, je garde un très bon souvenir de mon expérience et la recommanderais sans hésiter.

Parc national d’Etosha, Namibie

À lire également sur Nomade Magazine :