Un aller-simple, la Colombie, une amie, aucun plan. C’est ainsi que nous sommes débarquées à Cartagena, ville très touristique et prisée de la Colombie. Dans les premiers jours, je dois avouer que j’étais effrayée. J’étais effrayée parce que j’avais tant entendu parler de la Colombie, de ce pays dangereux, violent et réputé pour sa production de cocaïne. Étant photographe, j’avais peur de sortir ma caméra, j’avais peur de sortir après la tombée de la nuit, j’avais peur de sortir seule en plein jour. J’avais peur de l’inconnu, ou de ce que les gens croyaient connaître de la Colombie…

Valle de Cocora, Salento

Depuis que j’ai mis les pieds en Colombie, ce pays n’a pas cessé de me surprendre. Au départ, je ne pensais y rester que deux semaines avant de me diriger vers l’Équateur, le Pérou et la Bolivie. J’y suis restée plus de deux mois au final, avant de repartir seule. J’avais ce besoin au fond de moi de continuer ma route en solitaire et de vivre mon voyage comme je l’entendais. Je suis restée cinq semaines à Guatapé, ville connue sous le nom de « printemps éternel », mais aussi communément appelée « Guatapiège », parce que ses visiteurs restent pratiquement toujours plus longtemps que ce qu’ils avaient prévu. Pourquoi vouloir partir d’un lieu absolument magnifique et qui semble tout droit sorti d’un conte de fée?

Guatapé

Je suis absolument tombée en amour avec ce magnifique pays. Que ce soit pour les gens, le café savoureux, la musique latine, la salsa, la culture riche… Les paysages à couper le souffle sont aussi extrêmement variés; les plages de sable blanc et l’océan turquoise de la côte caribéenne d’où il est possible d’observer les sommets enneigés de la Sierra Nevada, les villes colorées, les montagnes, les plus hauts palmiers du monde… Les colombiens sont des gens magnifiques et souriants, ils ont un grand cœur et sont extrêmement chaleureux. Ce qui fait la force de ce peuple, c’est la façon dont ils ont réussi à se relever d’un passé sombre et continuer à voir et aller de l’avant. Medellín, ville natale de Pablo Escobar, était la ville la plus dangereuse au monde il y a vingt ans. Elle est devenue la ville la plus moderne de la Colombie avec un métro qui se connecte à un téléphérique pour se rendre au sommet des montagnes, au délectable Parque Arví.

Parque Arví, Medellín

Les gens ne connaissent pas la Colombie d’aujourd’hui. Elle s’ouvre tranquillement au tourisme et c’est pourquoi c’est le moment parfait pour la visiter. La police est très présente dans les villes, décourageant les voleurs qui pourraient entamer des manœuvres. Bien sûr, il y a certaines précautions à prendre à certains endroits, comme n’importe où ailleurs. Vous ne pourrez connaître réellement ce pays qu’en vous y aventurant vous-même. La Colombie ne cessera de vous surprendre, je vous le garantis.


D’autres articles sur Nomade qui pourraient t’intéresser :