Comme certains le savent déjà, mon copain et moi sommes en Nouvelle-Calédonie pour quelques mois. L’une des terres qui constituent cet archipel est l’île des Pins, un véritable joyau de l’océan Pacifique.

J’ouvre une parenthèse. On célèbre notre anniversaire de couple en août. Chaque année, on essaie de faire quelque chose de spécial. Quelques idées pour vous : Il y a trois ans, on s’est payé un délicieux souper au Toqué! à Montréal. L’année suivante, on a passé la semaine en camping à Baie-Sainte-Catherine/Tadoussac, puis l’année dernière on est allés sauter au Great Canadian Bungee. Je ferme la parenthèse.

Cette année, on célèbre nos six ans d’union et on a la chance d’être en Nouvelle-Calédonie pour l’occasion! L’île des Pins, un lieu paradisiaque, comme en témoignent mes photos, semblait tout indiqué comme activité «spéciale» et j’avais envie de vous parler de cette sublime destination.

Premier jour sur l'île des Pins. Nuageux, mais pas moins magnifique.

Premier jour sur l’île des Pins. Nuageux, mais pas moins magnifique.

À SAVOIR

  • L’île des Pins a compris que son gagne-pain provenait du tourisme alors, la première chose à savoir, c’est que selon vos choix en matière d’hébergement, d’activité et de nourriture, le budget peut rapidement gonfler.
  • Il y a deux moyens de vous rendre sur l’île. Le premier est par bateau, le Betico. Il s’agit du moyen le moins cher et, s’il fait beau, vous pourrez profiter du sundeck et admirer l’océan tout autour. Cependant, pour ceux qui ont le mal de mer, prévoyez des Gravol, car vous vous ferez bercer par les vagues pendant 2h30. Aussi, regardez bien les horaires, car le navire ne se rend à l’île des Pins que le mercredi (aller-retour) et le samedi (retour le dimanche). L’autre moyen, c’est l’avion. Il y a des connexions tous les jours. À partir de l’aéroport de Nouméa-Magenta, vous prendrez place à bord d’un aéronef d’Air Calédonie. C’est plus dispendieux, mais aussi plus rapide; comptez une trentaine de minutes pour arriver à destination.
  • Sur l’île, vous pourrez ensuite vous déplacer à pied, particulièrement si vous logez près des baies de Kuto et de Kanuméra, car il y a pas mal d’activités à proximité. Vous pouvez également louer des vélos, pour 1500XPF par demi-journée. Sinon, plusieurs lieux d’hébergement louent des voitures et certains louent des scooters. Vous pouvez aussi tenter l’auto-stop; la majorité des Kanaks se feront un plaisir de vous faire embarquer dans la benne de leur pick-up.

HÉBERGEMENT

  • Nos choix :

On a passé les trois premières nuits en camping, au Gîte Nataiwatch. Je ne peux faire autrement que vous conseiller cet endroit! Très abordable, bon service, excursions vendues sur place, location de voitures et de vélos, resto sur place (où vous pouvez acheter des baguettes de pain frais chaque jour!), coin BBQ pour cuisiner vous-mêmes, terrain propre, à deux minutes de la plage, WiFi inclus, douches d’eau chaude. Je vous ai convaincus?

Pour notre 4e et dernière nuit, on s’est permis de faire gonfler le budget avec la location d’un bungalow sur la plage au Ouré Tera Beach Resort. Je ne peux pas affirmer que le rapport qualité/prix valait le coup, mais un bain chaud, un bon lit douillet, un réveil au bord de la mer sur notre balcon avec un espresso à la main, puis un délicieux petit-déjeuner buffet inclus, c’était quand même très apprécié. La déception vient de petits détails comme le fait que le WiFi n’était disponible qu’à la réception et que le minibar dans la chambre était payant, à des prix exorbitants, alors que la location du bungalow en soi coûtait déjà les yeux de la tête.

La vue de notre bungalow sur la plage, au Ouré Tera Beach Resort

La vue de notre bungalow sur la plage, au Ouré Tera Beach Resort

  • Les autres possibilités:

Il y a plusieurs autres options d’hébergement sur l’île des Pins. Camping, gîtes, hôtels; il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Vous trouverez une liste juste ici. Côté luxe, je vous suggère Le Méridien où il y a également un spa.

ACTIVITÉS

  • Nos choix:

Jour 1 – Location de vélos pour aller jusqu’au village de Vao, visiter l’église et profiter du point de vue offert par le petit sentier situé juste derrière.

Jour 2 – Randonnée (sportive) jusqu’au sommet du Pic N’ga, offrant du haut de ses 262 mètres un point de vue panoramique sur l’île. En après-midi, on a profité du soleil sur la magnifique plage au sable fin de la baie de Kanuméra.

