Page blanche, le sentiment de liberté comble mon cœur prêt à se laisser porter par un air de passion et de bonheur. Des mots émergent de mon imagination entrouvrant mes yeux illuminés sur les prochains chapitres de ma vie.

Dans ma peau de mes 18 ans, j’étais en train de planifier le chemin de mon avenir en m’inspirant de rêves. Des rêves dessinés et créés qui toutefois ne tenaient pas compte du pouvoir du temps. Oui, parce que c’est une réalité qui nous fait prendre conscience que la vie bat à son rythme, comme notre corps qui vieillit. On ne se cachera pas qu’on se réveille un ou trois ans plus tard avec ce sentiment comme si c’était hier. Les gens autour de nous n’arrêtent pas de nous remémorer que le temps passe vite et, à la fois, qu’on a toute la vie devant nous pour transformer ce qu’on pense impossible en réel.

On se consacre à la construction de notre carrière par les études, au sport qui nous tient à cœur, à notre famille, à nos amis et qui sait. Quelques projets prennent le bord par notre manque de temps ou plutôt par notre difficulté de le gérer en raison de nos trop nombreuses priorités. On se fait jouer un tour par le temps qui ne s’arrête pas. J’ai déjà 20 ans, bientôt 21. Déjà, oui. La fois où j’avais 18 ans, je parlais au « plus tard » et maintenant, avec cette course contre la montre, j’aimerais parler au « mois ». Ce n’est pas vrai que je vais trouver une raison afin de passer à côté d’une opportunité de découvrir le monde par-ci et par-là et de vivre ce qui fait vibrer mon cœur et nourrit mon âme.

Les « trop jeune », « trop endetté », « trop occupé », « trop fatigué » et mets-en. Je crois qu’on se sent parfois éternel alors que la vie ne tient qu’à un fil et que, demain, personne ne peut le prédire. Je n’enlève pas l’importance de vivre le moment présent et se laisser emporter par le courant. Cependant, des projets ne se réalisent pas sans imagination et sans organisation.

Hier appartient au passé, aujourd’hui est un nouveau chapitre et demain se bâtit à partir d’ici et maintenant. Fais une promesse à toi-même que tu n’oublieras pas tes rêves les plus fous, parce qu’on ne s’imagine pas à 80 ans avoir des regrets de « j’aurais dont dû ». Quel bel accomplissement d’inspirer les prochaines générations à VIVRE pleinement, n’est-ce pas? Quel bel accomplissement de leur apprendre que la vie ne se limite pas qu’à notre carrière, mais à tous les aspects de notre vie.

Vis à fond. Prends le taureau par les cornes. Ose VIVRE avec ce courage enfoui au plus profond de toi-même.

Tu pourrais également aimer :