D’après moi, il n’y a rien de plus relaxant que de passer quelques jours dans la nature, loin de toute civilisation. Et quel est le meilleur moyen d’accomplir cette quête de calme et de sérénité? Le canot-camping!

Si tu es, comme moi, un(e) adepte de camping sauvage, je te propose un endroit en Outaouais qui vaut réellement le détour : le lac des Trente-et-Un Milles! Ce lac te propose une vue à couper le souffle en plus de t’offrir de l’eau transparente qui, reflétée par le soleil, ressemble à la mer des Caraïbes de par sa couleur turquoise.

Parsemé d’îles et entouré de montagnes pleines de verdure, le lac te propose une expérience de camping des plus exceptionnelles! En effet, le camping SAGE-31 milles te propose un séjour sur une des nombreuses îles se trouvant sur le lac à un prix beaucoup plus qu’abordable. Seul hic : tu dois avoir une embarcation nautique quelconque afin de t’y rendre. Si tu habites la région de Gatineau, je te propose de simplement louer un canot ou un kayak au Sport Échange Outaouais. Les prix sont abordables, le magasin te fournit l’équipement servant à attacher ton embarcation sur le dessus de ta voiture et l’équipe t’aide à l’installer. Quoi demander de mieux!

Lorsque tu seras tout équipé et prêt à commencer ton périple, tu as deux endroits qui s’offrent à toi afin d’avoir accès au lac : le quai se trouvant à Bouchette (juste derrière le fameux restaurant l’Huile d’Olive) ou le quai public à Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau. Au quai de Bouchette, tu devras payer un montant de 20$/jour pour le stationnement, mais il te permet d’avoir accès au milieu du lac, ce qui avantage ceux qui auront choisi une île se trouvant au milieu ou plus au sud. Au quai de Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau, le coût pour le stationnement est de 10$/jour, mais il se trouve à la quasi-extrémité nord du lac. Si tu ne sais pas où se trouve l’île que tu as réservée, tu peux toujours te rendre au bureau du SAGE qui se trouve juste devant le restaurant l’Huile d’Olive. Les employés se trouvant dans la miniature cabane en bois te vendront une carte au coût de 3$ ou te proposeront de prendre en photo la carte géante se trouvant à l’extérieur. À partir de cette carte, tu pourras choisir le quai qui t’avantagera le plus!

Lorsque tu seras arrivé à l’île, c’est à toi de choisir l’emplacement de ta tente qui te convient le mieux puisqu’aucune plateforme ne t’oblige à l’installer à un endroit précis. Par la suite, tu peux partir à la découverte de ton île. Les nombreux sapins sur les îles forment un spectacle impressionnant, recouvrant le sol de leurs épines devenues couleur rouille. Étonnamment, il est facile de se promener sur les îles et d’y marcher sans trop d’embuches, malgré la présence de plusieurs arbres. Ne sois pas surpris d’y trouver quelques excréments de chevreuils puisque cette région est la deuxième mondialement en ce qui a trait à la présence de cerfs de Virginie. Toutefois, pendant mon aventure de camping, je n’en ai croisé aucun. Ensuite, lorsque le soleil commence à se coucher, rends-toi au meilleur point de vue sur ton île afin d’y admirer le spectacle. Pour les amateurs de photographie, je vous suggère fortement d’amener votre meilleur appareil photo ainsi qu’un trépied puisque le ciel étoilé est tout simplement époustouflant! En effet, lorsque le soleil disparait, les étoiles sont en si grand nombre et tu les vois si clairement qu’il est possible d’observer la Voie lactée. Et tout cela se fait en entendant le chant des huards. C’est réellement impressionnant!

Le lendemain, tu peux te baigner dans les eaux claires ou te promener sur l’eau avec ton embarcation afin d’aller visiter les petites îles autour où il n’est pas possible de faire du camping. Le lac ne manque clairement pas d’endroits à visiter! Pour les amateurs de pêche, le lac des Trente-et-Un Milles abrite des achigans, du brochet ainsi que de la truite grise.

Bref, cet endroit propose tellement d’activités différentes lors de ton séjour de camping sauvage que tu y trouveras certainement ton compte.

Alors qu’attends-tu pour réserver et découvrir cette belle région de l’Outaouais?

À lire également sur Nomade Magazine :