De nombreux voyageurs se sont probablement fait dire: «Si tu voyages, si tu pars loin, c’est pour fuir quelque chose ou quelqu’un, non? »

Non. Peut-être, enfin, je ne pense pas. Le voyage n’est pas une fuite, c’est une thérapie. J’ai beaucoup voyagé jusqu’à maintenant, notamment dans le Pacifique où je me suis finalement installée. J’ai eu la chance de rencontrer pas mal de monde, c’est vrai. Tous plus différents les uns que les autres. Chacun avec ses motifs de voyages, ses envies et ses attentes. Certains voyageaient après leurs études, d’autres profitaient des « Working holiday visas », d’autres encore s’octroyaient deux mois de vacances entre les cours.

Wanaka, Nouvelle-Zélande [@leslylolly]

J’en ai rencontré des tas qui partaient suite à une rupture ou à un décès aussi. On pourrait croire à une fuite oui, mais non. Loin de là. C’est souvent un appel venant du plus profond de soi, quelque chose qu’on ne peut ignorer, qui résonne de plus en plus fort. Je me suis aussi posé la question lorsque j’ai ressenti cette sensation.

Je me suis donc informée lorsque cela m’est arrivé. Et souvent, le besoin de partir à l’aventure, dans l’inconnu, de voir autre chose, nous vient suite à un événement troublant voire traumatisant. À quelque degré que cela soit.

Cet appel qui résonne, c’est l’appel du voyage. De la découverte, de la nouveauté. Et qu’est-ce que ça fait du bien! Vous devriez essayer!

 

J’ai longuement hésité à partir et, finalement, j’ai sauté le pas. J’ai tout quitté. Mon emploi stable, ma vie en Belgique, mes repères et je suis partie pour 6 mois d’aventures avec deux de mes plus proches amies. Une opportunité qui, après réflexion, ne s’est plus jamais représentée. Je pense que le hasard n’existe pas. Afin de me remettre sur les rails, de savoir ce que je voulais exactement après mes 5 années d’université, il fallait que je parte. Loin. Le plus loin possible. J’ai donc fait mes valises et je suis partie à Tahiti, en Nouvelle-Zélande, en Australie, dans les îles Fidji et en Asie.

Painapo Beach, Tahiti [@leslylolly]

En voyageant, on ne quitte pas les siens, bien au contraire, on s’en rapproche. On ne les fuit pas. Cela nous permet de faire le point sur notre vie, où nous en sommes, qui sont nos vrais amis. Cela permet également de penser à autre chose. De faire des expériences, de vivre des situations qu’on n’aurait pas eu l’occasion de vivre chez soi, dans le confort du quotidien. Chaque jour devient une quête.

Ma vision du voyage est donc celle d’une thérapie, quelque chose qui fait du bien, qui nous permet de nous retrouver, de vivre la vie à fond. De ne pas s’endormir, se reposer sur nos lauriers. La vie, tout simplement.

Lesly

Tu pourrais également aimer :