Parcours de nomades inspirants!

La musique et la nature sont bien plus liées qu’on pourrait le penser. Pour de nombreux artistes, la nature qui nous entoure est souvent une grande source d’inspiration. C’est également le cas du groupe québécois Hansom Ēli que j’ai eu la chance de découvrir récemment.

Hansom Ēli, c’est l’histoire d’une fratrie réunie autour d’une passion commune, la musique. Ces Montréalais mélangent habilement des styles musicaux comme le folk, le R&B, le funk et l’indie pop, créant une identité musicale libre et éclectique. Pour réaliser leur tout dernier vidéoclip, Alexy et Camille ont d’ailleurs sillonné les routes du Québec à vélo.

Pour Alexy et Camille, la nature est une source d’inspiration. J’ai eu envie d’approfondir ce lien et de découvrir leur histoire. Je vous présente donc cet échange.

D’où vous vient cette passion pour la nature et la découverte?
Alexy et moi avons grandi à Ottawa où il y avait beaucoup d’espace pour jouer. Nous avions une grande cour arrière avec une forêt boisée et de grands parcs dans les alentours. Je crois que cet espace et cette verdure nous ont permis d’apprécier la nature et nous donnent à ce jour l’envie (je dirais même le besoin) de sortir de la ville pour nous ressourcer.

Notre père a toujours été un adepte du canoë-camping et je me rappelle de son odeur quand il rentrait de ses aventures. Il sentait le feu, l’air frais, la terre… Malgré le fait qu’il n’avait pas pris de douche pour quelques jours, j’adorais son odeur. Mon père rêvait d’habiter en nature et, il y a un peu plus de 10 ans, il s’est acheté un chalet. Cet endroit est devenu notre paradis où nous allons pour créer, pour laisser la pression de la ville retomber et pour se recentrer. Il y a une sérénité en nature qu’on ne retrouve pas en ville, c’est pour cette raison qu’on se rattache aussi intensément à la nature. Ça nous donne une sorte de réconfort et d’équilibre. C’est un sentiment familier qui nous donne l’énergie pour relâcher notre courant créatif, parce qu’on travaille dans la détente et non le stress. 

Après le lancement de leur premier EP «Better Days», Hansom Ēli revient avec un morceau électro-pop expérimental intitulé « Voyageur ». Traversant le Québec à la recherche des plus beaux paysages, il en résulte une chanson inspirante, remplie de magnifiques images.

Pour le vidéoclip Voyageur, quelle a été votre source d’inspiration?
Pour Voyageur, on s’est donné le défi de personnifier le vent. C’est alors que le vent nous raconte son trajet, ses sentiments, ses caractéristiques… On cherchait une idée simple afin de laisser vivre la chanson à travers le clip. Je me suis dit que ce serait intéressant de rouler à vélo, car lorsqu’on roule, on se retrouve à voyager avec et contre le vent. Cette idée m’interpellait aussi, parce qu’elle implique de se déplacer dans des endroits magnifiques du Québec afin de pratiquer mon sport préféré. Le vent se retrouve dans tous les plus beaux paysages; qu’il soit discret ou non, il est présent…  De plus, l’idée ne demandait qu’une petite équipe… et en temps de Covid, c’était l’idéal de pouvoir réaliser ce projet à trois personnes seulement.

Pour visionner le videoclip Voyageur, cliquez ici.

Quelle place pour la nature et les paysages vous souhaitez faire dans vos créations? Est-ce que c’est important pour vous qu’elle soit toujours présente?
Il n’est pas nécessaire de donner place à la nature dans toutes nos créations. Il est toutefois important de questionner nos idées, car on a tendance à reproduire ce qui a déjà été fait et déjà écrit; c’est alors qu’on tombe souvent dans des “patterns”. Par exemple, la majorité des chansons parlent d’amour. Comment faire pour aborder ce thème en restant original? Est-ce vraiment ce que l’on souhaite évoquer? Ces questionnements nous permettent d’approfondir la première impulsion de parler d’amour et de trouver des thèmes, des histoires, des mots et des images que l’on décortique en faisant de la recherche pour nuancer l’inspiration initiale et donner de la profondeur à nos créations. Ce processus nous mène souvent à traiter de sujets dont on est reconnaissants. Au lieu de parler de l’amour que l’on a pour une autre personne (ce que l’on fait malgré tout), on exprime l’amour et la reconnaissance que l’on a pour les choses inanimées comme le vent, l’eau, le ciel, les arbres et c’est ici que la nature s’enracine dans nos créations. Ceci est exprimé non seulement dans l’écriture, nos paroles, mais aussi dans notre signature sonore, notre identité musicale… Si vous écoutez attentivement, vous allez entendre à travers nos chansons le chant des oiseaux, du vent qui souffle entre les arbres, l’océan, les vagues qui se brisent contre la rive, le son de l’eau lorsqu’on pagaie en canoë…

Nul doute qu’on attend avec impatience la suite de leur aventure musicale au Québec ou ailleurs!

Pour en savoir plus sur le groupe Hansom Ēli :

Spotify / Apple / Deezer : https://ffm.to/satin-hansom-eli-nico-de-andrea

Envie de relire cet article plus tard ou de le partager avec d’autres voyageurs? Conservez cet épingle sur Pinterest juste ici : Pinterest

À lire également sur Nomade Magazine :