Si on m’avait dit que j’allais recevoir une grande décharge d’adrénaline en montant un volcan au Guatemala, je ne l’aurais sûrement jamais cru. De la satisfaction et de la contemplation, oui, mais de l’adrénaline?

Or, j’étais là, au beau milieu d’un orage électrique, à quelques mètres du lieu d’atterrissage des projectiles en fusion que le volcan Fuego crachait. Le bâton de marche métallique de notre guide s’est mis à vibrer et à cliqueter avec l’électricité qui abondait dans l’air. Dès que je touchais à quelque chose, je recevais un choc électrique. J’entendais les roches en fusion tomber à quelques mètres de moi. Pour être honnête, j’avais peur. Puis, plus tard dans la soirée, j’étais à distance, avec une coupe de vin rouge, en train d’admirer ce grand feu d’artifice naturel qu’est le volcan Fuego en éruption. Le calme après la tempête. C’était un rêve que je ne savais même pas que j’avais.

Le volcan Fuego, en éruption

La vue du campement, à 10 mètres de la tente. J’étais sur la crête à droite de la photo, quelques heures auparavant.

Avec un peu de recul, l’excursion sur l’Acatenango au Guatemala n’a pas perdu d’intensité dans mes souvenirs. Ayant grimpé d’autres volcans en Amérique centrale tout juste après celui-ci, j’ai pu constaté que l’ascension de l’Acatenango avait eu quelque chose de spécial comparée aux autres.

Ce qui est spectaculaire avec l’Acatenango, c’est que le volcan juste à côté est très actif; on l’a même baptisé Fuego – feu en espagnol. En montant l’Acatenango, il est donc possible de voir toutes les éruptions du volcan Fuego, situé à moins de 2 km. On entend chaque grondement, on ressent toutes les vibrations et la lave est bien visible lorsque la nuit tombe. Ce n’est pas tous les jours qu’on dort dans un campement avec une vue sur un volcan en éruption.

Le volcan Agua, un autre volcan aux alentours de l'Acatenago

Le volcan Agua, un autre volcan aux alentours de l’Acatenango

Pour les plus téméraires, il est également possible de s’aventurer directement sur le volcan Fuego. On partira alors du camp de base de l’Acatenango en fin de journée, puis on traversera un sentier pour aller au volcan voisin. Il s’agit d’une randonnée assez difficile, surtout après une journée complète d’ascension sur l’Acatenango. Le guide nous a amenés au point limite où les roches en fusion tombaient. Cette randonnée n’avait rien de ce monde et il s’agit probablement de l’une des expériences les plus épicées de mon voyage.

Un paysage lunaire du volcan Fuego

Un paysage lunaire du volcan Fuego

Si vous êtes de passage à Antigua et que vous désirez vous aventurer sur ces deux volcans, je vous partage quelques conseils qui pourront rendre votre expédition mémorable.

  • Renseignez-vous sur l’activité volcanique en arrivant à Antigua. Le volcan Fuego connaît environ deux semaines de répit après un mois d’activité. Il s’agit de le prendre au bon moment, car il est possible qu’il y ait peu d’éruptions.
  • Essayez de trouver un groupe d’une taille acceptable. Nous étions huit, ce qui était parfait et créait une belle atmosphère. J’ai cependant vu des groupes de plus de 16 et j’étais content de ne pas en faire partie.
  • Si vous avez encore de l’énergie, demandez à votre guide de vous amener sur le volcan Fuego en soirée. Vous devrez sûrement payer un petit extra (10$), mais il en vaut la peine. J’ai senti que c’est ce qui a rendu mon expédition si spéciale après avoir entendu le récit de beaucoup d’autres touristes qui n’avaient même pas eu connaissance de cette petite excursion haute en adrénaline.
  • Finalement, je ne peux que recommander la compagnie avec laquelle j’ai fait affaires, Wicho & Charlies. Ils ont le camp de base avec la meilleure vue, un équipement infaillible et ils portent une attention particulière aux guides qu’ils choisissent. Tout ça, pour environ 75$ CAD.
La vue au sommet du volcan Acatenango

La vue au sommet du volcan Acatenango

À lire également sur Nomade Magazine :