Passionnée de bonne bouffe, d’aventure et d’entrepreneuriat, Jennifer Soucy nous partage son expérience vécue en terre tanzanienne, un endroit qu’elle a toujours rêvé d’explorer. Située plus précisément dans la ville d’Arusha, c’est avec plaisir qu’elle nous partage tous les secrets à savoir sur cette destination qu’elle a le bonheur d’apprécier depuis maintenant six mois.

« Avec ses influences orientales, l’Afrique de l’Est a toujours eu pour moi quelque chose de mystérieux. Ma vision de la Tanzanie correspondait aux images du Roi Lion avec le Serengeti, de Jane Goodall et de ses chimpanzés ainsi qu’au paradis, avec les plages incroyables de Zanzibar. »

13843597_10153837713031267_364485779_o

Pour s’aventurer au sein de ce pays hors du commun, Jennifer a appliqué à un mandat de coopération international pour le programme Uniterra, créé en partenariat avec l’EUMC et le CECI. Dans le cadre de son mandat, elle se doit donc d’accompagner la Tanzanian Chamber of Commerce dans ses stratégies de renforcement économique des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat.

« En ce moment, on travaille à rallier tous les acteurs des industries de l’agriculture artisanale, du tourisme et de l’hôtellerie afin d’intégrer et promouvoir l’agrotourisme en Tanzanie en plus d’augmenter les standards de qualité des produits alimentaires fabriqués au pays et de promouvoir l’achat local. »

Je cède donc ma plume à Jennifer afin qu’elle nous partage tous les incontournables qu’elle a pu découvrir dans ses temps libres au courant des derniers mois au sein de l’indescriptible pays de la Tanzanie. Une destination qui vous fera revivre des moments cinématographiques précieux de votre jeunesse et qui vous permettra de vivre une expérience culturelle incomparable par la connaissance des trucs et conseils de cette voyageuse solo.

13840602_10153837718626267_196397469_o

Quels sont les lieux à visiter en Tanzanie?

Je vous conseille fortement de faire un safari dans le cratère du Ngonrongono (si vous n’avez qu’une journée) et dans le parc de Taranguire (si vous n’avez du budget que pour deux journées). Si vous en avez le temps et les moyens, je crois qu’un passage dans le Serengeti ça change une vie (prévoyez au moins 3 jours). Il y a aussi la rencontre des peuples Massaï et Hadzabe qui est intéressante. Et, après avoir vécu la grande aventure dans la poussière, je vous conseille fortement de vous relaxer sur l’île paradisiaque de Zanzibar. Pour un voyage de quelques jours, je vous conseille de trainer autour de Stone Town, la magnifique ville aux influences des milles et une nuits. Si vous désirez avoir une expérience de montagne à peu de frais, je vous conseille de monter le petit Meru. L’expédition se fait en trois jours et permet une vue imprenable sur le lever de soleil derrière le Kilimanjaro. Expérience à couper le souffle pour beaucoup moins cher que le Kilimanjaro.

Quelles agences de voyage et de safari choisir?

Je vous conseille fortement East African Voyage. C’est un tour opérateur fondé et dirigé par Julie Veillette, une ex-avocate québécoise arrivée en Tanzanie avec le Tribunal Pénal International pour le Rwanda. Elle y a trouvé l’amour et y vit depuis maintenant 13 ans avec son mari et ses deux enfants. En les contactant directement, ça vous coûtera beaucoup moins cher qu’avec une agence de voyage.

Les bonnes adresses à découvrir? 

*À savoir, il n’y a pas d’adresses en Tanzanie, alors demandez à votre hôtel de vous guider…

À Stone Town :

  • Emerson on Hurumzi (à Stone Town) : L’hôtel a un restaurant spectaculaire sur le toit. Avec seulement 12 places disponibles, je vous conseille de réserver à l’avance parce que les places partent très rapidement. La vue sur la ville, la baie et le mélange des couleurs au coucher du soleil donnent un spectacle à couper le souffle.
  • The Rock Restaurant (côte est de Zanzibar, environ une heure de Stown Town) : Comme son nom l’indique, c’est un restaurant de fruits de mer juché sur un rocher au milieu de la grève. Si vous pouvez vous y rendre à pied à marée basse, il vous faudra utiliser la chaloupe de service à marée haute… Encore une fois, c’est très touristique. Je vous conseille de réserver à l’avance, mais c’est délicieux et c’est une expérience géniale.