Jour 3 – Excursion achetée au Gîte Nataiwatch : balade en pirogue traditionnelle dans la magnifique baie d’Upi (une mini baie d’Ha-Long). La balade prend fin sur une rive d’où l’on part à pied pour traverser une forêt puis une cocoteraie, jusqu’à arriver à la piscine naturelle d’Oro au bout de 45 minutes. Vous devez absolument prévoir masque et tuba (palmes facultatives). Si vous n’avez pas les vôtres, il est possible d’en louer dans la majorité des lieux d’hébergement. La piscine est pleine de vie : coraux, oursins, poissons de toutes sortes, coquillages… C’est d’une beauté incroyable, d’autant plus que l’eau est si limpide.

Jour 4 – Location de voiture pour une demie-journée, accompagnés d’un couple qui logeait aussi au gîte et avec qui on est devenus copains la veille. On a fait le tour de l’île et on s’est arrêtés à la vanilleraie de Gadji (300XPF), à la grotte de la reine Hortense (250XPF), au marché de Vao puis à la baie St-Maurice. Truc gourmand : si vous allez au marché, j’espère que vous aurez la chance de goûter une crêpe à la banane.

Jour 5 – Kayak dans la baie de Kanuméra. La location était incluse avec notre nuitée chez Ouré Tera, mais vous pouvez en louer même si vous n’y êtes pas résidents. Ils ont aussi des paddleboards. C’était une journée très venteuse, donc on ne s’est pas aventurés trop loin, ni trop longtemps. On a ensuite de nouveau profité de la plage pour cette dernière journée sur l’île.

  • Autres possibilités :

Voyez ici une liste des activités touristiques à faire sur l’île. Il y a entre autres les vestiges du Bagne, une ancienne prison française que j’aurais aimé visiter. Il y a aussi une excursion sur les îlots ; un voisin du camping y est allé et a pu observer des dauphins et des raies manta!

NOURRITURE

  • Pour consulter une liste des offres de restauration, cliquez ici. Pour notre part, on a mangé un succulent souper au Ouré Tera où je vous conseille vivement d’aller.
En entrée: l'Assiette gourmande

En entrée: l’assiette gourmande

  • Pour manger en camping, sachez qu’il y a une alimentation générale ouverte en continu toute la journée à Kuto, puis une autre faisant également office de boulangerie, mais qui ferme sur l’heure du midi (et l’heure du lunch en Calédonie dure environ trois heures haha). Quand on a fait le tour en voiture, on a aussi vu le magasin Ko-mwanke à Touété, puis une autre petite épicerie à Vao.
  • Il y a deux mets locaux que vous pouvez déguster sur l’île ; les fameux escargots appelés «bulime de l’île des Pins» ou encore le bougna, un plat traditionnel mélanésien, cuit et servi bien enveloppé dans des feuilles de bananier.

DERNIERS CONSEILS

  • Tandis que je vous parlais de nourriture, j’aimerais vous suggérer d’acheter quelques vivres avant de partir pour l’île. Comme l’île est isolée, les denrées coûtent plus cher que sur la grande terre. Avec une petite glacière, vous pourrez apporter fromage, saucisses et viandes froides, quelques fruits et légumes. L’alcool, les cannages de viande ou poisson et les pâtés de foie coûtent aussi beaucoup plus cher sur l’île. Petit truc : au restaurant du gîte, on faisait la rotation de nos ice packs, des bouteilles d’eau congelées, à tous les jours. Ça nous a permis de garder la nourriture au frais sans devoir acheter des sacs de glace.
  • Le transport par bateau est malheureusement très sensible à la météo et il arrive parfois que les rotations soient annulées pour cette raison. Ce fut notre cas ; un cyclone est passé tout près. Il était donc impossible de revenir par bateau dimanche, tel que prévu. Comme il y a jusqu’à quatre vols par jour, on a acheté des billets d’avion à la place. Dans la mesure du possible, prévoyez le poids de vos bagages comme si vous preniez l’avion. Déjà que ce transport nous a coûté plus cher pour revenir, on a aussi dû payer un supplément bagage de 1750XPF, soit un peu plus de 20$. C’est une somme que l’on aurait pu éviter.
  • Toujours concernant l’argent, prévoyez apporter quelques francs pacifiques en espèces afin de pouvoir accéder à certaines activités qui n’acceptent que l’argent comptant, comme la piscine naturelle, la vanilleraie de Gadji ou la grotte de la reine Hortense.
  • Pour finir, voici mes incontournables : faire du snorkeling à la piscine naturelle, profiter de la vue du Pic N’ga tout en reprenant votre souffle et, enfin, manger des bulimes. Tout notre séjour a été mémorable, mais il s’agit de mon top 3 et moi qui aime tant manger, il fallait bien que j’intègre de la bouffe là-dedans!

Je concluerai en vous disant que l’île des Pins est un lieu qui regorge de splendeurs à découvrir et que vous ne pouvez pas aller en Nouvelle-Calédonie sans passer y faire un tour.

Δ

À lire également sur Nomade Magazine :