Je suis revenue de voyage tout récemment et, comme toujours, j’ai eu de nombreux commentaires de toute part. Des propos qui évoquent parfois de la curiosité, de la joie, de l’envie peut-être un peu. Mais, une phrase qui revient beaucoup trop souvent et qui me fait grincer des dents à chaque fois; « Maintenant, c’est le retour à la réalité! ».

Retour à la réalité? Le voyage ne fait-il pas partie de ma « réalité »?

Je ne crois pas avoir rêvé les jours passés à découvrir les merveilles de l’Inde, le chaos au milieu duquel je me suis retrouvée le temps d’un voyage au bout du monde. Non, c’était bien la réalité. J’ai vécu ces moments les yeux bien ouverts et très consciente de l’endroit magique où je me trouvais. Tout au long de ce voyage, mon attention n’était plus uniquement sur le boulot à Montréal, la chute du mercure, l’approche d’un hiver glacial et enneigé, les préparatifs de Noël, les travaux scolaires et le train train auquel je suis habituée. Mon univers était bien différent. Je découvrais un nouveau pays, un nouveau continent. Je me levais le matin pour aller à la rencontre d’un peuple étranger et je goûtais à des saveurs inhabituelles. Mon quotidien ne ressemblait en rien à celui que je mène à Montréal entre deux voyages, mais c’était tout de même la vraie vie! Le temps d’un voyage, ma réalité semblait s’être transformée, mais je n’avais pas emprunté celle de quelqu’un d’autre. Je n’avais pas quitté la mienne.

Depuis mes tout premiers périples à l’étranger, j’ai toujours désiré que le voyage fasse partie intégrante de mon mode de vie. Il n’était pas question pour moi d' »échapper à la réalité », mais plutôt d’aller puiser de l’inspiration ailleurs, d’aller apprendre et découvrir en me plongeant dans des environnements différents. Lorsque j’ai acheté mon billet pour l’Inde, je ne ressentais pas l’envie de mettre ma vie sur pause et rêver quelques instants. Je voulais vivre ce moment pour mieux revenir. Je ne voulais pas reprendre le cours normal de ma vie après une courte évasion. Je voulais descendre de l’avion une personne transformée et que les apprentissages réalisés au cours de ce voyage s’appliquent directement dans mon boulot, dans mes relations au Québec et dans ma vie, tout simplement. Le voyage fait partie de mon quotidien. Il le transforme, lui permet d’évoluer. Ma vie ne serait pas la même sans son apport. Il fait partie de ma réalité.

Et, même si pour certains le voyage n’était qu’un moment d’évasion au travers d’un mode de vie bien chargé, pourquoi employer cette expression, le retour à la réalité, qui m’apparaît négative et déprimante?  Pour davantage souligner que ce moment de bonheur infini est terminé? Comme si revenir de voyage devait absolument dire que l’on retourne à quelque chose qui nous plaît moins, comme si notre réalité n’était pas si agréable, comme si nos obligations avaient soudainement disparu à l’étranger et qu’elles nous attendaient à la sortie de l’aéroport, comme si tout ce qu’on a pu vivre en voyage n’était maintenant qu’un souvenir que l’on doit laisser derrière nous pour reprendre notre train de vie habituel, comme si désormais on ne pouvait plus se permettre de rêver et qu’il fallait demeurer les deux pieds sur terre, ancré dans notre quotidien qui est défini par notre boulot et nos obligations. Si tel est le sentiment que tu ressens au retour d’un voyage, je crois qu’il est temps de transformer ta réalité.

J’ai envie que l’on arrête de voir le voyage comme une simple échappatoire, comme un rêve qui n’appartient pas à notre réalité. Si tu as fait le choix de voyager, c’est que tu comprends l’apport du voyage dans une vie et que tu es conscient que c’est bien plus qu’un court moment d’évasion durant lequel on peut ignorer tout ce qui nous cause habituellement du stress. Pourquoi ce bonheur infini que l’on ressent en voyage ne pourrait pas nous suivre à la maison? Pourquoi on ne pourrait pas continuer de vivre ce bonheur à travers nos souvenirs et la fierté de voir notre personne et notre vie transformées par ce voyage? Il ne s’agit pas d’un rêve, d’un fantasme. Il s’agit bel et bien d’un moment réel que l’on a vécu pleinement et qui continuera d’influencer notre quotidien même à la maison. Le voyage nous transforme et, du même coup, transforme notre vie. Plutôt que de voir le retour comme la fin de cette belle aventure et la reprise des cours ou du travail, voyons-le comme ce moment où l’on décide de retenir tout ce que l’on a appris à l’étranger, le moment où l’on décide de ne pas en faire abstraction et de l’appliquer, d’évoluer, de devenir une personne meilleure même à la maison et de rendre notre quotidien plus passionnant. Ainsi, on aura l’impression de poursuivre ce long voyage perpétuel.

Que tu voyages à temps plein ou une fois de temps en temps, je crois que le voyage fait partie de ta réalité. Affirme-le et sois-en fier!

À lire également sur Nomade: