Mais qu’est ce que je suis bien partie faire dans une île paumée en Océanie, tu dois te demander ?

J’ai toujours été fascinée par les peuples isolés. J’ai souvent eu l’impression que plus un village était éloigné des grands centres, plus sa culture était figée dans le temps. Il y a sur terre des peuples que l’on qualifie fréquemment de « primitifs » parce qu’ils restent attachés à un mode de vie archaïque. Dans un monde où la technique moderne « uniformise » de plus en plus les différentes civilisations de notre planète, il est difficile d’imaginer ce mode de vie, et pourtant !

Histoire & merveilles

La Papouasie occidentale (ex-Irian Jaya) est une région unique au monde. Elle abrite des tribus ethniques qui, jusqu’à encore un demi-siècle, ont vécu totalement coupées du monde. Située au nord de l’Australie, la Papouasie s’étend d’ouest (Papouasie occidentale) en est (Papouasie-Nouvelle-Guinée) sur 2 500 kilomètres. Cette île, dont la population est estimée à un peu plus de 10 millions, est la plus grande du monde après le Groenland. À elle seule, elle pourrait contenir deux fois et demie la superficie de l’hexagone (partie continentale de la France métropolitaine). T’imagines ??

Village nichée dans la vallée de Baliem. Papouasie occidentale, Indonésie.

Elle aurait été abordée par un navigateur portugais il y a plus de cinq siècles. Si petits que nous sommes, on s’étonne encore aujourd’hui que cette terre si lointaine soit la dernière région de notre planète quasi inexplorée.

Maison traditionnelle « honai », vallée de Baliem. Papouasie occidentale, Indonésie.

Habitat traditionnel « sili » des papous de la vallée de Baliem. Papouasie occidentale, Indonésie.

Coté terre

Il faut savoir que cette gigantesque île possède un système de fortifications naturelles d’une rare efficacité. Elle est majoritairement recouverte de forêts très denses difficilement pénétrables et plus rarement de plaines marécageuses. Ce qui la rend exceptionnelle est sans aucun doute une chaîne de montagnes dont les sommets peuvent culminer à plus de 5 000 mètres d’altitude. Ainsi, se dresse une impressionnante barrière calcaire qui s’étend d’est en ouest rendant difficile l’accès aux visiteurs. D’ailleurs, les premiers navigateurs l’ont baptisée « Las malas gentes », (île des mauvais gens, en espagnol) en raison de l’inhospitalité de son peuple. Cette résistance farouche aux étrangers a donc laissé toute une population (les Dani et les Korowaï) dans des conditions proches de l’âge de pierre conservant des mœurs et des techniques très ancestrales. Ainsi, ces autochtones constitueraient les derniers primitifs de la planète.   

Portrait d’une femme papou, Wamena. Papouasie occidentale, Indonésie.

Costume traditionnel papou pour célébrer l’inauguration de l’église Gidi à Wamena. Papouasie occidentale, Indonésie.

Curieuse, je suis partie découvrir les trésors cachés de cette île aux mille et un secrets. Côtoyer, le temps de quelques jours, les fameux Dani est une expérience unique à vivre.

Si toi aussi, tu es avide de rencontres en tous genres… Oui, oui, même celles avec des hommes dans leur plus simple appareil (ou presque). Les photos parlent d’elles-mêmes… tu vivras une aventure sans pareil !

Danses et chants traditionnels papous, Wamena. Papouasie occidentale, Indonésie.

Portrait d’un vieil homme papou portant un étui pénien « Koteka », Wamena. Papouasie occidentale, Indonésie.

Coté mer

En plus de regorger de paysages somptueux, cette pépite riche en récifs coralliens concentre la plus grande biodiversité marine au monde. Tu me vois venir ?

« Mandos Guest House », île Waigeo de l’archipel Raja Ampat. Papouasie occidentale, Indonésie.

Décollage imminent dans le Triangle de Corail à l’extrême ouest de la Papouasie : Raja Ampat ! Un archipel lointain et isolé, constitué de 1500 îles, où la nature est relativement préservée. Sa biodiversité unique, sur terre comme en mer, offre une beauté des plus rares. Pourtant, ce trésor reste peu connu du « grand public ». Pourvu que ça dure… Attention, fractures de la rétine assurées ! Pour les plus sensibles, vous verrez la vie en « dichrome » (bleu et vert).

Archipel Raja Ampat, Papouasie occidentale (Irian Jaya Barat), Indonésie.

Vue depuis la maison d’hôte « Mandosguesthouse », île Waigeo, Raja Ampat. Papouasie occidentale, Indonésie.

Aux amoureux de la nature et aux amateurs de plongée, si vous voulez découvrir le récif le plus riche au monde, Raja Ampat est LA destination ! Les îles de cet archipel sont spectaculaires, offrant une vie marine abondante, de quoi réjouir même les plus septiques. Ces îles entourées de récifs immaculés et couvertes de jungles luxuriantes sont le paradis des amoureux de la faune et de la flore. Alors, on n’oublie surtout pas son maillot et une bonne paire de souliers… N’est-ce-pas ?

Maintenant, tu sais mieux pourquoi je me suis aventurée en terre inconnue !

À lire également sur Nomade Magazine :