Comment se préparer pour la photo d'aventure en hiver ? Des conseils indispensables !

L’hiver est véritablement une période cruelle pour tout amateur de photo d’aventure. Plus les températures sont extrêmes, plus lumières et contrastes sont exceptionnels. Plus les activités sont excitantes, plus elles réclament grands froids ou intempéries pour geler les lacs, former les cascades de glace ou fournir de la poudreuse en abondance. Sans parler des paysages magiques, ensevelis sous la neige, immaculés et givrés qui régalent tout chasseur d’images. Alors mieux vaut être prêts et bien équipés pour ne pas manquer son coup ou se décourager le moment venu.

Photo d'aventure en hiver
Aventures : glacier d’Islande

Se garder au chaud

Faire de la photo d’aventure ne veut pas dire rester sans bouger ; nous aussi photographes, on veut vivre l’aventure ! Comme pour le plein air, habillez-vous en oignon avec plusieurs couches à enlever et remettre au besoin.

Photographe en hiver
Photographe dans un champs de neige en Islande

Le plus gros défi, c’est de garder les mains opérationnelles. L’idéal est un kit constitué de gants minces plus une coquille bien chaude à truffer d’un chauffe-main. Et parce qu’on aime quand c’est écolo, on les choisit réutilisables comme les Hot Poc.

Des sous-gants Outdoor Research offrent un espace pour le chauffe-main – contact permanent avec la chaleur même sans coquille – et les mitaines  Swany s’ouvrent sur le côté, ce qui permet de glisser les doigts dehors pendant les prises de vue. Très pratique paraît-il ! Moi, j’ai opté pour la compagnie The Heat : moufles en cuir qui se replient avec des sous-gants souples mais résistants à l’abrasion, car les molettes de caméra rongent vite le pouce et l’index.

Pensez à emporter un morceau de tapis de sol – type yoga – qui aura plus d’un usage :  idéal pour ne pas geler vos genoux dans la neige, bien pratique quand il s’agit de changer de carte mémoire, objectif ou batterie et enfin un petit luxe bien apprécié au moment de s’asseoir tisane brûlante en main.

Ah oui, le thermos de boisson chaude est aussi une astuce pour survivre en tant que photographe de l’extrême ! Mon grand-père l’aurait certainement rempli d’une ponce de gin, mais je vous le déconseille : on a des focus à faire ! Sachez qu’en photo, tout se rattrape en post-production sauf la mise au point…

Réussir ses prises de vue hivernales

Un des gros avantages photographiques (parce qu’il y en a !) de mi-novembre à mi-avril, c’est que le soleil s’élève moins haut dans le ciel et révèle une qualité de lumière tout à fait typique aux mois d’hiver. Et que dire de la palette de couleurs que l’aube ou le crépuscule libèrent avec générosité… de vrais bijoux à photographier sans modération pour qui sait se lever tôt et patienter à la brunante.

En parlant de couleurs, avez-vous déjà rencontré des difficultés concernant la blancheur de la neige ? Et oui, elle ressort parfois bleutée par temps très froid et très sec. Si cette atmosphère glaciale ne vous convient pas (moi je l’adore !) ; vous pouvez modifier manuellement la balance des blancs de votre caméra. En revanche, si la neige ressort grise, ça perd définitivement de son charme ! Il suffit de surexposer la prise de vue avec un mode de capture manuel ou semi-manuel (au moins 1 stop sur le posemètre). Sinon tous ces ajustements pourront se faire facilement en post-production avec tout logiciel photo, même ceux de votre téléphone !

Bien choisir son matériel photo

Deux accessoires à recommander – la clip Capture pour garder votre caméra à portée de main sur la sangle du sac à dos et la Coquille de protection contre les intempéries ; indispensables pour la photo d’aventure, surtout en hiver.

Le meilleur objectif  – pour la photo d’aventure, c’est certainement un zoom parce qu’on veut limiter les changements de lentilles en extérieur et rester polyvalent. Soit un 24-70mm si on est proche du sujet (escalade de glace, bivouac, marche…) sinon 70-200mm si on est plus loin (ski, fatbike, kitsurf…). Choisir un boîtier hybride (plus léger, moins volumineux) et peu énergivore pour sauver en batterie.

Le sac à dos – optez pour une ouverture latérale qui permet un accès rapide et plusieurs séparateurs qui isoleront boîtiers et objectifs. Sinon, ajoutez simplement des compartiments renforcés dans votre sac de rando habituel.

Petites astuces de grande importance

Batteries – c’est le nerf de la guerre avec le froid, alors vérifiez la voracité de votre caméra avant de partir en expédition, sinon comptez 1 batterie minimum par jour. Toujours les garder à l’intérieur du manteau et, si vous passez la nuit dehors, mettez-les dans votre sac de couchage. Certains photographes vont jusqu’à coller un chauffe-main sur le compartiment de la batterie.

Contrastes de température – à noter, l’air froid est sec tandis que l’air chaud est humide. Une caméra hivernisée/tropicalisée tolère bien le froid, moins l’humidité. Alors, attendez d’avoir terminé de photographier pour rentrer votre caméra à l’intérieur afin d’éviter la condensation. Quand vient le temps, mettez la caméra dans un ziploc pour qu’elle remonte tranquillement à température ambiante (min. 1 heure). Le plastique attirera l’humidité sur ses parois. Si vous campez sous tente, laissez la caméra dehors, au froid (sans batterie dans le sac-photo).

Belle bouffée d’inspiration

À qui rêve de devenir photographe d’aventure professionnel sans jamais avoir osé, voilà une jolie petite vidéo qui risque de vous inciter à faire le pas ! Au moins régalez-vous avec cette jeune photographe tombée dans la cour des grands :  idées de cadrage, sujets percutants, une bonne dose de motivation et d’inspiration pour réussir votre prochain reportage !

Faites-vous plaisir !

P.S. Si tu rêves toi aussi de développer un talent en photographie et création vidéo ou acquérir de nouvelles compétences pour mieux contrôler les fonctions de ta caméra, on t’invite à suivre la masterclass gratuite d’Alex & MJ – On the GO pour apprendre à monétiser ton contenu ou pour tout simplement ramener des souvenirs encore plus parfaits de toutes tes aventures! Qui sait, tu pourrais développer un nouveau talent pour générer des revenus, que tu sois ici au Québec ou ailleurs dans le monde! Pour t’inscrire à la masterclass gratuite, c’est par ICI.

Cet article contient un ou plusieurs lien(s) affilié(s). Nous touchons à une petite commission pour chaque réservation faite à partir de ce(s) lien(s) qui n’affecte pas le prix que vous payez et qui nous permet de continuer à vous offrir du contenu gratuitement!

Envie de relire cet article plus tard ou de le partager avec d’autres voyageurs? Conservez cet épingle sur Pinterest juste ici : Pinterest

À lire également sur Nomade Magazine :