13833135_10153837712726267_808379556_o

À Arusha :

  • Si vous passez à Arusha un jeudi soir, allez faire un tour au Via Via. C’est une institution ici. Si c’est le samedi, allez faire un tour au bar Le Patio. Les deux sont des bars avec une immense piste de danse en plein air. Les deux ont aussi un espace avec un feu de camp, si jamais vous voulez faire une petite pause. Les deux endroits sont plutôt sympas.
  • Pour ce qui est des expériences de bouffe locale, je conseille Nick’s pub (commandez le poisson), Khan’s BBQ (imaginez la version Tandori-Tikka Massala de St-Hubert BBQ…) et Pizza Point (commandez le kiti moto avec de l’ugali) dans le quartier de Njiro.

Quels sont les produits incontournables de l’endroit?

  • Pour les amateurs d’art, sachez que le Cultural Heritage est l’une des plus grandes galeries d’art africain au monde. On y trouve de tout et pour tous les budgets.
  • Pour l’artisanat Massaï, je vous conseille le Maasai Market, près de Clock Tower Roundabout. Vous devrez négocier un peu, mais vous y trouverez les meilleurs prix. Les achats traditionnels sont la shuka massai, le tissu à carreaux que portent les Massaïs, et les bijoux à perles multicolores (vous ne pourrez pas les rater).
  • Pour les gourmands, je recommande le chocolat de Chocolate Mamas, le premier et seul chocolatier indigène de Tanzanie. Elles font un travail extraordinaire et leur chocolat est d’une qualité impeccable. Vous pouvez en trouver à leur boutique près de Nakumat à Arusha. Ils ont aussi une boutique à Dar es Saalam et une à Zanzibar.
  • Pour les amateurs de miel, sachez qu’il est excellent ici. J’ai un penchant pour celui de Maasai Honey que vous pouvez acheter chez Chocolate Mamas et au Cultural Heritage à Arusha.
  • Pour les amateurs de vin, je recommande le vin d’hibiscus Anna Rosella. C’est un vin floral, délicat et effervessant. Il ne coûte presque rien et se trouve au Sakina Super market à Arusha.
  • Pour les dents sucrées, vous devez goûter à l’ubuyu. C’est un bonbon fait avec la fève du baobab et des épices locales. C’est excellent. C’est la grande spécialité de Zanzibar.
  • Pour celles qui aiment les odeurs mystérieuses, je recommande l’oudi. C’est un encens que l’on retrouve à Stone Town et que les femmes de Zanzibar utilisent pour se parfumer.

Le moment le plus heureux a été de faire un safari dans le Serengeti et de voyager à Zanzibar avec ma mère. J’ai un amour inconditionnel pour ce pays et j’étais heureuse de pouvoir partager cette expérience avec elle pendant 3 semaines. On a ri comme je n’ai jamais ri auparavant. C’était la première fois qu’on faisait un voyage mère-fille. Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous le conseille fortement. C’est une expérience extraordinaire qui vous permet de découvrir une nouvelle facette de l’autre.

13838436_10153837718816267_731405402_o

Parle-nous de tes coups de cœur culinaires!

À tous les dimanches, avec un groupe d’amis expats (Kenyans, Finlandais, Allemands et Malgaches), on mange du kiti moto avec de l’ugali. C’est un plat de lanières de porc cuites en sauce tomate avec un émincé d’épinards africains. On le mange avec de l’ugali, une espèce de gros pain de polenta blanche dont on prend une petite poignée qu’on roule en boulette et qu’on utilise comme ustensile (ça se mange avec les mains). C’est accompagné d’une espèce de guacamole et d’une purée de piments. J’ai développé un attachement émotif au plat, parce que ça fait partie de notre rituel du dimanche soir. Par la force des choses, c’est devenu mon plat préféré. Sinon, le plateau de fruits de mer du restaurant « The Rock » à Zanzibar occupe la deuxième place. Le cevice de thon qu’on nous a servi en entrée au restaurant de Emerson on Hurumzi (à Stone Town) est en 3e place et le poulet de Khan’s BBQ (à Arusha) est en 4e place.

