Une aventure de 9 jours à vélo au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Au tout début du mois d’août, j’ai eu le plaisir de me rendre à Chicoutimi dans le but de prendre part au Grand Tour Desjardins qui avait lieu du 3 au 9 août. J’ai suivi les quelques 1 500 cyclistes pendant les 3 premiers jours du circuit et je dois dire que j’ai été épatée par les paysages époustouflants qui se sont offerts à nous, mais aussi par la passion et la détermination démontrées par chacun des participants. J’ai été introduite à cet univers que je connaissais très peu et j’avoue avoir eu la piqûre grâce au 30 kilomètres que j’ai moi-même parcourus aux alentours de la ville de Roberval.

Si vous aussi adorez prendre le temps de découvrir un nouveau lieu sur votre vélo, vous serez sans aucun doute intéressés à en apprendre davantage sur cet événement qui a lieu chaque année dans une région différente de notre beau Québec. Voici donc un résumé de mon expérience personnelle qui, je l’espère, vous incitera fortement à vous joindre au prochain Grand Tour Desjardins orchestré par Vélo Québec pour ainsi découvrir une nouvelle région de la province comme jamais auparavant!

Un circuit aux paysages époustouflants

Lors du Grand Tour Desjardins 2019 ayant eu lieu au Saguenay-Lac-Saint-Jean, j’ai eu le plaisir de participer au forfait week-end sous les étoiles pour ainsi me joindre à 3 des 9 jours du circuit. C’est avec fébrilité que tous les participants se sont réunis au cégep de Chicoutimi pour entamer les 86 premiers kilomètres de leur aventure. Le but de cette journée était d’atteindre la municipalité de Saint-Bruno en fin d’après-midi en suivant le trajet régulier ou en ajoutant l’un des trajets optionnels proposés dans le carnet ayant été remis à chacun en guise de guide. C’est donc avec une jolie vue sur la rivière Saguenay et sur la rive-nord de Chicoutimi que la ville a peu à peu disparu derrière les participants pour laisser place à des paysages ruraux composés de champs s’étendant à perte de vue et puis ensuite la chaîne de collines entourant l’incroyable lac Kénogami. En empruntant la Route verte pour accomplir le circuit comprenant entre autres le segment de la Véloroute des bleuets, nous avons eu droit à de jolis points de vue sur la rivière aux sables qui défilaient devant nous parmi un décor forestier bien présent.

Lors de la deuxième journée, l’inévitable côte de l’épouvante attendait les cyclistes, celle-ci ayant fait grincer les dents de plusieurs d’entre eux avant d’offrir une descente des plus libératrices. Des kilomètres de route agréables à parcourir ont ensuite guidé le groupe vers la rivière Métabetchouan avant de traverser Chambord. Proposant un décor campagnard pittoresque, ce petit joyau de la région a propulsé les cyclistes vers la récompense de la journée, le lac Saint-Jean! Il faisait si bon de pouvoir dévaler la piste cyclable aux côtés de la magnificence de cette étendue d’eau gigantesque.

Tandis que certaines personnes ont plutôt décidé de se reposer, la plupart n’ont pas hésité à parcourir une petite ou grande loupe autour de la ville de Roberval lors du troisième jour dans le but d’atteindre la pente la plus raide du coin ou encore le Zoo sauvage de Saint-Félicien. J’ai moi-même participé à une partie de ce trajet et je peux sincèrement dire à quel point on apprécie notre environnement d’une toute autre façon lorsqu’on se déplace à vélo et que l’on travaille physiquement pour se rendre du point A au point B. Que dire de la vraie beauté de chacun des petits villages observés de près et de leurs rues remplies de maisons toutes mignonnes explorées à notre propre cadence.

Bien que mon expérience se soit terminée à Roberval, les autres cyclistes ont continué leur route pour encore 4 jours dans le but de faire tout le tour du lac Saint-Jean en passant par Dolbeau-Mistassini et Alma. Imaginez tous les autres paysages à couper le souffle qu’ils ont pu admirer lors de ces journées additionelles!

