Parce que la préparation d’un voyage n’implique pas seulement la planification d’un itinéraire inspirant, des activités captivantes et de belles rencontres, parce que pour vivre ce voyage, nous devons penser au transport que nous devrons emprunter étant bien souvent l’avion! Pour cet article, nous avons voulu répondre aux questionnements en lien avec l’achat de billet d’avion qui nous sont souvent partagés par nos lecteurs. Pour ce faire, nous avons fait appel à Catherine Dionne, Conseillère Senior en Voyages d’Aventures chez Voyages Merit, qui a gentiment pris le temps de répondre à chacune des questions en prenant bien soin d’ajouter quelques trucs et conseils pertinents. En espérant que ce petit guide saura vous aider lors de l’achat de votre prochain billet d’avion!

Lorsqu’on fait l’achat d’un billet d’avion avec escale, est-ce possible de passer quelques jours à l’endroit de l’escale au lieu de seulement quelques heures? Si oui, comment s’y prendre?

Dans la majorité des cas, il est effectivement possible de prolonger l’escale de quelques jours sur le trajet du billet d’avion, surtout s’il s’agit de la plaque tournante de la compagnie aérienne. Il y a toutefois certaines exceptions, surtout en Amérique du Nord.  De plus, l’escale est parfois interdite, ou seulement permise pour un frais supplémentaire, lorsqu’il s’agit des tarifs les plus bas offerts par la compagnie vers une destination en particulier : en rallongeant l’arrêt, le tarif de base peut donc augmenter. Dans pratiquement tous les cas, même si l’arrêt est permis gratuitement, il y a certaines taxes d’aéroport qui doivent être perçues et qui ne l’auraient pas été dans le cas d’une correspondance de quelques heures seulement. La meilleure façon de savoir si cet arrêt est permis, et à quel prix, est évidemment de passer par un agent de voyages tel que les experts chez Voyages Merit, puisque non seulement la réglementation de tarification est difficile (voire impossible) à trouver sur internet, mais ce n’est pas non plus tous les moteurs de recherche qui permettent d’entrer facilement un itinéraire présentant des arrêts ou autres particularités, tel un retour d’une ville ou d’un pays différent. Il peut parfois également être possible que l’arrêt sur l’itinéraire comporte un changement de ville : par exemple, un billet dont l’itinéraire serait Montréal-Amsterdam (arrêt de quelques jours), puis Paris-Destination finale. Il est toutefois à noter que dans la grande majorité des cas, aux tarifs intéressants, l’arrêt n’est permis que dans une seule direction : à l’aller OU au retour, mais pas les 2! Dans tous les cas, il est toujours avantageux de discuter de ses plans de vive voix avec un agent, puisque nous pourrions penser à des solutions qui auraient échappé au client dans ses recherches préliminaires.

Le mardi serait la meilleure journée pour faire l’achat d’un billet d’avion… est-ce vrai?

Je vais développer davantage le sujet avec la prochaine question, mais je dirai toutefois ceci : j’avais déjà entendu cette rumeur dans le passé et ça me faisait bien rire, mais dans la dernière année, je dois avouer qu’il m’est arrivé à 2 ou 3 reprises que le prix d’une option que je tenais pour un client depuis le lundi ait baissé légèrement le lendemain. Hasard ou conspiration étrange des compagnies aériennes basée sur leurs études des habitudes de consommation de leurs clients? Je ne saurais le dire avec certitude!

Quel est le meilleur moment pour acheter un billet d’avion?

Il n’y a malheureusement pas de formule unique pour répondre à cette question, puisqu’il y a plusieurs facteurs à évaluer. De façon générale, si le voyage doit avoir lieu durant une saison achalandée, le plus tôt possible est toujours le mieux! Je tiens à souligner fortement que la « pire » saison de l’année est celle des vacances de Noël, peu importe la destination : si vous voulez voyager n’importe où entre la mi-décembre et la mi-janvier, un bon 6 mois d’avance n’est pas s’y prendre trop tôt, au contraire! Ensuite, la période estivale, avec emphase sur juillet et août, et plus particulièrement les 2 semaines de la construction au Québec, est une période pour laquelle attendre la dernière minute pourrait avoir des conséquences désagréables. Ensuite, les semaines de relâche pour les destinations soleil, et toute destination alentour des dates où un événement particulier pourrait augmenter l’affluence du tourisme (le Nouvel An Chinois en Asie, le Carnaval de Rio, les Jeux olympiques ou toute autre compétition d’envergure internationale, etc.) sont également à prévoir d’avance.

