Cet été, c’était décidé, j’avais envie d’envisager mes vacances autrement. Je ne me voyais pas passer mon temps à ne rien faire étendue sur une plage de sable fin. Non, cet été, j’avais envie de vacances actives, faites de rencontres et de ressourcement intérieur.

Entre quête spirituelle, longue randonnée et colonie de vacances, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle se présentait à moi comme les vacances parfaites !

Depuis longtemps, j’avais envie de partir marcher. L’idée de faire une randonnée de longue distance me trottait dans la tête, mais je ne souhaitais pas m’engager dans un défi sportif de taille. J’avais plutôt  envie de marcher à mon rythme, pour passer du temps dans la nature et me reconnecter avec moi-même. Et c’est pourquoi j’ai choisi de partir sur le route vers Saint-Jacques de Compostelle.

Si le terme de pèlerinage m’effrayait un petit peu, je suis partie en me disant que j’étais sur un chemin de randonnée classique. J’étais bien loin de me douter de l’ampleur que mon voyage allait prendre. Du fun, des rencontres enrichissantes, une petites doses de moments difficiles, beaucoup de bienveillance, des rires et encore beaucoup de fun, voilà ce qui m’attendait sur le chemin.

Concrètement, sur le chemin, qu’est-ce qui vous attend ?

Le sentier

Il existe de très nombreux sentiers qui partent d’un peu partout en Europe pour rejoindre la ville de Saint-Jacques de Compostelle (ou Santiago de Compostela) en Espagne. Mais beaucoup de gens décident de commencer à la frontière entre la France et l’Espagne, et ainsi avoir à parcourir environ 750 kilomètres sur le chemin qu’on appelle le Camino Frances. Pour ma part, je souhaitais partir de la France et j’ai donc débuté mon pèlerinage dans la ville du Puy en Velay. En fait, il n’y a pas de règle, on peut partir d’un peu où on veut et certains partent même du pied de leur porte !

L’organisation

En ce qui concerne l’organisation plus logistique pour le logement ou la nourriture, tout est très bien organisé pour les pèlerins. Vous trouverez toujours ce dont vous aurez besoin. De l’hôtel au camping, il existe divers types d’hébergements dans les villes et villages que l’on traverse. Et en plus, personne ne vous empêche de varier selon les jours et les envies. De mon côté, j’aimais alterner entre nuit à la belle étoile et nuits dans les refuges ou petits dortoirs où on se sent bien souvent comme à la maison. Concernant l’alimentation, de nombreux restaurants et petites épiceries se présentent sur le chemin. De temps à autre, on trouve même des petites tables aménagées avec des boissons et des petites collations, spécialement pour les pèlerins. De belles attentions qui m’ont personnellement beaucoup touchée !

Question orientation, il suffit tout simplement de suivre les flèches ! En effet, de nombreuses flèches jaunes ponctuent tout le chemin jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle. Parfois, à toujours regarder partout pour trouver les flèches à suivre, on se croirait presque dans un jeu de piste !

Si tout est facilité pour les pèlerins, n’allez pas croire que vous ne rencontrerez pas quelques imprévus sur votre chemin ! Et au contraire, ce sont ces moments inattendus qui rendront votre voyage d’autant plus enrichissant. Que ce soit dans les rencontres ou dans les épreuves (intempéries, bobos physiques, chaleur…), une chose est sûre, en faisant votre premier pas sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, personne ne peut prédire ce qui vous attend !

Les rencontres

Moi qui pensais partir sur une randonnée en solitaire, j’ai découvert que le chemin de Compostelle est avant tout une aventure humaine. Du fait qu’on se retrouve tous à marcher vers un même but, on est tous liés par un projet commun. Et les rencontres, les sourires et les rires partagés sont innombrables. Je me suis vraiment sentie comme dans une grande famille sur ce chemin. Si on voit quelqu’un arrêté sur le bord du chemin, c’est tout naturellement qu’on s’assure que tout va bien pour lui. Dans les moments plus difficiles, on se sert les coudes avec les compagnons de route. Je me souviendrai toujours des journées à crier à plusieurs sous la pluie, et la joie que l’on ressentait dès qu’on trouvait enfin un endroit où se réfugier.

En bref, il faudra vous attendre à traverser des paysages à couper le souffle, des petits villages charmants, des hôtes chaleureux qui vont accueilleront à bras ouverts et une ambiance de partage constante avec les autres pèlerins que vous n’êtes pas prêt d’oublier !

Ça y est, ça vous dit aussi de partir sur le chemin de Compostelle ? Vous pouvez aussi lire Conseils pour le futur pèlerin pour plus d’informations sur le sujet ! Sur ce, il ne me reste plus qu’à vous dire Ultréïa !

À lire également sur Nomade Magazine :