Une immersion historique et culturelle

Cet événement cycliste va bien au-delà du parcours à vélo. En effet, le terrain de jeu est énorme et c’est pourquoi les participants gagnent à explorer la région davantage. De mon côté, je me suis rendue avec un groupe de cyclistes à la Microbrasserie du Lac Saint-Jean de Saint-Gédéon où nous avons pu visiter les installations et en apprendre davantage sur l’histoire de cette entreprise familiale des plus inspirantes. Nous avons ensuite mangé un bon repas accompagné de la fameuse bière aux bleuets dans une ambiance chaleureuse. Cette fin de journée parfaite s’est poursuivie à la Fête de la bière de Saint-Gédéon, un évènement qui allie la force des microbrasseries québécoises et des performances musicales hautes en couleur.

Lors de la deuxième journée, le circuit a mené les cyclistes à Chambord où leur festival annuel du cowboy avait lieu. La frénésie des festivités s’est grandement fait ressentir et a rendu ce segment du trajet bien spécial. Lors de ma dernière journée, nous avons été invités à manger une crème glacée à la Vache Copine surplombant la marina de Roberval avant d’aller se promener sur la plage municipale de l’endroit. Ces quelques arrêts nous ont permis de découvrir une autre facette des différentes régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean et ont rendu cette expérience encore plus intéressante.

Une organisation clé en main

Lorsque l’on décide de se lancer à l’aventure avec Vélo Québec, on peut être certain que le tout va être très bien organisé et que beaucoup de plaisir sera prévu à l’itinéraire. En effet, j’ai adoré les différents lieux choisis pour la pause dîner, ainsi que l’organisation sur place qui a fait en sorte que la distribution des différents items composant les repas se faisait très rapidement. J’ai surtout été impressionnée de savoir qu’un ensemble d’ustensiles réutilisables était prévu pour chacun des cyclistes et que tous les contenants étaient compostables.

Une fois arrivés au campement à chaque fin d’après-midi, un lieu bien indiqué où camper était prévu. Certains avaient choisi l’option de location de tente tandis que d’autres, comme moi, devaient préparer leur propre campement chaque jour avant de se joindre au cours de yoga offert ou festoyer autour d’un bon souper. Il faut dire que l’après-vélo vaut absolument le coup! Chaque soir, une ambiance différente était proposée allant de la soirée enflammée sur le plancher de danse, à une soirée plutôt décontractée au son d’instruments de cuivre. Puisqu’il est très important de mettre les produits locaux de l’avant, chaque jour, différentes bières de microbrasserie étaient proposées pour faire découvrir les saveurs des nombreux endroits participant à l’événement.

Finalement, un garage mobile pour la réparation des vélos ainsi que des salles de douches avec eau chaude ont suivi les cyclistes tout au long de leur parcours pour leur offrir un service de qualité extraordinaire!

Des cyclistes passionnés

C’est bien souvent les gens qui créent l’ambiance d’un moment spécial et les participants du Grand Tour Desjardins n’y font pas exception. J’ai été très touchée par le plaisir sincère qui habitait chacune des personnes présentes que ce soit en tant que cycliste ou employé de l’organisation. Bien que le parcours se déroule sur plusieurs jours et, surtout, plusieurs kilomètres, n’importe qui peut se joindre à ce type d’événement puisqu’il ne s’agit pas d’une compétition. Tout le monde est là pour avoir du plaisir, profiter du grand air et s’aider les uns les autres à se surpasser. C’était pour ma part la première fois que je faisais du vélo de route sur d’aussi longues distances et une jeune équipe de cyclistes a pris le temps de m’encadrer. Ils se sont assurés que j’étais bien confortable avec mon vélo avant de reprendre la route à leur propre vitesse. Je dois dire qu’après mes 3 jours passés avec ces gens, je n’hésiterais pas à vivre l’expérience complète l’année prochaine, peu importe la destination choisie!

Si vous êtes adeptes de vélo et que vous adorez explorer de nouveaux lieux ici-même au Québec, je vous invite fortement à vivre cette expérience unique que propose Vélo Québec lors du Grand Tour Desjardins. Il s’agit d’une belle combinaison entre la découverte de paysages extraordinaires, le camping entre amis et l’effort physique récompensé qui fait drôlement du bien.

Alors, serez-vous de la partie pour le prochain circuit?

Bien que cet article ait été rédigé en partenariat avec Vélo Québec, les opinions demeurent les nôtres. #PartenariatRémunéré

À lire également sur Nomade Magazine :