Très touristiques en raison de la beauté de leurs plages et de leurs sites archéologiques mayas, il n’est pas toujours évident de savoir ce qui vaut la peine d’être vu et les trappes à touristes dans le Yucatán et le Quintana Roo au Mexique. Après y avoir passé 3 semaines en décembre 2017, voici mes cinq grands commandements (ok, juste des conseils) afin de pouvoir savourer pleinement ce coin de pays.

Tout d’abord, sachez que mes voyages se font principalement en famille avec 3 enfants. Nos intérêts sont donc un peu différents d’un voyageur seul, car j’exclus automatiquement les treks et activités difficiles d’accès de ma liste. Un souci de simplicité, d’accessibilité et d’économie est donc à l’honneur dans nos choix.

1er commandement: TOUS SITES TOURISTIQUES TU VISITERAS, TÔT LE MATIN TU ARRIVERAS

Je ne suis pas la première à le dire et ce n’est pas pour rien. Le nombre de touristes sur certains sites peut être réellement une plaie. Tulum, Chitchen Itza et la Laguna Yalku sont envahis de touristes dès 10h30 le matin. Si vous souhaitez savourer ces attraits avec un peu de tranquillité, arrivez dès l’ouverture à 8h00. À cette heure, les autobus en provenance des tout-inclus ne sont pas encore arrivés. Vous pourrez ainsi admirer calmement la majestuosité de ces sites.

Lors de notre passage, nous avons visité 3 sites archéologiques: Tulum, Chitchen Itza et Uxmal. Parmis les trois, notre préféré fut Uxmal. Contrairement aux deux autres, nous pouvions parfois grimper sur les ruines. Le site n’est pas tout à fait découvert, certains monuments sont encore ensevellis, mais ceux qui sont bien dégagés en valent largement la peine. De plus, étant plus éloigné de la Riviera Maya, il est beaucoup moins fréquenté.

Uxmal

Mexique-Uxmal-WEB

2e commandement: LA RIVIERA MAYA TU APPRÉCIERAS, LE PLUS LOIN POSSIBLE DE CANCUN TU SERAS

La panorama extraordinaire de la Riviera Maya vaut le détour. Mais il n’est pas facile d’y avoir accès. Moi qui croyais que j’en profiterais à descendre la route le long de la mer à Cancún. Et bien non. Ce n’est qu’hôtel après hôtel qui cachent toute la vue. C’est vraiment choquant! Un si beau paysage et personne à part les tout-inclus n’y a accès. Grrrrr! Heureusement qu’on y retrouve encore des belles petites villes comme Puerto Morelos, à seulement 20 minutes de Cancún et vous êtes complètement ailleurs. En plus, il y a plusieurs cénotes à proximité. Et on ne va pas dans ce coin de pays sans faire quelques cénotes (trous formés par l’érosion du sol calcaire et remplis d’eau douce).

Mexique-cenote Boca del Puma-WEB

Je dois avouer que j’ai aussi eu un faible pour la ville de Tulum. Une belle ambiance bohème mêlée à la population locale. Des hôtels oui, mais très petits. Une eau encore plus belle qu’à Playa Del Carmen. Les touristes se baladent en vélo sur la petite route de terre qui longe la mer. D’autres filment un pêcheur qui tente de sauver son gain des pélicans affamés. Oui, j’aime Tulum.

Mexique-Tulum-2-WEB

3e commandement: TES SOUVENIRS TU ACHÈTERAS AUX VENDEURS AMBULANTS QUE TU NÉGOCIERAS

Je suis comme un enfant, j’aime beaucoup magasiner mon petit souvenir lorsque je suis en voyage. Mais aux nombres de boutiques et de vendeurs, comment savoir si le prix est juste? Les boutiques de souvenirs ont bien sûr un loyer à payer, il n’est donc pas surprenant que les prix y soient plus élevés qu’à un vendeur ambulant. Loin d’être agréable à vivre (parce que c’est par centaines qu’ils t’abordent), c’est pourtant à Chitchen Itza que j’aurais dû acheter mes souvenirs. Tous les sentiers sont envahis de vendeurs ambulants qui s’y installent tous les matins dans l’espoir de gagner leur vie. Ils vous donnent un prix? Dites-vous que vous ne devez pas en payer plus de la moitié. 200$ pesos mexicains vous dites? Non merci! Et vous verrez le prix chuter de 25%. Un autre non merci et le prix descend encore.  Mais ils s’agit là de la norme pour eux alors ne vous en faites pas trop.

4e commandement: À L’ÉPICERIE TU IRAS, SUR L’EAU EMBOUTEILLÉE TU ÉCONOMISERAS

L’eau du Mexique n’étant pas potable, l’achat d’eau embouteillée est nécessaire et abordable dans les épiceries. Là où il y a de l’abus, c’est au restaurant. Tu es là à regarder le menu et les bouteilles de Coke et de bière sont moins dispendieuses que la bouteille d’eau. Et là tu comprends pourquoi ils boivent tous du Coke autour de toi. Et tu te rappelles que, pour le même prix à l’épicerie, tu en aurais eu au moins pour 10 litres.

5e commandement: EN VOYAGEANT DANS LES TERRES TU DÉCOUVRIRAS, LA CULTURE MAYA TU AIMERAS

À ne côtoyer que des touristes, on finit par se demander qui sont les Mexicains? Heureusement, lorsque l’on s’éloigne du bord de mer et qu’on entre dans les terres du Yucatán, on découvre un peuple travaillant et encore très près de sa culture.

Je pense à Valladolid entre autres. Une magnifique ville authentique où les femmes, pour la plupart d’origine maya, portent encore leurs robes à broderies artisanales. Comme elles sont belles avec leurs petites tailles, aussi petites que ma fille de 8 ans.

Mexique-Merida-femmes maya-WEB

Et il y a ces groupes à vélo, avec leurs statues de la Vierge Marie attachées sur le dos. Et après en avoir vu plus d’une centaine tu apprends que c’est la semaine de l’Immaculée Conception. Jeunes et moins jeunes se rassemblent en groupe pour propager leur foi. Même sur les autoroutes ils sont là: un en vélo et les autres dans le « pick up », décoré de la Sainte Vierge, à relayer le cycliste. Pierre Lavoie peut aller se rhabiller, eux ils parcourent des kilomètres en babouches avec une statue sur le dos!

Une autre ville charmante à découvrir: Izamal. Elle se distingue entre autres par sa couleur jaune. Tous les bâtiments du centre sont peints en jaune. Et les gens y sont tellement gentils et souriants. Je me souviens de cette dame qui tentait de me faire la conversation en espagnol. Avec seulement 20 heures de cours d’espagnol dans le corps, je comprenais à peine. Mais elle, ça ne la dérangeait pas. Elle continuait à me parler et à complimenter ma famille en disant que j’ai de beaux enfants (c’est pas mal la seule chose que j’ai comprise). Cette femme a pris la peine d’essayer de me parler, malgré la barrière de la langue. Ça m’a touchée!

Izamal

C’est avec un mélange de joies et de déceptions que je suis rentrée de ce voyage. J’aurais dû fuir davantage les coins touristiques. Je crois que j’y suis intolérante. Quand je voyage, j’aime rencontrer les gens du pays et voir comment ils vivent. Il ne fut pas évident de poursuivre cette quête au Quintana Roo. En espérant que ces conseils puissent vous orienter pour votre prochain voyage dans ce coin de pays.

À lire également sur Nomade Magazine :