As-tu une ou des péripéties que tu aimerais partager?

Trois mois après mon arrivée, j’ai vécu, en une semaine, l’étendue de l’esprit communautaire tanzanien.

En marchant vers notre point de rencontre avec des amis, j’ai vu un homme à l’arrière d’une moto taxi tenter de voler le sac à main d’une femme qui l’a retenu. L’homme est alors tombé avec la moto et tous les gens qui se trouvaient autour se sont mêlés de la situation et ont tabassé le voleur à mort.

Soyons clairs : Ce type de situation se produit plus généralement dans les endroits non touristiques. Si vous êtes en safari ou en voyage organisé, vos chances d’être témoin de pareille scène sont pratiquement nulles. À titre comparatif, je crois qu’Arusha et Dar es Salaam (qui sont les endroits les plus dangereux de la Tanzanie) ont un niveau de criminalité équivalent à celui du métro de Paris. Je continue tout de même de croire qu’on a plus de chance d’être victime d’un pick pocket dans le métro de Paris qu’à Arusha… À la différence de Paris, le système de justice, ici, est suffisamment déficient pour que les gens aient envie de se faire justice eux-mêmes. Ça change complètement la dynamique de groupe. Vous devez savoir que les gens ici sont très fiers de leur pays et souhaitent à tout prix que les étrangers en aient une bonne impression.

Un peu plus tard dans la même semaine, on a cru que le frère d’un ami était décédé. On l’a cherché toute la nuit. Tout le quartier et tous ceux qui nous ont entendus marcher dans la rue au beau milieu de la nuit sont sortis et se sont impliqués émotionnellement dans sa recherche. On l’a finalement retrouvé sain et sauf. J’ai alors réalisé qu’il y avait autour de moi plus d’une quarantaine de personnes pleurant de joie à la vue d’un mec qu’ils ne connaissaient même pas.

Voilà à quel point les gens se soucient d’autrui. L’esprit communautaire est très fort, pour le meilleur et pour le pire…

13838438_10153837734211267_1598186375_o

Tes coups de cœur du pays?

Mon coup de cœur du pays, c’est son peuple. Si vous n’avez jamais voyagé en Afrique auparavant, sachez que les gens ici sont TRÈS sympas et TRÈS ouverts à vous connaitre. N’ayez pas peur de les laisser venir vers vous et de leur parler, puisque la richesse humaine est sans doute la plus grande richesse de ce pays. Ils sont fiers de leur culture et heureux de la partager. Sachez que vous ne serez jamais seul et qu’il y aura toujours quelqu’un pour vous aider.

Dans la grandeur du peuple tanzanien se trouve une immense joie de vive, extrêmement contagieuse, doublée d’une générosité déconcertante qui donne envie de marcher dans les rues avec le cœur tout grand ouvert. C’est un pays rempli d’amour et d’éclats de rire qui gagne grandement à être connu.

La nature du pays a quelque chose de grandiose aussi. Le Serengeti restera pour moi un moment magique. Zanzibar aussi…

Les éléments qui me manqueront le plus lorsque je quitterai seront : le sourire des gens, la bonne humeur ambiante, la légèreté qui flotte constamment dans l’air, le Mont Meru et le Kilimanjaro qu’on peut parfois apercevoir de la fenêtre ou au détour d’un coin de rue. Le parfum des mangues du marché d’à côté va aussi me manquer terriblement, l’air chaud de la nuit et les levers de soleil sur les plages de Zanzibar…

Qu’as-tu appris sur le peuple de la Tanzanie?

