Est-ce que tu te souviens de la première fois qu’on s’est rencontrés? Tu étais tellement fébrile et excité à la fois, comme lorsqu’on rencontre un nouvel amour et qu’on ne sait pas trop comment s’y prendre. C’était un mélange de naïveté, d’innocence, de désir d’apprendre, mais aussi de force, de courage et d’entêtement. C’était un ensemble de toutes les qualités que je recherche chez quelqu’un. Tu avais tellement l’air de vouloir que ça fonctionne entre nous. T’étais comme ça avec moi au début, c’était beau à voir.

On a fait de belles sorties ensemble, toi et moi. Parfois à l’aube, d’autres fois à la plage et souvent pas à la porte. Des fois ça durait une fin de semaine et d’autres fois une couple de mois. Je crois qu’avec le recul je peux dire que je t’ai aidé à t’épanouir et à en apprendre beaucoup sur toi-même. Je t’ai apporté beaucoup plus que toi tu m’as apporté, mais c’est correct aussi, ça ne peut pas toujours être 50-50. Au moins, t’es pas comme les autres, tu n’as pas contribué à me détruire : tu prends soin de moi à ta manière, parce qu’on le sait tous les deux que les petits gestes font la différence.

J’ai souvent été ton exutoire, mais j’ai aussi été ta raison de vivre. Même quand tu travaillais super fort et surtout beaucoup trop, je sais que tu le faisais en pensant à moi et, juste ça, c’était assez pour moi.

On a passé du bon temps ensemble, mais on est souvent partis pour les mauvaises raisons. Et si cette fois on faisait les choses pour toi. Et si pour une fois tu partais avec moi dans le seul but d’être en harmonie avec toi-même et non dans le but de te sauver de quelque chose. Tu verrais que tu m’apprécierais d’autant plus.

J’ai une idée un peu folle. Et si tu changeais ton nom pour prendre le mien? Tu pourrais porter le nom de Voyageur au lieu du tien? Tu en penserais quoi? Tu connais déjà ma condition : notre prochain périple, on le fait ensemble, mais pour les bonnes raisons. Peu importe lesquelles, mais pas pour fuir quoi que ce soit, juste au cas où l’idée te serait passée par la tête. On le fait ensemble, comme une ultime nuit de noces avant que tu fasses partie de la grande famille des Voyageurs. Simplement pour que tu ressentes ce que tu ressentais au début, quand on s’est rencontrés. Simplement pour que tu te souviennes de comment la vie est facile quand on est ensemble. Simplement pour que tu te rappelles à quel point tu m’aimes et à quel point on est bien ensemble.

Ton âme sœur,
Le voyage

Article rédigé par Élodie Beauvais

À lire également sur Nomade Magazine :