Cette beauté, elle est partout. Il suffit de regarder, de porter une attention particulière. Le voyage m’a permis de développer un désir de « vivre plus », de me surpasser et de me découvrir un peu plus. Ce désir de se connaître mieux, de connaître l’autre et le monde qui nous entoure. S’ouvrir à d’autres réalités qui ne sont pas nôtres, mais qui pourtant existent et sont des plus enrichissantes. Et hop, l’ambition de carriériste a pris le bord pour laisser place à une collection de souvenirs. Voyager, ça change qui on est, ça change une vie !

Ce sentiment de sérénité, je l’ai découvert en voyage et je le retrouve de plus en plus un peu partout, et, ce, même dans mon quotidien. Simplement ce petit plaisir de la vie de boire un bon café, d’entendre les vagues se casser sur la rive ou de sentir l’odeur saline de l’océan. Le plaisir de voir un enfant jouer avec un morceau de rien, voir les vestiges du passé qui tiennent encore debout, partager un repas avec des personnes d’un peu partout dans le monde, la sagesse d’un moine ou la fougue d’un chanteur/danseur qui n’a pas remarqué qu’il était observé et, surtout, le sourire sincère et simple d’un inconnu. Comprendre qu’on est le plus petit d’un tout et que ce tout est magnifique. En voyageant, on se découvre et on découvre les beautés du monde. On apprend à se faire confiance, à se débrouiller dans des situations pas possibles et à se surpasser. On apprend à apprécier les petits plaisirs de la vie.

Cet hymne à la beauté du monde, je le dédie à cette diversité culturelle qui nous enrichit, qui nous ouvre l’esprit, à cette découverte de l’autre qui nous fait grandir, à cette nature qui nous entoure, sereine ou déchaînée. Cette beauté du monde, elle est surtout dans les rencontres. Ces gens qu’on rencontre par pur hasard et qui sont mis sur notre route avec lesquels on crée des souvenirs et des liens étroits. Ces personnes qui nous donnent un pincement au coeur lorsqu’on les quitte.

Ces moments uniques sont précieux, nous ne les revivrons jamais. Alors il faut savourer chaque instant, chaque seconde. Ne pas prendre pour acquis ce qui s’en suivra. Ne pas avoir peur de vivre, éviter les regrets. Vivre pleinement et tenter sa chance. Parce qu’il n’y a pas rien de plus précieux que de partager ces moments avec quelqu’un. Comme l’a écrit si bien Christopher McCandless, « Happiness is only real when shared ».

Oui, cet hymne à la beauté du monde, je le dédie surtout à ceux qui ont croisé ma route et changé ma vie sans le savoir.

beauté du monde

À lire également sur Nomade Magazine :