La relation avec les locaux est excellente. On retrouve 119 ethnies différentes en Tanzanie (tout autant de langues) et pourtant aucun conflit ethnique. C’est qu’ils sont extrêmement tolérants et valorisent la différence culturelle. Le peuple Massaï, par exemple, est un peuple de bergers nomades vivant un peu comme vivaient les Iroquois avant l’arrivée des premiers colons en Amérique. Les Hadzabe, quant à eux, sont un peuple de chasseurs-cueilleurs qui vivent encore comme nos ancêtres de la préhistoire. Contrairement aux Canadiens avec les Amérindiens, le gouvernement tanzanien a travaillé fort à protéger et valoriser ces peuples « autochtones » leur permettant un espace pour cohabiter avec respect et dignité. Il y a des mosquées à côté des églises pentecotistes (où les gens chantent du gospel toute la nuit entre le vendredi et le samedi) et tout le monde est ami avec tout le monde. Ok, ce n’est pas tout rose non plus, je dois admettre que l’homosexualité n’a pas autant de reconnaissance ici qu’elle en a au Canada…

Tout de même, le peuple tanzanien m’a appris que la tolérance interculturelle et l’acceptation de l’autre étaient possibles et qu’un pays basé sur une multitude de cultures enrichissait grandement sa société.

13833326_10153837713496267_275512039_o

Des conseils pour les personnes désirant s’aventurer en Tanzanie?

Ce n’est pas dans les coutumes ici de découvrir (particulièrement pour les femmes). Malgré qu’il n’y ait pas de boutique de vêtements neufs ici, les gens sont très coquets et font attention à leur apparence. Évitez les vêtements courts (ex. shorts, robes au dessus des genoux et camisoles à bretelles spaghetti) lorsque vous visitez le pays, particulièrement Zanzibar. Les gens ne vous le reprocherons jamais ouvertement, parce qu’ils sont trop polis et n’aiment pas la confrontation. Cependant, ils auront une bien meilleure attitude à votre égard si vous vous couvrez les jambes et les épaules. Ce conseil ne vaut pas pour la plage ou la piscine. Le bikini est socialement accepté à la plage et à la piscine.

De plus, les moustiques sont voraces et adorent la viande fraîche. Couvrir vos jambes et vos épaules vous évitera des piqûres et des coups de soleil… Et apportez une bouteille de Muskol, vous me remercierez plus tard.

13844171_10153837712896267_305937502_o

Toujours sur le plan vestimentaire, gardez en tête que la savane est très poussiéreuse et que les moustiques sont attirés par les tissus noirs et bleu foncés. Privilégiez les vêtements de couleur sable, kakhi ou pastel pour les safaris et la ville (la terre et la poussière de la savane sont d’un rouge foncé). Gardez vos vêtements blancs pour Zanzibar seulement (les plages sont d’un sable blanc immaculé, donc plus accueillant pour les vêtements blancs).

À Arusha et à Dar es Saalam, évitez de marcher la nuit. Prenez toujours un taxi. Cependant, à Stone Town, il n’y a pas de soucis. C’est même à votre avantage, puisqu’il y a le marché de nuit où on retrouve de l’excellente bouffe de rue et que les rues de la vieille ville sont trop étroites pour laisser passer les véhicules. Je vous conseille l’excellente Zanzibar Pizza ou des mishakis (brochettes de viande grillée sur le BBQ). Il y a très peu de chances d’être malade. Je mange toujours de la bouffe de rue et n’ai jamais eu de problème.

D’autres conseils, réflexions, opinions?

Hébergement: AirBnB et Uber sont récement arrivés en Tanzanie et ont changé la relation des locaux avec les touristes. Je vous recommande beaucoup d’utiliser AirBnB si vous souhaitez vivre un voyage moins cher et plus authentique. Il vous permettra de faire des rencontres extraordinaires avec les locaux…

13833266_10153837711776267_1511121571_o

Vous gagnez grandement à aller vers les locaux. Zanzibar a un niveau de développement touristique encore minimal… Contrairement aux autres grandes destinations soleil, les plages ne sont pas emmurées et réservées à une élite occidentale. Les échanges culturels avec les locaux sont toujours possibles et fortement recommandés. À Zanzibar, n’hésitez pas à faire des visites culturelles pour en apprendre plus sur la cuisine Swahili et Zanzibarite. Dans les terres, des rencontres avec les Hadzabe et les Massaïs sont aussi très intéressantes et l’expérience est authentique.

La Tanzanie, c’est le voyage d’une vie. Profitez-en pleinement !!!