Ceci dit, ça ne veut pas dire que, pour voyager en basse saison, il soit sage d’attendre la toute dernière minute pour réserver! Dans ce cas, les tarifs les plus avantageux peuvent effectivement demeurer disponibles plus longtemps, mais il y a quand même des limitations : plusieurs tarifs réduits ne sont permis que lorsque réservés soit 3, 7 ou même 21 jours à l’avance! Encore une fois, un agent de voyage demeure la meilleure personne pour vous renseigner sur l’urgence ou non de passer à l’achat, selon votre cas. De plus, l’un des avantages incontestables de passer par une agence est que nous pouvons souvent bloquer les places quelques jours, sans frais ni obligation, pour permettre au client d’y réfléchir. Dans ce cas, comme mentionné au point précédent, si le tarif diminue entre temps (disons entre le lundi et le mardi!), le client peut donc bénéficier du nouveau prix. Toutefois, l’inverse est également vrai : le fait de bloquer une place ne garantit pas le tarif, tant que le billet n’est pas payé.  Dans la majorité des cas, le fait de garder la place de côté nous permet de bloquer une « catégorie » de tarif qui a tendance à ne pas changer entre le jour de la réservation et le jour de l’achat, mais il peut arriver que la compagnie aérienne décide de modifier ses catégories de prix entre temps. Au moins, en passant par une agence, on peut vous informer immédiatement si le tarif que vous convoitez se trouve à être un spécial se terminant le jour même ou le lendemain par exemple, ou encore s’il ne reste que 3 places à ce prix-là pour le jour en question, mais qu’il en reste beaucoup le lendemain, etc. Je ne compte plus les appels de clients en détresse que j’ai reçus parce que le prix qu’ils voyaient sur internet depuis quelques jours avait disparu ce matin-là! S’ils m’avaient téléphoné plus tôt, j’aurais pu les aider, mais quand il n’y a plus de places ou que le spécial est terminé, c’est le cas autant en agence que sur internet!!

avion

Malgré ces règles générales en lien avec les hautes et basses saisons, il arrive que les compagnies aériennes sortent des spéciaux : dans ce cas, il aurait pu être avantageux pour certaines personnes d’avoir attendu avant d’acheter. Certaines compagnies sont prévisibles et refont à peu près les mêmes spéciaux d’une année à l’autre vers la même période de l’année (notre expérience professionnelle peut encore une fois se révéler utile ici!), mais d’autres semblent y aller de façon plutôt aléatoire, donc ça peut être risqué d’attendre après ça pour faire son achat. Encore une fois, j’aurais tendance à dire qu’en s’y prenant tôt, on a plus de chances de finir par tomber sur le meilleur prix : en faisant des recherches pour mes clients, si je vois que les meilleurs prix en vigueur ne sont pas si avantageux et qu’on a encore le temps devant nous, je conseille parfois d’attendre et d’y jeter un œil dans les semaines qui suivent, au cas où quelque chose de plus intéressant apparaisse par la suite. Si, au contraire, il s’agit d’un prix exceptionnel, dans les plus bas jamais vus, je le laisserais également savoir! Toutefois si, selon les circonstances, le meilleur prix encore disponible est très élevé, mais que la date approche ou que je constate que pratiquement tous les vols vers cette destination semblent presque pleins, continuer d’attendre en espérant un spécial par la suite me semblerait une tactique à déconseiller… Il faut comprendre que les compagnies aériennes se basent en gros sur la théorie de l’offre et la demande pour fixer leurs tarifs : si elles savent qu’elles rempliront leurs avions à ces prix-là de toute façon, pourquoi les baisser?

Faut-il réserver son billet d’avion longtemps à l’avance ou au dernier moment pour avoir le meilleur tarif? Comment se positionner sur les places de dernière minute ?

La seule chose que j’aurais à rajouter sur le sujet, c’est qu’il faut comprendre que le mythe du « dernière minute » vient d’une pratique dans la vente de forfaits « tout-inclus » : le même principe ne peut pas du tout s’appliquer sur des billets d’avion internationaux, sauf parfois avec les compagnies nolisées! Les grossistes qui vendent ce type de forfait achètent d’avance des blocs de sièges et de chambres sur les vols et dans les hôtels qu’ils proposent et si, à l’approche de la date, ils n’ont pas réussi à tout écouler leurs places, ils préfèrent les vendre moins cher (voire à perte parfois!) que de ne pas les revendre du tout. Encore une fois, c’est la théorie de l’offre et de la demande qui prévaut : essayez donc de réserver votre tout-inclus pour le temps des Fêtes ou la semaine de relâche à la dernière minute, voir si les prix seront plus intéressants! Vous serez horriblement déçu!

Combien serait-il raisonnable de payer pour un billet d’avion pour les différentes zones du monde? 

Il serait très difficile de répondre à cette question, puisque, comme mentionné plus tôt, les prix des billets d’avion varient selon plusieurs facteurs, mais je vais essayer de donner quelques points de repère quand même!

Vers l’Europe, en basse saison et surtout vers des villes desservies par des transporteurs nolisés, on peut espérer payer aussi peu que dans les 600$ ou 700$. Toutefois, en été ou vers des villes où seules les compagnies régulières se rendent, il ne serait pas étonnant d’avoir à payer des tarifs à partir de 1100$. Même vers Paris, dans le temps des Fêtes, il n’est pas rare de voir les tarifs grimper à plus de 1500$. Donc facilement du simple au triple selon les circonstances exactes!

Vers l’Asie, j’ai déjà vu de très bons spéciaux vers Bangkok ou vers Delhi à partir de 900$. Mais de façon générale, un bon prix se situerait entre 1000$ et 1200$, jusqu’à 1500$ selon la destination exacte évidemment. Certains aéroports moins desservis coûtent évidemment plus cher à rejoindre et peuvent nécessiter plus d’escales.

Même chose vers l’Afrique : selon la saison et la destination exacte, on peut trouver des tarifs variant entre 900$ et 2000$ qui seraient considérés comme très abordables. Évidemment, on ne peut pas comparer les prix trouvés vers l’Afrique du Sud ou le Kenya avec ceux pour des destinations moins populaires comme le Rwanda ou le Madagascar par exemple.

Pour l’Amérique centrale, selon le pays exact, on peut trouver des spéciaux entre 500$ et 800$, mais ces prix peuvent monter selon la période de l’année.

Pour l’Amérique du Sud, il peut y avoir une énorme différence selon les pays : il coûte évidemment beaucoup moins cher d’atterrir à Lima ou à Quito qu’à Ushuaia ou à l’Île de Pâques! Dans les premiers cas, il ne serait pas rare de trouver des bas prix à partir de 700$ ou 800$, même si ça peut facilement monter dans les 1200$ également. La Colombie est également un pays vers lequel on peut se rendre à très bon prix. Pour le Brésil, le Chili et l’Argentine, raisonnablement populaires aussi, je dirais qu’un bon prix commencerait à 1000$.

Vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande, plusieurs facteurs font également varier les tarifs, mais si on trouve un aller-retour à moins de 1200$, il faudra le considérer comme un excellent prix! L’itinéraire total peut facilement monter jusqu’à 2000$ selon les conditions exactes et même 3000$ dans le temps des Fêtes.

Est-ce qu’il y a un site qui donne les destinations les moins dispendieuses par mois?

Aucun à ma connaissance… Ça varie tellement de toute façon, ça serait difficile d’être fiable en voulant mettre un tel outil sur pied.

Et si je peux me permettre de rajouter quelques lignes pour une catégorie «bon à savoir»

Il faut comprendre que, même si internet est un outil de référence incomparable et qu’il est normal de s’y retourner pour nos premières recherches de billets d’avion, question de se faire une idée, ce n’est pas une source fiable à 100% : plusieurs sites ne sont même pas des outils de réservations, mais tout simplement des moteurs de recherche qui magasinent sur d’autres sites pour sortir leurs tarifs, ce qui veut dire que vous n’avez aucune garantie que le tarif affiché est effectivement disponible pour les dates demandées! En agence, nous travaillons directement dans les mêmes systèmes de réservation que les compagnies aériennes, donc nous sommes « en temps réel » dans leurs inventaires. Il m’est arrivé à plusieurs reprises (surtout pour vérifier des sources confiées par mes clients) de constater qu’un tarif affiché sur tel ou tel site internet correspondait effectivement au meilleur tarif offert par la compagnie aérienne, mais que ce tarif n’était plus disponible depuis longtemps dans les dates convoitées.

De plus, il est de mon expérience personnelle et professionnelle que le plus grand succès de n’importe quel voyage ne réside pas seulement dans le prix payé pour le billet d’avion! Plusieurs personnes commettent l’erreur de choisir leur billet en se basant sur ce seul critère sans réaliser que, pour accomplir ce qu’ils souhaitent rendus sur place, il leur faudra faire d’autres déplacements locaux qui, non seulement ajouteront à la facture totale, mais leur feront également perdre un temps précieux. Je ne peux évidemment pas parler pour tous les autres agents de voyage, mais quand je reçois une demande de vols pour un client, je prends toujours le temps de discuter de ses plans généraux pour son séjour : ça me permet souvent de penser à une autre façon d’aborder son itinéraire pour que ce soit plus avantageux pour lui au bout du compte. Chaque voyage est unique et il existe souvent une solution efficace à laquelle le client n’avait pas nécessairement pensé par lui-même! C’est pour ça qu’on est là!

Δ

À lire également sur Nomade Magazine :