Bastien nous offre ses meilleurs trucs afin d’économiser en voyage dans ce guide en 3 parties. Si vous avez manqué les deux premiers articles qui traitaient des différents moyens de transport, de l’hébergement et des repas, on vous invite à les lire par ici: Le guide du voyageur paumé // Le guide du voyageur paumé: partie 2. Voici maintenant la troisième partie où Bastien vous livre ses conseils quant à ces deux aspects: visiter et faire la fête.

VISITER

La nature Souvent oubliée à cause de l’excitation d’être dans une nouvelle ville, la nature peut  t’impressionner peu importe où tu es. Le fait qu’une journée en forêt soit complètement gratuite n’est pas la seule chose qui soit attrayante, c’est souvent vraiment moins loin qu’on pense des grands centres névralgiques. Prends le temps de découvrir des coins de pays moins explorés et laisse-toi charmer par la beauté souvent plus grandiose de la nature que des villes.

Les monuments Peu importe le pays dans lequel tu te trouves, quelques monuments vaudront la peine d’être vus. La visite des grandes églises et les cathédrales sera souvent entièrement gratuite et la plupart des monuments historiques le seront aussi. Pour les autres qui demanderont de l’argent pour l’entrée, ça ne vaut pas la peine de t’en faire. Tu fais mieux de garder ton argent pour autre chose de plus excitant ou essentiel, puisque la plupart des monuments sont déjà assez impressionnants de l’extérieur.

Le centre-ville  Une promenade au centre-ville peut presque t’occuper une journée entière. Tu te sentiras réellement dépaysé lorsque tu verras la réalité d’un autre centre que celui que tu connais déjà. Être en plein milieu de l’action est une activité en soi, tu trouveras des centaines de boutiques (dans lesquelles tu n’achèteras rien), des galeries d’art dont l’entrée est gratuite, des spectacles de rue, des restaurants, des grands parcs, des marchés de rue et j’en passe. Profite de l’accès à des centres d’information pour demander ce qui se fait gratuitement dans le coin!

Les musées Après avoir vu la liste de prix des musées de la région, tu comprendras vite qu’être cultivé est encore réservé aux riches. Par contre, dans un élan de bonté, plusieurs musées font des spéciaux très intéressants pour les voyageurs de ton espèce. Plusieurs d’entre eux offrent des journées gratuites. Si c’est toujours trop cher pour ton budget de voyage de pauvre, tu remarqueras que la plupart du temps les musées sont gratuits pour les moins de 18 ans. Alors, si tu en es capable, rase moi cette barbe d’auto-stoppeur et tente de retomber en adolescence le temps de la billetterie! Si non, la plupart des musées d’art laissent les étudiants en art entrer gratuitement. Alors c’est à essayer aussi!

Cette section est la plus floue puisque les éléments à visiter sont différents de pays en pays. Utilise internet pour savoir ce qui se visite gratuitement à chaque destination. Demande aussi à des locaux ce qu’ils iraient faire si ils étaient dans ta position. Ils sauront habituellement te répondre.

IMG_0575

 

FAIRE LA FÊTE & BOIRE

Tu penses que je ne te vois pas venir, toi, étudiant bête de party inarrêtable. T’inquiète, on a pensé à tout.

Liquor Store Bon, le premier choc culturel en sortant de la Nouvelle-France, c’est la disparition de nos dépanneurs de coin de rue et de nos bien-aimées SAQ. Dans la plupart des pays, l’alcool se trouve dans des magasins spécifiques. Tu seras surpris de voir qu’on peut souvent y trouver de la bière ou du vin pour une fraction du prix que nous sommes habitués de payer. Donc, je ne t’apprends rien en te disant qu’avant une soirée bien arrosée dans les bars, le «predrink» est obligatoire. Si tu fais le calcul, l’alcool fort revient souvent bien moins chère que le reste… Mais, rappelle-toi, bois modérément! (LOL).

Happy Hour Le Happy Hour, c’est comme une cloche qui sonne dans tous les bars pour rapatrier les voyageurs perdus. Tu me dis « 2 pour 1 »? Je te dis « Holé »!

Bars locaux Ne te laisse pas trop tenter par tous les bars hauts en couleurs qui poussent comme des champignons autour de ton auberge. Ces endroits vont souvent ajuster leur prix pour te faire payer ta soirée aussi chère que si tu étais chez toi! Enfonce-toi un peu plus dans la ville et parle à des gens de la place pour savoir où il vont faire la fête. Tu vas avoir des bien meilleurs prix et tu auras une vraie raison de ne pas te rappeler de ce qui est arrivé la veille.

Pour t’aider à trouver où se passe les vrais party, tu peux utiliser la section Event de couchsurfing où même jeter un coup d’oeil à l’application Party with a Local.

Tradition locale Informe-toi sur les traditions locales autour de la fête et de l’alcool. Par exemple, en Espagne, la vraie fête ne commence qu’à 2h du matin et en Italie, vers l’heure du souper, ils offrent souvent la nourriture avec leur drink (ça s’appelle l’apperitivo). Tu pourras donc manger et boire pour un seul petit prix… La belle vie quoi!

3girlBeach

EN CONCLUSION…

Bien sûr, VOYAGER EN PAUVRE n’est pas fait pour tout le monde. Tu doit être conscient de tes limites, mais surtout de ce qui te rend heureux. Parfois c’est incroyable, d’autres fois tu vas avoir envie de pleurer et c’est ça qui rend le tout inoubliable.

BONS ASPECTS : Tu seras constamment dans des situations complètement à l’opposé de ton quotidien. Si tu avais vraiment envie de sortir de ta zone de confort, un tout compris à Cuba n’est pas le choix idéal. Tu sauras apprécier les petites choses. À ton retour une douche chaude et le «spaghat’» de ta mère te feront sentir comme la Reine d’Angleterre. Les rencontres se multiplieront et tu reviendras avec des dizaines de nouveaux amis (ils vont ensuite publier des trucs sur Facebook dans leur langue que tu ne comprendras jamais vraiment). Tu auras eu la chance de vivre comme un vrai local et ils te feront sentir comme tel. Après quelques temps, tous les problèmes que tu avais à la maison ne seront qu’un souvenir flou du passé, l’aventure prendra le contrôle total de ton esprit. Ton sentiment de liberté sera réel, tu auras vraiment l’impression de te dépasser et, ce, sans vider ton compte Desjardins.

MAUVAIS ASPECTS: Tu dois être prêt à combattre le stress, la faim, l’épuisement et l’inconfort. Tu n’es plus à une demi-heure de bus de chez toi et parfois tu vas te demander pourquoi tu as même essayer d’être un backpacker. Les arts et l’histoire t’apparaîtront comme un luxe puisque la plupart des musées vont te coûter plus cher que ton auberge de jeunesse. La bonne bouffe se fera rare, tu saliveras devant les fenêtres des restaurants où les gens s’enfilent des repas chauds (et souvent ne finissent même pas leur assiette). Plusieurs problèmes complètement inconnus se présenteront aussi, tu es seul à 11h du soir dans un quartier dangereux de L.A. parce que t’es descendu au mauvais arrêt de métro? Il n’y a plus de façon de revenir sur tes pas? Bienvenue dans la famille!

Ce n’est qu’un guide très général pour t’aider à voyager sans te paumer, mais j’espère que ça te sera utile un peu. Mon dernier conseil; aie confiance en l’inconnu. Si tu agis intelligemment, n’aie pas peur. Tout ira bien.

Article rédigé par Bastien Carrière

À lire également sur Nomade Magazine: