Voyage Grand V se décrit comme étant une agence de souvenirs plutôt qu’une agence de voyages et j’ai compris tout le sens de cette appellation lors de mon premier voyage au Costa Rica en leur compagnie. Cette année, Félix et Anne-Sophie se sont donnés la mission de faire voyager les gens à l’intérieur même de leur province, de les faire sortir de leur zone de confort, de les faire profiter de la nature et ils ont débuté le tout avec des virées de camping d’hiver. Ayant malheureusement manqué la première édition à la fin janvier pour cause d’un voyage à Whistler, il n’y avait aucune chance que je ne prenne pas part à cette deuxième virée, cette fois au parc national du Mont-Tremblant.

2T3A0040-Edit-Edit

C’est avec la participation de quatre stagiaires étudiantes au collège Montmorency que cette virée a pu voir le jour et accueillir quelques 40 adeptes de plein air et d’aventure. Au menu : randonnée, jeux d’équipe, feux de camp, musiciens, nuit d’hiver et petit-déjeuner gracieuseté d’Automne Boulangerie. Le programme de la virée était en soi déjà très attrayant, mais, fidèle à son habitude, Voyage Grand V a su créer une expérience unique et mémorable qui se situait bien au-delà d’un simple plan.

2T3A9858-Edit-Edit

Pour plusieurs, dont moi, on n’en était qu’à notre première expérience de vrai camping d’hiver, dans une tente pas faite pour l’hiver pour la majorité d’entre nous. Heureusement, le soleil et la belle température étaient de notre côté. On a débuté l’après-midi en installant notre campement. Un merci spécial au traîneau pour enfants qui a facilité le transport du matériel. Après avoir sympathisé avec nos voisins et monté la tente, nous sommes partis rejoindre le groupe pour une petite randonnée très agréable dans le sentier La Roche qui offre une superbe vue sur le parc national et d’où on pouvait même apercevoir nos campements. Au retour, le sentier particulièrement glissant a été la scène de quelques descentes plus rapides que prévu et de moments plutôt comiques. S’en est suivi du montage des tentes restantes, de la visite du tipi voisin qui carburait au feu de bois (affectueusement renommé le sauna), d’un jeu d’équipe fort sympathique, de quelques bières, de fous rires, de partages, d’entraide et d’agréables rencontres.

Après le coucher du soleil, on s’est finalement tous retrouvés autour d’un feu de camp qui est devenu deux feux de camp pour cause de température ayant chuté drastiquement et de gens voulant tous profiter de la chaleur du feu. Les musiciens, le ciel étoilé et les merveilleux humains réunis autour du feu ont vraiment rendu ce moment magique. On a joué à un petit jeu de nom question d’apprendre à se connaître un peu et c’était fascinant de voir toutes ces différentes personnes réunies ensemble. De notre plus jeune (et plus adorable) campeur Noah du haut de ses deux ans, aux deux Belges arrivés au Québec depuis à peine plus d’un mois, aux étudiants, aux entrepreneurs, aux parents, chacun était unique et avait son histoire, mais on partageait tous la même passion de vivre de nouvelles expériences et d’apprécier la nature, peu importe la saison. Encore une fois Voyage Grand V a réussi à rassembler tous ces êtres exceptionnels ensemble et sous le signe de l’aventure.

Parlons aventure. La plus grande fut sans aucun doute la première nuit de camping d’hiver. Le mercure est passé d’un agréable 3 degrés ensoleillé à un non-appréciable et humide -15 degrés durant la nuit. Malgré notre chandelle anti-humidité, nos sleeping bags d’hiver, nos couvertures d’extra, nos couches de vêtements dont je ne compte plus le nombre, notre bouillotte, on a eu froid et on n’a pas vraiment dormi, mais on s’est supportés dans notre mode survie et on est venus à la conclusion que le camping d’hiver c’était toute une expérience.

2T3A0210-Edit-Edit

Au lever du soleil, l’étape ultime matinale s’est présentée, il fallait sortir de nos sleeping bags. Ça a probablement été la partie la plus difficile de la fin de semaine, mais on a fini par y arriver. On s’est dirigés vers quelques autres campeurs du groupe qui nous attendaient autour d’un feu de camp avec des viennoiseries, du pain frais et surtout du café. Pour la majorité, on a eu froid et à peine fermé l’œil de la nuit, mais on avait mystérieusement tous le sourire aux lèvres, heureux de partager cette matinée post-nuit hivernale à grelotter tous ensemble et au chaud cette fois. Ce petit moment m’a rappelé pourquoi j’avais décidé de prendre part à cette aventure et m’a (presque) fait oublier ma nuit en mode survie.

Plusieurs personnes m’ont dit que j’étais folle de participer à une activité de camping d’hiver, mais si la folie implique de vivre de nouvelles expériences, de sortir de sa zone de confort, de rencontrer des humains inspirants et de se retrouver en pleine nature, alors oui je suis probablement un peu folle. Je vous assure que de lâcher son fou ça fait du bien autant au corps qu’à l’esprit et que c’est même ressourçant. Alors, qu’attendez-vous pour ajouter un peu de folie à votre vie vous aussi ?

Pour vous tenir informé des prochaines virées de Voyage Grand V, suivez-les par ici :

Site web • Facebook • Instagram


Crédits photos :

Photo de couverture (aussi intégrée dans le texte) par Mathieu Sparks

Instagram • Site web

Photos de l’article par Alexandra Côté-Durrer

Instagram • Facebook