L’apport du voyage dans une vie c’est grand et c’est fort. C’est ancré en toi et tu t’y rattaches comme si à chaque fois c’était la dernière fois que tu t’envolais vers de nouveaux horizons. C’est une passion, un mode de vie, une manière de voir les choses, une ouverture d’esprit, une forme de pensée. Dans le fond ça fait juste partie intégrante de toi, de ce que tu es. Quand on pense grand voyageur, on a tendance à penser aux étudiants bohèmes qui partent en « backpack« , aux gens qui ont tout lâché pour voyager ou qui voyagent dans le cadre de leur travail et qui nous font rêver avec leurs magnifiques photos partagées sur les réseaux sociaux.

Mais si être un grand voyageur se situait au-delà de ces tendances?

Par exemple, les voyageurs qui ont une carrière bien établie ou un emploi stable, mais qui ont majoritairement la tête dans les nuages en pensant à leur prochaine destination, qui considèrent chaque jour de congé comme une expédition, qui choisissent leurs vacances au gré de leur « booking » de billets d’avion. Ces voyageurs qui recherchent l’équilibre entre la routine et l’évasion, qui choisissent souvent leur emploi en fonction des occasions qui leur permettent de partir plus longtemps et plus souvent. Bref ceux qui travaillent pour voyager.

Travailler pour voyager, c’est avoir une carrière, mais penser en mode voyage. C’est avoir une vie « rangée » la semaine et se transformer en « Indiana Jones » le week-end, parce que rester à la maison n’est même pas une option. C’est avoir gardé sensiblement le même mode de vie que lorsque tu étais étudiant, mais d’aller travailler au lieu d’aller à l’école. C’est de rester bohème et jeune dans ton cœur, même si tu rentres tranquillement dans ta vie « d’adulte ». C’est d’avoir la conviction que toutes les heures que tu passes à bucher au travail seront vite oubliées lorsque tu auras les fesses ancrées dans un siège d’avion ou que tu prendras le volant pour un autre road trip mémorable. C’est aussi voyager avec un budget plus intéressant et te permettre des destinations qui étaient moins accessibles avant.

costa1

Travailler pour voyager c’est aussi développer la capacité de pouvoir décrocher en claquant des doigts, adopter une énergie zen et paisible de voyageur en tout temps (même au travail), trouver que les problèmes au bureau sont bien insignifiants comparativement aux problèmes mondiaux dont tu as été témoin, avoir les sens en éveil et un esprit ouvert, collectionner les défis parce que l’aventure ça te connaît, être stimulé et productif parce que tu comptes impatiemment les dodos qui te séparent de ta prochaine escapade, de ton prochain voyage.

Travailler pour voyager, c’est savoir balancer l’aventure et le quotidien, ou en fait, faire de ton quotidien une aventure. C’est partager tes découvertes avec tes collègues de travail, c’est les faire rêver et/ou éclater de rire avec tes récits de voyage toujours truffés d’anecdotes (en tout cas pour les miens !!). C’est être ouvert sur le monde, sur les différences, sur les cultures, sur les choses simples de la vie, en fait sur la vie. C’est de voir les choses sous un angle différent, c’est être habitué à l’inconfort et le trouver presque confortable. C’est s’enrichir de connaissances que l’on laissera transparaître à travers notre vie, notre carrière. Parce que oui avoir une carrière fait partie de la réalité de plusieurs. On fait des choix, mais ça n’empêche pas de garder son esprit voyageur actif et d’être nomade à temps partagé.

Et si c’était aussi ça être un grand voyageur? Puisque dans le fond être un grand voyageur représente plus un état d’esprit qu’une catégorie de personnes.

Moi je travaille pour voyager, et toi ?

Crédits photographiques : Alexandra Côté-Durrer http://www.alexcdphotography.com/