L’Abitibi, qui couvre le nord de la vaste région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue, n’est peut-être pas la première idée à venir en tête lorsque vient le temps de réfléchir à sa prochaine destination de voyage. Pour plusieurs, l’Abitibi ça évoque le froid, les mines et les moustiques. Pourtant, il suffit d’un petit séjour dans ce vaste territoire pour se rendre compte qu’il s’agit d’une région du Québec absolument magnifique qui n’a pas tant que ça à envier aux destinations touristiques plus classiques de la vallée et du golfe du St-Laurent. L’Abitibi est une région belle et riche – riche en minerais, certes – mais également en forêts et en lacs. Ceux-ci couvrent la région à n’en plus finir. Bref, c’est une région idéale pour s’évader dans le plaisir du grand air. Les amoureux de la nature sauront certainement y trouver leur plaisir.

Personnellement, j’ai eu la chance de découvrir ce beau coin de pays grâce à mon copain qui est originaire de la région. Voici quelques lieux que j’ai pu visiter dans la région. Je vous conseille d’aller y faire un tour si vous désirez admirer la nature sauvage du Québec. D’autant plus que les couchers de soleil y sont magnifiques.

La réserve faunique de la Vérendrye

La réserve faunique de la Vérendrye est immense. Son territoire chevauche à la fois la MRC de la Vallée-de-l’Or en Abitibi-Témiscamingue et la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau en Outaouais. Le parc est spectaculaire avec la multitude de lacs et de rivières qu’il contient. En effet, on y trouve plus de 4000 lacs. Inutile de dire qu’il s’agit d’un endroit idéal pour les amateurs de pêche. Il est également possible d’y pratiquer la chasse et d’y faire du camping ou de la randonnée. C’est un secteur idéal pour se couper du monde et changer du rythme du quotidien.

La route 117 traverse l’immensité du parc du nord au sud, de Louvicourt à Grand-Remous. Si vous vous dirigez vers l’Abitibi depuis Montréal ou les Laurentides en voiture, il est clair que vous allez passer par cette route. Ce chemin vous donnera un excellent aperçu du paysage de la région. Toutefois, armez-vous de patience et de prudence sur ce segment de votre voyage. C’est une longue route, assez isolée, et il n’y a pas de réseau cellulaire sur une bonne partie de la traversée de la réserve faunique. Aussi, la conduite peut s’y avérer difficile en cas de mauvais temps. Le site du Domaine, situé au cœur de la réserve, en bordure de la 117 et du lac Jean-Peré, est une halte très pratique pour les voyageurs qui circulent par là. En plus, le site du Domaine offre des activités pour les touristes. Huit chalets pourvus d’électricité y sont disponibles pour ceux et celles qui voudraient passer un petit séjour au milieu de cet espace naturel.

Le parc national d’Aiguebelle

Situé au nord de la ville de Rouyn-Noranda, le parc national d’Aiguebelle est un autre grand parc incontournable de la région. Le territoire du parc contient plusieurs lacs où il est possible de pratiquer diverses activités nautiques. Il est également possible d’y camper. Je vous recommande d’aller y faire un tour ne serait-ce que pour y faire de la randonnée à travers les sentiers du parc. Les sentiers près du lac La haie offrent d’ailleurs une vue spectaculaire et initient les randonneurs à l’histoire de la formation géologique de la région. Le lac baigne au fond d’une étroite vallée creusée par la fonte des glaciers, il y a des milliers d’années. Une passerelle suspendue traverse la faille depuis une hauteur de 22 mètres. Personnellement, mon copain et moi avons eu la chance de voir de très près une mère faucon pèlerin qui chassait pour ses oisillons dans la vallée.

La chance d’admirer la faune locale

Le Refuge Pageau est une attraction parfaite pour les amoureux des animaux. Ce refuge est situé dans la région d’Amos et est maintenant une véritable institution de la région. L’histoire de cet établissement débute avec M. Michel Pageau qui, enfant, aimait prendre soins d’animaux blessés. Cet homme au grand cœur est malheureusement décédé aujourd’hui, mais le refuge qu’il a fondé accueille encore aujourd’hui de nombreux pensionnaires animaliers et conserve la vocation particulière qu’il a toujours eu : protéger et s’occuper des animaux sauvages dans l’objectif de les réhabiliter à la vie dans la nature. L’endroit abrite donc de nombreux animaux sauvages de la région ayant été blessés ou abandonnés que les visiteurs peuvent observer en parcourant le circuit aménagé sur le terrain du refuge. Certains animaux blessés y résident le temps de leur réhabilitation. D’autres restent au refuge de manière permanente s’ils ne peuvent regagner leur habitat de manière sécuritaire. On peut donc y voir toutes sortes d’animaux sauvages de la région : des cerfs, des ours, des loups, des renards, des oiseaux de proies, des orignaux et plusieurs autres. Rarement vous n’aurez été aussi près de certaines des ces espèces sauvages dans votre vie que lors d’une visite au refuge. Chaque visite y est différente puisque la plupart des pensionnaires qu’on y trouve changent en fonction des arrivées et des départs des animaux. Aussi, chaque animal possède son histoire personnelle. Pour cette raison, il peut être fort intéressant de faire un tour des lieux accompagné d’un guide qui vous racontera celles-ci. Il peut également être intéressant d’y faire plus d’une visite selon la fréquence à laquelle vous visitez la région.

J’ai eu la chance de visiter le refuge à deux reprises. Pour l’avoir visité en hiver, après une bonne bordée de neige, j’ai trouvé l’endroit magnifique. Un épais manteau de neige revêtait le sol et les branches des arbres sous lesquels il fallait se faufiler pour voir les habitacles des animaux, ce qui donnait une beauté féerique aux lieux. En été, il faut faire attention aux piqûres d’insectes (le site est aménagé sur un marais). Toutefois, l’expérience y est agréable, car il y est possible d’y observer certaines espèces animales qui hibernent une fois la neige installée.

Profitez aussi de votre passage à Amos pour découvrir d’autres attractions touristiques de la région.

Un petit voyage sous terre

Finalement, comme je le mentionnais plus tôt, l’Abitibi est très connue pour ses mines, importantes pour l’économie de la région. Outre l’immense mine à ciel ouvert à Malartic (qui est assez impressionnante à voir sans avoir un attrait très touristique), la Cité de l’Or, à Val-d’Or, est une attraction touristique très intéressante pour ceux et celles qui désirent en apprendre davantage sur l’histoire de cette industrie dans la région. De plus, il s’agit d’une autre activité qui peut plaire à tous les membres de la famille. Il y est possible de visiter les maisons du village minier de Boulamarque et de faire une excursion sous terre dans les galeries souterraines de la mine d’or.

Alors, ça vous dit de visiter l’Abitibi?

À lire également sur Nomade Magazine :