Nous entendons de plus en plus parler de la Nouvelle-Zélande et de ses spots phares: Queenstown, Milford Sound, l’Alpine Crossing… Je souhaite aujourd’hui mettre en lumière un de ses joyaux trop souvent oublié : le Arthur’s Pass National Park.

Après 2h de route depuis Christchurch, au détour d’un long virage, enfin les voilà: les majestueuses montagnes d’Arthur’s Pass! La magie opère immédiatement. Ce jour là, dans ma tête, le déclic a eu lieu : ça y est, nous sommes en Nouvelle-Zélande !

C’est donc un parc national dans les hautes montagnes du Canterbury. Pour moi européenne, je n’avais jamais rien vu de semblable auparavant. Il faut s’imaginer de larges vallées parcourues par des rivières plus ou moins sèches selon la saison, avec de part et d’autre d’impressionnantes montagnes. Pour parler chiffres, dans la vallée, vous êtes à environ 700 m d’altitude et les plus hauts sommets du parc atteignent 2000 m. C’était un décor totalement inédit pour moi, comme si ces montagnes allant à plus de 2000 m avaient été posées là, sur un sol complètement plat.

Les randonnées

Comme vous pouvez l’imaginer, c’est un réel paradis pour les amoureux de la marche en montagne. Le parc national offre un large choix de randonnées, allant de courtes balades aux journées entières de marche. Mais si je peux faire quelques recommandations personnelles…

À ne surtout pas louper : le mythique Avalanche Peak

– 1100 mètres de dénivelé positif
– 2 km de parcours

Après ce rude effort, un comité d’accueil est prêt à vous recevoir sur son perchoir : les Kéas ! Quoi de plus néo-zélandais ? L’arrivée sur la crête et le panorama au sommet sont à couper le souffle ! Sans oublier la balnéo grandeur nature qu’offre Devil’s Punchbowl Waterfall, un régal pour les jambes endolories par les longues escapades alpines.

Avalanche Peak summit (1833m)

Devil’s Punchbowl waterfall                               

Chaque randonnée de ce parc vous conduit à des paysages et des points de vue totalement différents. Nous l’avons parcouru durant 3 expéditions différentes et ce fut une toute nouvelle expérience à chaque fois.

N’hésitez surtout pas à aller vous renseigner au visitor center. Les guides y sont adorables et surtout incollables sur le parc. Ils vous donneront les meilleurs conseils suivant la météo et l’état des terrains. Et oui, car il faut tout de même un peu de chance pour pouvoir arpenter l’Arthur’s Pass National Park ! Il est en effet sujet à tous les temps toute l’année, de la pluie au vent à la neige, peu importe la saison. Ses sommets sont très souvent embrumés et la météo change en un claquement de doigt. Mais c’est aussi ça la magie de la montagne !

Où dormir ?

Pour quelques dollars, vous pouvez dormir au camping du parc national. Il s’agit d’un grand stationnement face au visitor center (et à côté des toilettes, à ne pas négliger!). Nous avons plutôt opté pour les « free camp » de l’entrée du parc national. Ce sont des espaces de camping gratuits autorisés à quelques kilomètres du visitor center, point central du parc. Attention tout de même aux petites visites nocturnes, j’ai nommé nos amies les souris. En effet, elles adorent venir visiter vans, tentes et voitures durant la nuit ! L’avantage de ces espaces gratuits, bien qu’un peu plus éloignés, c’est qu’ils vous permettent de vous réveiller dans le calme et la sérénité au bord de Bealey River avant d’attaquer l’un des très nombreux parcours accessibles dans le parc national.

Pour moi, Arthur’s Pass est vraiment un lieu inspirant et apaisant. Entre 2 « grandes villes » (à l’échelle néo-zélandaise), c’est un lieu coupé du reste du pays qui permet de prendre de grands bols d’air frais. Un endroit où le temps s’arrête pour nous laisser profiter, contempler, respirer et prendre conscience de la beauté de ce qui nous entoure. Le calme qui y règne, ses montagnes majestueuses, ses couleurs incroyables, tout à Arthur’s Pass crée une atmosphère apaisante.

Alors je conseille vivement à tout amoureux de la montagne d’y aller et d’y passer quelques jours. Il y a tellement à faire et à voir ! Mais également pour les non-randonneurs, y passer une journée, traverser le fameux col « Arthur’s pass ». Même depuis son véhicule, le passage vaut vraiment le détour !

À tous ceux qui sont actuellement en Nouvelle-Zélande, c’est réellement un immanquable. Ce n’est peut-être pas dans votre guide, mais il ne faut pas quitter le pays du long nuage blanc sans avoir vu ses Alpes !

À lire également sur Nomade Magazine :