Ce qui fait la richesse d’un voyage, selon moi, c’est d’avoir la chance de découvrir, de vivre, de m’imprégner de la culture locale au maximum. J’essaie toujours de fuir les endroits touristiques afin de de maximiser cette expérience à l’endroit où je voyage.

Lorsque j’ai décollé pour Aruba, magnifique île dans la mer des Caraïbes non loin du Venezuela, je me demandais bien comment j’aurais la chance de vivre à la façon arubienne! De type plutôt backpacker, je me demandais si je pourrais arriver à tirer profit de cette île paradisiaque grouillante de touristes à la recherche de détente et de soleil.

kite-and-surf

Nous avons eu la chance de séjourner dans une magnifique villa à Savaneta, petit quartier éloigné du centre touristique d’Oranjestad. Entourés de locaux, nous avons été orientés vers des endroits paradisiaques loin de la horde de touristes.

Le sud de l’île est beaucoup moins achalandé et les plages y sont presque désertes. Seuls les passionnés de kite surf et de surf se rassemblent pour profiter du vent et des vagues du bout de l’île! Baby Beach et le bout de l’île de San Nicolas restent des coups de cœur absolument incontournables.

Ayant tous un budget limité et voulant fuir les restaurants touristiques de l’île, le voisin de notre villa nous a fortement recommandé le restaurant le « ZeeRover », petit restaurant situé sur le bord de l’océan où nous avons eu la chance de déguster crevettes géantes et thon frais du jour pour la modique somme de 10 US chacun. Le concept simple et chaleureux est tout simplement gagnant! Vous commandez votre bouffe à un comptoir extérieur, on vous donne un numéro, vous vous choisissez une place de choix sur leur terrasse extérieure et on vous sert votre festin à votre table. Tout en dégustant votre victuaille, vous avez la chance incroyable de contempler les poissons qui viennent vous saluer.

savaneta

L’île déborde d’activités plus dispendieuses les unes que les autres. La pêche en haute mer en est une assez prisée et plusieurs options sont offertes afin de faire vivre cette expérience inoubliable aux touristes posés aux alentours d’Oranjestad.

Afin de vivre l’expérience « à la local » à 100%, j’avais en tête d’y aller avec un vrai pêcheur local. Lors de ma course matinale exploratoire, je suis tombée sur une petite marina retirée au cœur de Savaneta. J’ai rencontré Mike, pêcheur de profession depuis plus de 20 ans. Mike a généreusement accepté de nous faire une place dans son petit bateau de pêche le lendemain à la quête des plus beaux thons de la mer des Caraïbes. Nous étions tous excités à l’idée de vivre cette expérience ne sachant pas trop à quoi la pêche en haute mer pouvait ressembler typiquement… Des vagues de plus de 3 à 4 mètres ont fait tanguer et danser dangereusement le petit bateau lors de notre sortie. Après la capture de deux magnifiques thons, d’un barracuda et de plusieurs hauts le cœur, nous avons presque supplié Mike de nous ramener sur la terre ferme. Nous sommes restés 4 heures en haute mer en s’accrochant au rebord du bateau-barque et en se rappelant la chance que nous avions de vivre cette expérience authentique.

zeerover

Cette expérience inoubliable me rappelle l’importance de s’ouvrir aux autres cultures, de partager des moments uniques avec les gens habitant les endroits visités. Cela me rappelle que les perceptions peuvent être divergentes d’une situation à une autre dépendamment de notre, culture, de nos expériences, de notre passé, de nos valeurs et de notre éducation. L’incertitude ressentie de notre côté face à l’agressivité de la mer n’était en fait que la normalité aux yeux de notre capitaine Mike. Sortir de sa zone de confort et tenter des expériences typiquement locales permet de grandir, de s’améliorer, mais surtout de s’ouvrir au monde qui nous entoure!


À lire aussi :